La réussite de Christ

Sommaire
La réussite de Christ

Bonjour Mon ami(e),

“C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom…” (Philippiens 2.9)

Alors qu’il était retenu prisonnier à Sainte-Hélène, Napoléon Bonaparte a écrit quelques réflexions sur la personne de Christ. J’ai relevé cette phrase parmi tant d’autres : “C’est une chose bien extraordinaire qu’après dix-huit siècles, Jésus-Christ soit encore aimé !… Nul homme, pour si grand qu’il soit, n’a jamais été aimé plus longtemps que sa vie. Aujourd’hui, qui aime César, Alexandre ? Non, les grands hommes ne sont pas aimés au-delà de la tombe. Je m’y connais en hommes, et je dis : Non, Jésus-Christ n’est pas un homme, et voilà pourquoi, après dix-huit siècles, on l’aime encore”.

Nous n’ignorons pas que d’autres hommes soient vénérés, encore de nos jours, des siècles après leur mort, comme Bouddha, Confucius, Mahomet… Ces hommes, philosophes, grands penseurs, fondateurs d’une religion, ont réussi à marquer l’histoire de l’humanité, mais la réussite de Christ est d’une toute autre nature. En effet, ceux qui ont réussi à imposer leur vision du monde spirituel, y sont parvenus soit par des conquêtes guerrières, ou par des raisonnements philosophiques sophistiqués … mais Christ y est parvenu par le don de sa vie. C’est ce qu’exprime l’apôtre Paul quand il écrit : “Christ… s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix.” (Philippiens 2.6/8)

A l’image de Christ, c’est lorsque l’église fut persécutée, humiliée, maltraitée pendant les trois premiers siècles de son histoire, qu’elle a réussi à surmonter les violences, à s’implanter durablement, et à marquer profondément le cours de l’histoire.

Là où elle a spirituellement échoué, c’est lorsqu’elle a voulu prendre les armes, que ce soit lors des croisades, ou de la sombre période de l’inquisition, pour ne citer que ces deux exemples. La réussite qui s’obtient par la violence n’est pas de nature divine, elle est de nature humaine ou même diabolique.

Si la réussite spirituelle de Christ est passée par l’abaissement, et même par la mort, il ne saurait en être autrement pour nous. C’est avec raison que Jésus a dit : “Si le grain de blé tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit.” (Jean 12.24)

Un conseil pour ce jour :

Renoncez à vouloir imposer vos convictions par la force ou la coercition. L’utilisation de la terreur pour forcer la croyance n’est pas dans la nature de Christ. Comme lui, acceptez d’emprunter le chemin qui descend, car, c’est ce chemin qui prépare la véritable réussite.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire