ON S’EST É…CLA…TÉ !!!

ON S’EST É…CLA…TÉ !!!

« Jeune homme, réjouis-toi dans ta jeunesse, livre ton cœur à la joie pendant les jours de ta jeunesse, marche dans les voies de ton cœur et selon les regards de tes yeux ; mais sache que pour tout cela Dieu t’appellera en jugement. Bannis de ton cœur le chagrin, et éloigne le mal de ton corps ; car la jeunesse et l’aurore sont vanité. Mais souviens-toi de ton créateur pendant les jours de ta jeunesse, avant que les jours mauvais arrivent et que les années s’approchent où tu diras : Je n’y prends point de plaisir » Ecclésiaste 12/1-3

Voilà l’avertissement « préféré » des pasteurs pour les jeunes.
Mais plus loin que le pasteur, le parent, ou que qui que ce soit d’autre, c’est l’avertissement du Père céleste à son enfant ou celui qui ne l’est pas encore.
La jeunesse, et plus largement la vie ici-bas ne dure pas.
Elle sera brusquement arrêtée, tôt au tard, pour chacun d’entre nous.

«Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement, de même Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut.» Hébreux 9/27-28
Comme l’ecclésiaste, l’auteur de l’épître aux Hébreux met en garde contre l’oubli de ce qui suivra notre vie : le jugement.

Ce n’est pas qu’on doive vivre dans la crainte du jugement, mais nous ne devons pas l’oublier. L’autre chose à ne pas oublier… Le retour du Seigneur pour venir chercher «ceux qui l’attendent pour leur salut». Il semble que dans cette période de la vie qu’est la jeunesse (et pas que celle là d’ailleurs), on attend et se prépare pour tout un tas de choses, mais… pas celle là !

Mais… n’oublions pas le titre.

Dans les bizarreries de l’argot, du langage moderne, à la mode, (etc…) on trouve une expression qu’on emploie souvent après une fête, un repas, un spectacle, et des fois même après des excès en tout genre: « On s’est éclaté…», «…On a jamais autant rigolé,… aussi bien « bouffé » (oups mangé),… autant bu, ou fumé ...»

On dit souvent ça après une bonne soirée bien organisée, pour que tout le monde puisse pour un moment « s’éclater ». Le hic, c’est que, c’est pour un moment ! Parce qu’une fois qu’on s’est éclaté, on a encore besoin de s’éclater, et encore besoin de sensations plus fortes, plus drôles, plus «amusantes, éclatantes…».
On s’est tellement bien « éclaté », que le lendemain… on est « éclaté » . On n’a plus la force de rien faire … Même pas de venir louer le Seigneur le Dimanche au culte.
 
Avant c’était « Saturday night fever » (« Saturdeil naillte fiveur » pour ceux qui parlent pas anglais).
Mais maintenant c’est même dès le jeudi soir, ou après-midi pour les plus jeunes.
Il y a comme une addiction à la fête, sans ça on n’est pas heureux.
Notre génération a oublié la fin de l’histoire...
On s’éclate tellement qu’on a oublié qu’à la fin on peut s’éclater,… dans le mauvais sens du terme, comme un ballon de baudruche qu’on aurait trop gonflé.
Parce qu’en fin de compte, les fêtes qui laissent ton cœur dans l’état dans lequel il était avant, ça va te « gonfler », et tu risques d’éclater.
Le pire c’est que pour remplir un ballon, on le remplit avec de l’air et à l’intérieur il n’y a que du vide.

La définition du mot éclater c’est : se briser, se rompre avec violence, se séparer en plusieurs éléments, se briser en mille morceaux, produire un bruit violent et soudain.
On utilise ce mot aussi pour une guerre qui éclate, une colère qui révèle un caractère contenu (mais bien présent…).

Ça c’est « l ’éclate » ! …

Alors avant que tu aies trop de lendemains qui déchantent, que tu sois trop éclaté, brisé, cassé... souviens-toi de ton créateur. Car lui ne veut pas que tu t’éclates, Il veut faire éclater sa gloire dans ta vie.

Tu peux découvrir comment une « vraie » relation avec Dieu
c’est « l’éclate ».


L’Eternel dit à Moïse : Va vers Pharaon, car j’ai endurci son cœur et le cœur de ses serviteurs, pour faire éclater mes signes au milieu d’eux. C’est aussi pour que tu racontes à ton fils et au fils de ton fils comment j’ai traité les Egyptiens, et quels signes j’ai fait éclater au milieu d’eux.
Et vous saurez que je suis l’Eternel. (Exode 10/1-2)
4 commentaires
  • Mpongola Il y a 5 années, 11 mois

    C'est sublime et profond. Puisse nos jeunes s'inspirer de cette méditation et surtout de sa source qu'est la Parole de Dieu. Mais au-delà de tout, qu'ils vivent la Parole de Dieu dans leur vie. Une autre perle des Saintes Ecritures dit : "Ne vous conformez pas au siècle présent. Mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence pour savoir quelle est la volonté de Dieu ce qui est bon, agréable et parfait". Romains 12: 2
  • FDM7777 Il y a 5 années, 11 mois

    S'il est vrai que certaines personnes sont tout le temps en fête et d'autres qui nagent à la mondanité, il y a d'autres personnes qui ne relèvent pas la tête du quotidien en essayant d'être raisonnable et marcher droit. Vous allez pas venir leur dire qu'une soirée bien arosée (si cela ne finit pas au commissariat bien sûr) ou une soirée dansante où l'on sent vraiment que la joie inonde notre coeur est mauvais? On sait que Dieu est notre priorité, que Lui seul suffit à notre plein bonheur, que Sa Parole éclaire. Tous les versets phares de la Bible, on les met devant soi, les psaumes de David, on les aspire à l'intérieur pour expirer la plein joie de communion heureuse avec Dieu. La Bible réjouit notre esprit, nous sécurise par l'assurance de l'Omniprésence du Seigneur, nous livre de grand secrets en réserve ceux qui croientt en Christ, nous communique l'image de la gloire à venir du Christ mais aussi de chaque chrétien. On est censé en exalter, surtout que la vie sur la terre est infinement plus courte que l'éternité. Quand on ne sait pas tout cela, on peut s'accrocher à la découverte de la Bible au moment délicat pour refuser de s'éclater. Quand on le sait, soi on coupe les ponts avec le monde (le moins de contacts possibles, pas de famille, pas de travail, jardinage peut-être) pour vivre sur la terre comme au ciel, soi on constate que la Bible n'apporte plus cette fraîcheur, cette énergie qui régénérait si bien avant et que maintenant de temps en temps, on a du mal à tenir. S'enivrer n'est pas bien, et oui, on sait tous les versets reliés au sujet, excès de table, ça aussi, et on ne se leurre pas en disant qu'on était pas au courant, mais avant qu'on ne le savait pas, on pouvait s'accrocher à ces nouveaux versets venus tous frais se déposer sur notre âme et notre esprit, alors que maintenant on a l'impression que Dieu n'a plus rien à nous dire. Ceci pour dire qu'il ne faut pas nous en vouloir si on succombe parfois à une soirée osée ou arrosée, on est aussi des êtres humains et ce n'est pas parce qu'on est allé à une soirée comme ça, qu'on se mettra à ignorer tous les principes de la vie chrétienne.
  • Deya Il y a 5 années, 11 mois

    J'ai été jeune moi aussi et pour nous, c'était les matinées dansantes et j'avoue que je me suis éclatée parce que j'aimais la danse. Mais des années après, que reste t'il de tout ça des souvenirs bien sûr. Mais cela a-t'il été un élément de réussite dans ma vie? Non même si on doit accorder de l'importance aux loisirs. Si seulement on pouvait se projeter dans l'avenir avec ce qui nous tient en ce moment, on verrait son utilité ou sa futilité. Aujourd'hui quoique déjà à notre époque le sexe prenait déjà de l'importance pour certains, aujourd''hui le féau est destructeur et plus rien n'a de valeur. La morale, la parole donnée, plus rien de tout ça. Le BIEN est appelé MAL et le mal BIEN. Je ne m'imaginais pas vivre cela à cette époque. LA BIBLE EST VRAIE Seigneur aide nous.
    • FDM7777 Il y a 5 années, 11 mois

      La réussite est fruit de discipline dans la foi et ailleurs, pas fruit de divertissement. Personne ne le nie. La question est plus d'autoriser des entorses rares à cette discipline, sans se voiler la face que c'est une entorse bien sûr. Je ne parle pas de s'enivrer et prendre le volant bien sûr, car c'est criminel. Ces entorses dont je parle laissent de bons souvenirs, mais c'est exactement ce qu'il faut : de bons souvenirs. Quelle est cette vie dont on retient priere, étude, travail, lessive/ménage, metro, lit, anniversaire/Noël ?! Et pourtant il y a des personnes qui vivent cette vie en semant pourtant abondamment pour le ciel. Mais c'est une existence si minable de voir défiler des journées grises, sans fin, faites de devoirs et de ce qui se répète tous les jours...
  • Afficher tous les 4 commentaires