Que faire lorsque la jalousie frappe à votre porte ?

Que faire lorsque la jalousie frappe à votre porte ?

Vous est-il déjà arrivé de ressentir de la jalousie dans différentes situations, envers un collègue de travail, un frère ou une sœur à l’église ou encore dans votre propre maison ?

Comment réagir lorsque cela se produit ?

La Parole de Dieu est réellement le remède contre toute forme de péché. Plus vous la lisez, plus celle-ci s’attache à vous et vous alerte lorsque vous êtes en dehors de la volonté de Dieu.

En effet, sa volonté est que vous soyez en paix avec toutes personnes (Romains 12.18 et Hébreux 12.14). Vous devez garder votre cœur et marcher dans la sanctification.

Bien que vous ne contrôliez pas tout ce qui entre dans vos pensées, vous avez la capacité, à l’aide du Saint-Esprit, d’arrêter tout sentiment indésirable.

  1. Réalisez votre identité en Christ 

Lorsque j’ai eu un nouvel emploi, je m’efforçais d’être la meilleure. Je voulais montrer que j’étais différente. Je voulais dépasser tout le monde. Mais il y avait ce collègue qui semblait plus brillant que moi. Il avait beaucoup plus d’expérience. Durant les formations, sa voix m’agaçait, car il avait réponse à tout. À ce moment, j’entendais Dieu qui me reprenait. Il me disait, pourquoi te compares-tu ? Sais-tu par quel chemin est-il passé ? Connais-tu son histoire ? Ne te souviens-tu pas que tu as toi aussi tes propres qualités ? Apprends de lui pour que tu sois meilleure dans tes tâches. Sois humble et cherche toujours à t’améliorer en écoutant les conseils de ceux qui t’entourent.

J’ai compris que j’avais moi-même du potentiel, mais en voulant systématiquement entrer en compétition avec cet homme, je me mettais une pression insoutenable et j’avais perdu la paix divine en ouvrant la porte à la jalousie.

Ainsi, réalisez que vous êtes un enfant de Dieu et qu’il vous connaissait avant votre naissance (Jérémie 1:5), cela vous encouragera à poursuivre votre destinée sans vous comparer.

Soyez conscient que l’Éternel a planifié des plans uniques qui sont rattachés à votre vie.

  1. Soyez toujours reconnaissant(e) 

La reconnaissance permet de vivre dans la simplicité et réaliser que tout ce qui est à notre possession provient de Dieu.

Être constamment reconnaissante me permet d’apprécier chaque bénédiction de l’Éternel sans comparaison. Je sais que je sers un père qui va de gloire en gloire. Il multiplie toute chose entre les mains de ceux et celles qui ont un cœur plein de gratitude (Psaumes 115 : 13-15).

Lorsque vous remerciez le Seigneur pour ses bienfaits et que vous reconnaissez qu’il est fidèle et qu’il ne vous abandonnera jamais, vous n’avez pas le temps d’envier les choses extérieures. Vous saisissez que vous avez accès à ses bénédictions qui se renouvellent chaque matin (Lamentations 3:22-24).

Par ailleurs, votre joie ne doit pas dépendre de vos acquisitions. Comme l’apôtre Paul, apprenez à vous détacher des choses terrestres (Philippiens 4:11-13).

  1. Bénissez et priez pour votre entourage

Je me souviens de ce frère en Christ que j’appréciais. Je dirai même que j’éprouvais plus qu’un simple sentiment amical à son égard. Je commençais progressivement à le connaître et à m’approcher de lui. Toutefois, rien de concret. Mais il y avait cette ancienne fréquentation, qui ne voulait pas passer à autre chose. Elle avait beaucoup d’emprise sur lui, et le suivait partout où il allait. Par ailleurs, cette femme me méprisait.

Je commençais à envier leur proximité et à vouloir changer ma personnalité. Cependant, je sentais au fond de moi que cela déplaisait à Dieu car il entendait mes pensées et sondait mon cœur. J’étais remplie d’une grande jalousie qui se transformait en amertume. Il fallait que ça cesse parce que je m’éloignais de Dieu. Le Saint-Esprit m’avait donc mis à cœur de prier pour cette femme et de déclarer des bénédictions sur sa vie, de la voir comme l’Éternel la voit (Matthieu 5:44). Vous savez, une puissance émane de la prière faite avec amour et sincérité. Cela change les cœurs (de la personne concernée et vous-même).

En ayant été obéissante au Seigneur, j’ai pu être délivrée de ce péché. Aujourd’hui, Dieu a ouvert mes yeux spirituels. Je suis tellement reconnaissante !Je ne ressens plus rien pour ce frère. Néanmoins, je continue de prier pour lui. Que l’Éternel puisse éloigner toute personne malsaine et qu’il puisse rencontrer sa future conjointe selon le cœur de Dieu. Pour ma part, j’ai l’assurance que mon compagnon de destinée m’aimera telle que je suis, et ne me fera pas sentir en rivalité avec une autre femme.

Tout est une question de volonté. Vous pouvez fermer la porte à la jalousie en gardant la perspective de l’Éternité. Vous n’appartenez pas à ce monde. Vous êtes un habitant temporaire. Concentrez-vous sur le mandat que Dieu a pour vous.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

5 commentaires
  • isabeladouce Il y a 1 semaine

    Amen. C'est tellement beau ce que vous avez dit. Que le nom du Seigneur soit loué
  • FDM7777 Il y a 1 semaine, 2 jours

    L'envie ou la jalousie ne se transforme en rien de bon quand on n'a pas la possibilité de faire évoluer la situation ou du moins sans se mettre dans de grosses difficultés. Dans ce cas peut-être il faut juste se retrancher de cette personne; la rayer de sa vie. Autre situation est quand on envie et on a a priori les moyens de faire aussi bien. Là la jalousie devient productive et nous pousse à nous dépasser. S'il n'y avait pas ce brin de compétition, tellement de choses resteraient médiocres.
    • Joe-972 Il y a 1 semaine, 2 jours

      Bonjour je ne pense pas qu'il faille combattre la médiocrité par la jalousie. La quête de l'excellence et le zèle que donne l'évangile doivent nous permettre d'atteindre ce but. Pour rappel l'esprit de compétition et la jalousie de Caïn l'ont poussé à tuer Abel
  • Joe-972 Il y a 1 semaine, 4 jours

    Bonjour. Quand on ressent un mauvais sentiment, il n'est plus à la porte (conformément à la question posée) mais bel et bien installé dans le coeur. On n'a plus besoin de mener un combat mais d'en être delivré(e). Les mots ont du sens et du poids. Ce que je ressens est déjà en moi. Un bon sentiment embaume mon coeur. Un mauvais l'emprisonne. Il serait alors nécessaire de savoir comment s'en délivrer. La volonté est impuissante alors, sinon cest leffort qui nous guérirait et nous en aurions le mérite ! C'est la conscience d'être séparé de Dieu (à cause du péché) qui donne la repentance. Repentant mon confesse pour en être délivré. Jacques 5v16.
  • rozange Il y a 1 semaine, 4 jours

    Amen