La paix achetée

Sommaire
La paix achetée

Bonjour Mon ami(e),

“Lorsque Israël fut assez fort, il assujettit les Cananéens à un tribut, mais il ne les chassa pas” (Juges 1.28).

L’histoire du XXème siècle, marquée par l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler, nous montre comment les gouvernements Français et Britanniques ont cru pouvoir préserver la paix, en acceptant divers compromis avec le führer. Certains juifs de la haute société allemande, tel le banquier Max Warburg, commirent la même erreur.

La particularité du livre des Juges, c’est qu’il retrace une longue période de l’histoire d’Israël, faite de temps de paix et de temps de conflits. L’origine de ces fluctuations entre paix et guerre se trouve dans le fait qu’Israël avait pensé pouvoir acheter la paix en faisant payer un tribut aux nations qu’il aurait dû détruire.
Retenons la valeur symbolique de ces pages d’histoire : On ne peut vivre en paix en faisant des compromis avec le péché ! On pourrait dire sous forme lapidaire : “le compromis ne paie pas, même s’il semble profitable un instant”. Israël tirait profit, pendant un certain temps, des nations assujetties à un tribut, mais quand ces nations reprenaient le dessus, Israël n’avait plus ni la paix ni le repos.

Il ne pourra jamais y avoir de paix durable et véritable, là où il existe le moindre compromis avec le péché. Une paix acquise par un compromis ne sera jamais une paix durable. Voulez-vous que la paix remplisse votre esprit ? Dans ce cas, n’acceptez aucun compromis avec le péché. Les avantages obtenus, par le moindre compromis avec le péché, seront rapidement engloutis par l’arrivée de la culpabilité, des angoisses, du remords…
Avez-vous des choix moraux à faire, ou des choix éthiques ? Souvenez-vous que le compromis ne vous procurera pas une paix durable.

Alors que Naomi retourne vers sa patrie, elle suggère à ses belles-filles de retourner vers le pays de Moab pour qu’elles y retrouvent le repos (synonyme de paix) (Ruth 1.9). Cela signifiait d’abandonner leur attachement à la foi qu’elles avaient placé dans le Dieu d’Israël, cela revenait à faire un compromis avec des pratiques idolâtres. Ruth refusera d’une manière absolue ce genre de compromis (Ruth 1.16/18). Nous ne savons rien concernant Orpa qui entra dans cette forme de compromis, mais nous savons que Ruth trouva le vrai repos, la vraie paix auprès d’un homme de paix nommé Boaz.

Ma décision en ce jour :

Seigneur, toi qui assures la paix à celui qui est ferme dans ses sentiments (Ésaïe 26.3), je décide aujourd’hui d’être résolu(e), d’abandonner le sentier des compromis dans lesquels je m’enlise. Je m’engage, avec ton aide, à ne plus pactiser avec le péché, et à m’attacher à ce qui t’est agréable. Amen !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire