Délivre-nous du mal (suite)

Sommaire
Délivre-nous du mal (suite)

Bonjour Mon ami(e),

"Garde-nous de céder à la tentation, et surtout, délivre-nous du diable" (Version du Semeur Matthieu 6.13).

Cette prière exprime notre besoin de dépendre du secours de Dieu. Nous avons besoin de manière cruciale de Dieu. Nous sommes conscients que nous ne pouvons pas nous appuyer sur notre propre capacité à résister à la tentation, et à tenir bon dans les épreuves. Nous comptons entièrement sur le secours divin pour être préservés, protégés, secourus. Or, c’est dans la pleine conscience de notre faiblesse que se trouve la force : "Quand je suis faible, c’est alors que je suis fort" (2 Corinthiens 12.10).

Nous retrouvons cette pensée de l’assistance divine dans cette promesse : "Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter" (1 Corinthiens 10.13).

Lorsque nous disons : "Ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du mal", nous montrons que nous lui faisons totalement confiance, que nous croyons dans sa souveraineté, qu’il dirige et contrôle toutes les situations, et que nous sommes soumis à sa volonté souveraine. Or, l’Ecriture nous promet, que la meilleure manière de triompher du diable, c’est de se soumettre à Dieu : "Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable, et il fuira loin de vous" (Jacques 4.7). En nous soumettant à la souveraineté de Dieu, nous sommes délivrés du malin.

Le diable est à l’origine de la tentation. L’expression : «délivre-nous du malin», signifie : «délivre-nous du diable» ! Le diable, n’est-il pas également appelé le tentateur, comme nous le voyons dans le récit de la tentation de Jésus : "Le tentateur, s'étant approché, lui dit... " (Matthieu 4.3). Paul utilise le même nom pour désigner le diable : "Ainsi, dans mon impatience, j'envoyai m'informer de votre foi, dans la crainte que le tentateur ne vous eût tentés, et que nous n'eussions travaillé en vain" (1 Thessaloniciens 3.5). Le tentateur cherchera par tous les moyens à vous détruire, n’hésitez pas à appeler Dieu à votre aide. Vous pourrez expérimenter ce que dit le psalmiste : "C’est lui qui me délivre du filet de l’oiseleur" (Psaume 91.3).

Un conseil pour ce jour :
Ne cherchez pas à triompher des tentations en vous appuyant uniquement sur votre force, votre volonté, vos ressources. Prenez conscience de vos limites, et, avec foi,  faites cette prière à Dieu : "Délivre-moi du mal". Considérez que Dieu est avec vous ; il combat avec vous, et pour vous. Or, comme le dit Jean : "Celui qui est en nous est plus grand que celui qui est dans le monde" (1 Jean 4.4).

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire