Des enseignements texte, audio et vidéo pour grandir dans la foi et vous ressourcer !

Un verre d’eau ! (10)

Retrouvez- moi touts les vendredi matin pour 365 histoires et chaque semaine sur ma nouvelle chaîne : http://youtube.com/c/JeanLouisGaillard . Une histoire d'Erno Dapozzo
C'était au lendemain d’une victoire chèrement acquise par des efforts inouïs. On m’avait chargé de porter à l’arrière-garde de l’armée une dépêche importante, quand, au moment de partir, mon cheval harassé refusa tout service. J’en envoyai chercher un autre ; celui-ci était tellement indocile et rétif, que plusieurs minutes se passèrent avant qu’il me fût possible de me mettre en selle et de le décider à partir. Néanmoins, il f allait avancer ; l’importance du message dont j’étais porteur ne permettait aucun retard.
À midi, j’étais à peine à la moitié du chemin. L’air était lourd. Des tourbillons de poussière desséchaient mon palais. J’étais épuisé, ma gourde était vide et je me sentais près de défaillir.
À un détour du chemin, j’aperçus une source abondante, près de laquelle quelques soldats se reposaient. J’aurais voulu descendre pour en faire de même, mais mon cheval fit à l’instant même des bonds tellement furieux que je dus renoncer à cette tentative. Je détachai alors ma gourde et, m’adressant à l’un des soldats, je la lui tendis en le priant de me la remplir. C’était un grand gaillard à la mine dure mais j’étais loin de m’attendre à l'injure qui s’échappa de ses lèvres pour accompagner cette réponse :
« Remplis-là toi-même ! ». À ces mots, ma colère ne connut plus de bornes :
— Malheureux, m’écriai-je, puisse-je un jour te retrouver mourant de soif et mendiant un verre d’eau, pour avoir le plaisir de te le refuser aussi !
Le visage de ce soldat se grava dans ma mémoire et, je jurai de le chercher jusqu’à ce que je puisse me venger. Pendant deux ans, au camp, sur les champs de bataille, parmi les mourants, je poursuivis sans succès cette recherche impie. Enfin, mon jour vint.
Les suites d’une blessure me retenaient à l’hôpital ; je pouvais cependant aller et venir, et j’employai mon temps à soigner les blessés. Jamais je ne n’avais ressenti autant de pitié pour ces pauvres soldats qu’au milieu de ces scènes de douleur et de souffrances de toutes sortes. Je trouvai un véritable bonheur à chercher à adoucir les derniers moments de ceux qui s’en allaient sans avoir eu la joie de ne revoir aucun des leurs. Au milieu de ces nouvelles préoccupations, j’oubliai mon ennemi, celui qui m’avait refusé un verre d’eau.
Après une grande bataille, un nombre considérable de blessés furent évacués dans notre hôpital. Toutes les salles étaient combles ; la chaleur était affreuse et les malades souffraient cruellement de soif. De tous les lits partaient des voix suppliantes : « De l’eau, de l’eau ! » Muni d’un verre et d’une cruche d’eau glacée, j’allai de rang en rang, distribuant la boisson bienfaisante ; comme je m’avançai entre les lits, un homme couché à l’extrémité de la salle, se leva soudain sur son séant, en s’écriant d’une voix caverneuse :
—De l’eau ! De l’eau, pour l’amour de Dieu !
Je demeurai comme pétrifié ; tout ce qui m’entourait disparut à mes yeux, je ne vis que lui : c’était celui qui m’avait refusé le verre d’eau froide. Je m’approchai, mais il ne me reconnut pas ; alors ma chair, me dit avec force : « Va, venge-toi, passe et repasse devant lui : donne à boire à tous ceux qui l’entourent, mais non à lui, venge-toi ! »
En même temps, j’entendis une autre voix : « Mon ami, c’est aujourd’hui le jour propice, c’est l’heure de rendre le bien pour le mal, de pardonner comme ton Sauveur t’a pardonné. Va, donne à boire à ton ennemi. »
Un mouvement irrésistible me poussa près de son lit et, j’approchai le verre de ses lèvres brûlantes. Oh ! Comme il but ! Je n’oublierai jamais l’expression de soulagement qui se peignit sur ses traits et le regard qu’il laissa reposer sur moi ; mais il ne prononça aucune parole ; je vis simplement que son cœur était profondément ému. Je le soignai jour et nuit. Longtemps il persévéra dans le même silence à mon égard, lorsqu’un jour, comme je m’éloignai de son lit, il saisit un pan de mon vêtement et me retint.
—Te souviens-tu du jour où tu m’as demandé à boire ?
— Oui, mon camarade, mais c’est une vieille histoire !
— Pas pour moi, reprit-il, en vérité je ne sais ce que j’avais ce jour-là ; le lieutenant venait de m’appeler "Bon à rien". J’avais de la fièvre, j’étais en colère, je n’étais plus moi-même. Quelques instants après, je fus tout honteux de ma conduite, mais il était trop tard… Depuis deux ans, je t’ai cherché à toute occasion pour te demander pardon. Dis-moi, veux-tu me pardonner ?
Un sentiment poignant de confusion s’empara de moi.
— Camarade, m’écriai-je, tu es meilleur que moi, n’en parlons plus.
Peu de temps après, on dut lui amputer une jambe puis il apprit sans trouble qu’il n’y avait plus d’espoir. Avant de mourir, il se confia entièrement, en Celui qui avait dit : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ! ».

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Merci, sincèrement merci...

Merci car c’est grâce à vous que le TopChrétien et ses contenus existent et sont disponibles gratuitement. Grâce à vous qui priez... qui nous soutenez... qui utilisez nos services... Nous vous aimons et prions que Dieu vous bénisse en toute chose !

David Nolent, Directeur du TopChrétien et son équipe

 

2 commentaires
  • Janick DIOURIS Il y a 3 semaines, 2 jours

    Voilà ! Qd on jugera les circonstances avant de juger les hommes , l' Humanité aura fait un gd pas en avant ! Merci pasteur !
  • lauriane24 Il y a 3 semaines, 3 jours

    Ô SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST donne nous de te ressembler par la puissance du SAINT-ESPRIT et apprends nous à bien compter nos jours pour qu'ils ne soient pas vain mais qu'ils soient pour ta gloire et le salut des âmes, au SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST abats notre résistance et notre orgueil et remplis nous de ton amour. Amen! Merci PÈRE pour ta parole, bénis ton serviteur. Amen!
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
LANDRY GNONHANLOU LE CULTE
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...