Un costume pas comme les autres

Sommaire
Un costume pas comme les autres

Bonjour Mon ami(e),

“Car nous n’avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n’en pourrons rien emporter ; si donc nous avons la nourriture et le vêtement, cela nous suffira.”  (1 Timothée 6.7)

Un jour, en Amérique, un pasteur est parti prêcher dans une ville éloignée. Il était hébergé par un entrepreneur de pompes funèbres. Hélas, en ouvrant sa valise, il s’est aperçu qu’il avait oublié son costume !
« Ne vous en faites pas, l’a rassuré son hôte. Je vends des costumes pour les morts ; je vais vous en prêter un… Je pense que le défunt qui le portera ensuite ne viendra pas s’en plaindre ! »
Le pasteur était gêné, mais n’ayant pas d’autre solution, il a accepté la proposition.
Le lendemain, tout s’est bien passé jusqu’au moment où le pasteur a voulu mettre la main dans sa poche… Le costume, taillé spécialement pour les morts, n’en avait pas ! Cela l’a beaucoup fait réfléchir. « C’est vrai, s’est-il dit, nous accumulons tant et tant de choses… Mais à notre mort, nous n’emmenons même pas avec nous le contenu d’une petite poche ! »

Notre société de consommation nous pousse à acheter toujours plus. Les gadgets soi-disant « indispensables à notre bonheur » se multiplient sans cesse. Alors que jadis, on donnait une orange aux enfants à Noël, ils croulent aujourd’hui sous des montagnes de jouets qui, souvent, sont mis au rebut au bout de quelques jours. Et tout est fait pour que les grands enfants que nous sommes se lancent sans cesse dans des achats effrénés. Autrefois, on gardait ses vêtements pendant de nombreuses années. Aujourd’hui, Madame la Mode fait sa loi, nous recommandant de jeter tout ce qui n’est plus « tendance » pour courir les boutiques, à la recherche des derniers modèles en vogue… Nous tentons de résister, mais il est bien difficile de nager à contre-courant.

L’ancêtre des consommateurs effrénés, le roi Salomon, a conclu : « Tout ce que mes yeux avaient désiré, je ne les en ai point privés… et voici, tout est vanité et poursuite du vent » (Ecclésiaste 2.10-11).

Ma prière de ce jour :

De même que je te prie de m’apprendre à bien compter mes jours, Seigneur, je te demande de m’aider à ne pas gaspiller mes ressources. J’ai besoin de ta sagesse dans ce domaine comme dans tous les autres. C’est en toi que je veux trouver la satisfaction de mon cœur ! Amen.

Aline Neuhauser

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire