Jésus pleura (1è partie)

Voici le plus petit verset de la Bible; une très courte phrase avec juste un sujet et un verbe. Mais quel sujet et quel verbe ! (Jean 11 : 35)

Lors de son ministère de grâce et de miséricorde, le Seigneur Jésus a souffert de la part des hommes et pour les hommes. Son cœur s'est ému à plus d'une reprise. Il souffrait de voir sa créature si bas tombée dans le péché et sous les conséquences de celui-ci. Son cœur saignait en voyant toute la misère qu'avait amené le péché dans le monde. De plus, il voyait son peuple terrestre comme un troupeau errant sans berger et conduit par des aveugles orgueilleux.

Pour son amour, la haine lui fut rendue (Psaume 109.5). Il fut haï sans cause (Psaume 69.4) si ce n'est celle d'avoir mis en lumière les ténèbres épaisses des cœurs. Les hommes ne purent supporter la vue d'un homme parfait, cela les condamnait sûrement. Ainsi, s'il vint chez les siens, Il fut rejeté (Jean 1.11) et fut tel un étranger à ses frères et un inconnu aux fils de sa mère (Psaume 69:8).

Il fut solitaire (Psaume 102.6-7) et incompris dans un chemin d'obéissance qui le conduisait résolument vers Golgotha où il rencontra seul la justice de Dieu et en paya le plein prix pour sauver sa créature.

Nous entrevoyons quelque peu que le sommet inaccessible de la souffrance de Jésus fut bien les douleurs de la croix; non pas tant celles, déjà terribles, qu'il a endurées de la part des hommes, mais celles qu'il a subies en regard de la colère de Dieu contre le péché, contre nos innombrables transgressions (Esaïe 53.4-5).

Mais à côté des souffrances indicibles et expiatoires de la croix, Il fut « l'homme de douleurs » durant tout son ministère à la fin duquel il pleura sur Jérusalem; cette ville qui après l'avoir acclamé comme fils de David le rejeta en criant au procurateur romain: «Crucifie-le!». Jésus sortit donc de Jérusalem en portant sa croix vers le mont Golgotha où Il s'offrit en sacrifice à Dieu pour notre salut.

Venons-en à ce court verset en tête de ce message. Il se trouve au chapitre 11 de l'évangile selon Jean. En lisant ce passage de la Bible, nous y trouvons le cœur et la puissance de Dieu en face de la douleur et de la mort de sa créature comme conséquence du péché.

Lazare, celui que Jésus aimait, son ami, était malade à la mort. Et ses sœurs prirent soin d'avertir celui en qui elles avaient une totale confiance. Jésus, qui sans nul doute affectionnait Lazare, décida alors d'attendre quelques jours avant de venir au chevet de son ami. Patienter alors qu'il y a urgence ? Combien l'homme qui ne regarde qu'aux apparences peut se méprendre sur les motifs du cœur !

Ainsi, Jésus arriva avec ses disciples alors qu'il est trop tard ... irrémédiablement trop tard pour la pensée humaine, mais au moment opportun pour l'infinie grâce de Dieu. Les sœurs pleuraient, les amis, les proches, tous étaient dans la peine. C'était une scène de deuil comme on en voit encore tous les jours. La mort frappe inexorablement. Et tout homme réalise son impuissance contre ce qu'il redoute le plus. Mais cette peur reste stérile et funeste si on ne se tourne vers la cause et le salut divin offert. Car les gages du péché, c'est la mort; mais le don de grâce de Dieu, c'est la vie éternelle dans le Christ Jésus, notre Seigneur (Romains 6.23)

Jésus frémit en son esprit. Il fut troublé à la vue d'un tel désarroi. Il pleura…

Pourtant, Il savait qu'il allait ressusciter son ami Lazare. Il avait d'ailleurs tardé avant de répondre à l'appel des sœurs en déclarant que cette maladie était à la gloire de Dieu. Son trouble et ses pleurs étaient pour sa créature placée sous la condamnation prononcée en Eden : « Tu mourras certainement ».

Il pleura également pour ceux qu'il aimait, pour ceux qui lui étaient chers et qui étaient dans une grande souffrance.

Il pleura parce que ceux qui entouraient la famille endeuillée pleuraient.

Il pleura pour sa créature sortie parfaite de ses mains et qui, avilie par le péché qui la rongeait, était entraînée vers la mort.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

👓  En cette période de crise : Change ton regard ! Regarde cette vidéo puis partage-la largement autour de toi ! #Changetonregard ❤️

2 commentaires
  • Sunshine Il y a 8 années, 3 mois

    Voyant que tu as pleuré pour les tiens . A plus forte raison devrions nous aussi pleuré pour le salut des nôtres pour ceux que nous voulons que tu touches, et qui ont des besoins vis-à-vis leur santé. Leurs familles, les deuils les séparations, d'aillieurs la parole nous dit de pleurer avec ceux qui pleurent. Je crois que si nous le faisions plus souvent et avec une sincèrité du coeur Tu ne dédaignes pas un coeur contrit et blessé. Amen. Aide moi a pleuré et intercéder pour les miens. Toujours plus +++++ Sunshine. Qc.
  • Désirée Mouasso Il y a 8 années, 3 mois

    Ohhhhhhhhhhhh Seigneur Jésus, pardonne-nous de t'avoir fait souffrir au point de couler des larmes. Pardonne moi papa. Je suis attristée par mon attitude vis à vis de toi. Pardonne encore............