La réincarnation est-elle biblique ?

La réincarnation est-elle biblique ?

Question d'un Internaute : "J'aimerais savoir ce qu'il faut penser de la réincarnation d'un point de vue biblique ?"

Véritable fondement des philosophies hindouistes, la doctrine de la réincarnation, appelée également transmigration des âmes, ou métempsycose, séduit de plus en plus d'Occidentaux. À la base, il y a le karma. Il s'agit du destin de chaque être, constitué par une chaîne de vies successives, appelée samsâra, chaque vie étant déterminée par les actes accomplis dans la vie précédente. Pour atteindre le nirvâna, ou délivrance, chaque être doit s'élever, au cours de ses vies successives, par ses efforts vers le bien. S'il commet le mal, il régresse dans sa prochaine existence terrestre.

Ce système peut sembler séduisant en ce qu'il propose une explication à l'existence du bien et du mal, à l'inégalité des conditions humaines, et veut être la base de la hiérarchie sociale. Non seulement on a, mais on est ce qu'ont mérité nos vies antérieures.

Comme arguments prétendant accréditer cette doctrine, on cite volontiers certaines expériences, que l'on fait parfois, de sensation de "déjà vu". On vit une circonstance particulière, mais notre perception des faits semble provenir à la fois de notre mémoire, et de la réalité que nous sommes en train de vivre. D'où la conclusion simpliste que nous avons déjà vécu les mêmes circonstances, et cela dans une vie antérieure. Mais il s'agit seulement d'un trouble passager de la mémoire, appelée paramnésie, dans laquelle la réalité est perçue en quelque sorte dédoublée : Une perception directe, avec simultanément un écho dans la fonction mémorielle, donnant au sujet l'impression de se souvenir d'un autre vécu semblable.

Un vieux et vénérable professeur de violoncelle était convaincu que son tout jeune élève, notre fils en l'occurrence, était la réincarnation d'un grand maître d'autrefois. Il prétendait qu'il ne lui apprenait rien ; il lui rappelait seulement son savoir passé ! Mais si son jeune élève d'alors sortit bien plus tard du Conservatoire Supérieur de Musique de Paris avec un premier prix, ce ne fut certes pas grâce à la métempsycose, mais à un travail long et persévérant : Dix pour cent d'inspiration et quatre-vingt-dix pour cent de transpiration !

Cette doctrine porte en soi la marque du Maître Contrefacteur, Satan, car, une fois de plus, elle prône le salut de l'homme par lui-même, niant par là l'œuvre salvatrice de Jésus sur la croix. Elle va même parfois jusqu'à citer Jésus, en donnant à ses paroles un sens totalement étranger au message évangélique :

"Jésus lui répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu." (Jn 3.3)

Cela ne peut manifestement pas s'appliquer à la réincarnation, car l'Écriture affirme aussi :

"...il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement..." (Héb 9.27)

(Extrait du livre de l'auteur : "Vraie et fausse spiritualité", chapitre 9.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire
  • baobab33 Il y a 2 années, 11 mois

    Jean-Claude Guillaume, paix à son âme, sur quelle base le second verset cité serait plus valable et prégnant que le premier ? selon la compréhension raisonnable (de l'esprit) il y a un paradoxe impossible à réduire entre ces deux versets : il faut donc pousser la compréhension en prenant du recul (s'élever) Le verset 26 (précédent juste celui qui dit que le jugement suit la mort une fois) dit "[...]Mais maintenant, à la fin des temps, il s’est révélé une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice." ce qui signifierait s'il était appliqué et compris à la lettre, que la fin des temps a déjà eu lieu au moment de la présence physique de Jésus sur Terre... La compréhension qui fait du sens éternellement est que la fin des temps se passe à chaque instant et que la mort unique suivie d'un jugement est aussi fréquente que l'alternance du jour et de la nuit : la réincarnation n'est en aucun cas remise en cause par le nouveau testament. Jésus n'est pas venu changer la loi, ni les textes de l'ancien testament (comme si Dieu s'était trompé et qu'il soit venu avec les correction de la première version !!!) : les textes restent inchangés et il est venu proposer une compréhension supérieure à celle donnée aux juifs, qui correspondent à l'enfance, Jésus vient avec l'entendement de l'adolescence.