Aux sources de la mission

Aux sources de la mission

La mission a toujours été pour moi un principe doctrinal : je savais qu’elle était nécessaire, que c’était la volonté de Dieu, sans pour autant en comprendre véritablement la raison, le sens et la portée ! Mais Dieu, qui ne tient  pas compte des temps d’ignorance, a permis que nous soit présenté un cours de « Théologie des Missions », par le Pasteur John Cottrell, missionnaire en Haïti. Là, le Saint Esprit nous a communiqué les motivations et les raisons pour lesquels Dieu nous a commandé « d’allez par tout le monde porter la bonne nouvelle à toute la création ». Voici quelques notes prises lors du cours qui a été donné en octobre 2004.
           
Dans le monde, à l’heure actuelle, des chrétiens sont décapités, notamment aux Philippines pour avoir partagé leur foi. En Colombie, ce sont 300 églises qui ont été fermées et 25 pasteurs exécutés, ce qui porte à plus de 600 leur nombre, mis à mort pour ne pas avoir voulu se ranger derrière la guérilla rebelle. Et que dire de l’Afghanistan, de l’Inde, ou encore de l’Irak… Dans un tel contexte, y aura-t-il encore des missionnaires qui se lèveront de nos pays occidentaux ? Serons-nous prêt à quitter notre confort pour répondre à l’appel de Dieu et partir dans un endroit sans confort ?

La mission n’est pas une idée nouvelle de Dieu qui se serait rendu compte bien tard de sa nécessité, mais au contraire, elle est présente dès le livre de la Genèse et se retrouve tout au long de l’Ancien et du Nouveau Testament. Elle est « le plan et l’action de Dieu en vue de la résolution du problème du péché dans le monde ».

Dès Genèse 1. 26, Dieu crée l’homme à son image, démontrant son désir que tous bénéficient de la restauration. Cette image est importante pour nous car nous avons ce rôle de représentant du Seigneur : Jésus est en nous, réconciliant le monde avec lui-même. Ainsi Dieu veut que nous ayons une place avec lui, nous sommes « ambassadeurs de Christ » afin de refléter son amour, ses qualités, sa gloire et cela, depuis l’origine. Et même la chute ne peut empêcher ce plan car l’Éternel a fait la promesse que « la postérité de la femme écrasera la tête du serpent » !

Le thème de la mission est tellement ancré dans le cœur de Dieu, qu’il va se choisir un missionnaire pour porter la nouvelle aux nations : Israël.

Certains théologiens, en analysant le récit de Noé, estime que les 70 nations nommées au chapitre 10, correspondent à la connaissance ethnologique de l’époque, et que c’est en référence à cela que Jésus enverra 70 disciples, pour symboliser son désir que tous entendent et soient sauvés !

Mais, la mission va devenir explicite avec Abraham, qui devra être « le père d’une multitude », et pour cela, Dieu va lui promettre une terre afin qu’il prospère, rendant ainsi témoignage de l’action divine dans sa vie mais surtout, qu’il ait des ressources pour accomplir sa mission. Cette promesse que « toutes les familles de la terre » seront bénies en lui, Dieu va la donner en utilisant le mot hébreux « mispaha » qui signifient : « les familles, même celles qui ne sont pas issues du sang mais qui se sont jointes, qui ont fait alliance ». La vocation d’Abraham était donc bel et bien universelle !

Et ce message est pour nous aujourd’hui, car si nous négligeons, si nous ne faisons pas attention, nous pourrons oublier notre mission. Tous nos choix doivent être en fonction de celle-ci, et que l’on ne puisse pas dire de nous dans quelques années : « ils ont eu à leur époque des cultes exceptionnels, la présence de Dieu, mais ils ont oublié la mission. »

Et que dire de la loi que Dieu va donner à Israël : « Vous traiterez l’étranger en séjour parmi vous comme un indigène du milieu de vous ; vous l’aimerez comme vous-mêmes, car vous avez été étrangers dans le pays d’Egypte… ». (Lv 19. 34). Dieu rappelle ici la mission d’Israël : ils doivent le représenter. La loi qui leur est donnée n’est pas que pour eux mais pour les autres peuples aussi. Dieu a choisi un peuple pour tous les autres.

Voilà un bref aperçu du thème de la mission dans l’ancien testament, mais Dieu ne va pas s’y restreindre, puisqu’il va le développer aussi bien dans les livres poétiques, prophétiques, que dans le Nouveau Testament.

J’espère que ces quelques mots vous pousserons à allez plus loin dans votre vie de prière, mais aussi dans votre implication afin que nos églises soit missionnaires, en action, en parole et surtout de cœur !

Mathieu Gatet


Mathieu Gatet est étudiant en première année et prépare un Baccalauréat en Théologie Pratique à l’Institut Biblique du Québec. Avec son épouse, Céline, ils viennent d’Aix en Provence (France) où ils étaient impliqués au niveau de la jeunesse.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Découvrez le 1er livre de Mathieu Gatet : Entrer dans la saison de Dieu Avancer libre, sans entraves dans le plan parfait de Dieu pour votre vie, voilà votre appel !
Nous avons été créés pour goûter à chaque instant la réalité du Royaume de Dieu. Non ce n’est pas un rêve inaccessible mais tout cela est disponible dans la nouvelle saison qui est prête pour vous. Saison de puissance, de changements, de liberté et d’onction. Elle n’attend plus que vous !

Cliquez ici pour découvrir le livre !

0 commentaire