5 pas vers le courage

5 pas vers le courage

J’aime ces vieux films de football américain, où l’entraîneur s’adresse à ses joueurs abattus, lors de la mi-temps. Ils en sont à 73-0, mais l’entraîneur, qui ressemble à Ronald Reagan, ranime leur courage avec un discours passionné.

« On peut encore gagner, si vous donnez tout ce que vous avez ! »

Ayant refait le plein d’énergie grâce au discours, ils se ruent sur le terrain et gagnent le match 74-73. (Quand tu es à Hollywood, tu peux faire en sorte que ça se termine un peu comme tu veux).

Mais, dans la vraie vie, comment font les personnes qui aiment le Seigneur pour être renouvelées dans leur courage, quand elles se retrouvent acculées dans un coin, tremblant comme des feuilles?

Voilà cinq point donneurs-de-courage.

1. Tu te répètes les vérités de Dieu, encore et encore

Parfois, il semble que tous tes ennemis se sont unis contre toi. La maladie, les problèmes financiers, les problèmes relationnels et la dépression te poussent à courir te cacher.

 Mais il n’y a nulle part où se cacher. Alors, que faire ?

 Ne reste pas paralysé par la peur, prie ! Rappelle-toi les promesses de Dieu, ensuite agis ! Accroche-toi à la parole de Dieu et tiens-la comme un épéiste qui tient son épée et la manie jusqu’à ce que sa main reste collée à la poignée.

 2. Prie Dieu à la face de tes ennemis

Le vieux roi Josaphat était tout près de mordre la poussière. Ses ennemis s’étaient unis pour l’attaquer. Ces armées puissantes menaçaient de le détruire.

Ils étaient impressionnants et Josaphat était effrayé. Alors, qu’a-t-il fait ? A-t-il appelé la garde nationale ? A-t-il amorcé un rapide recrutement ? A-t-il transféré tout son argent dans un compte à l’étranger et s’est-il enfui dans le pays qui voudrait bien l’accueillir ?

Non. Il a appelé à un grand rassemblement de prière, dans tout le pays. Quand le peuple s’est humilié, a jeûné et cherché Dieu, le Tout-Puissant a parlé par l’un de ses prophètes.

 Soyez attentifs, tout Juda et habitants de Jérusalem, et toi, roi Josaphat! Ainsi vous parle l’Éternel: Ne craignez point et ne vous effrayez point devant cette multitude nombreuse, car ce ne sera pas vous qui combattrez, ce sera Dieu. Demain, descendez contre eux; ils vont monter par la colline de Tsits, et vous les trouverez à l’extrémité de la vallée, en face du désert de Jeruel. 

 Vous n’aurez point à combattre en cette affaire: présentez-vous, tenez-vous là, et vous verrez la délivrance que l’Éternel vous accordera. Juda et Jérusalem, ne craignez point et ne vous effrayez point, demain, sortez à leur rencontre, et l’Éternel sera avec vous!... 

 Puis d’accord avec le peuple, il nomma des chantres qui, revêtus d’ornements sacrés, et marchant devant l’armée, célébraient l’Éternel et disaient: Louez l’Éternel! car sa miséricorde dure à toujours!

 Au moment où l’on commençait les chants et les louanges, l’Éternel plaça une embuscade contre les fils d’Ammon et de Moab et ceux de la montagne de Séir, qui étaient venus contre Juda. Et ils furent battus.” (2 Chroniques 20.5-18, 22, NEG 1979)

 3. Continue à venir à la source du courage

Quand l’armée du Général Josué a commencé sa conquête du pays promis, ils ne cessaient de retourner à Guilgal l'utilisant comme sa base d'opération.

A Guilgal, ils avaient renouvelé leur alliance avec Dieu lorsqu’ils étaient entrés pour la première fois dans le pays.

Toi et moi, nous ne sommes pas différents. Nous devons continuellement nous rappeler où notre vie a commencé : au Seigneur Jésus Christ.

Il est si facile de se concentrer sur l’ennemi et sur notre impression de ses « ressources illimitées. » Quand notre vision de notre Capitaine victorieux commence à s’affaiblir, nous nous affaiblissons de même…

Mais quand nous regardons au Seigneur :

« Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? Lui qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui? » (Rom 8.31-32 NEG1979)

Tout ce que nous sommes et tout ce que nous avons découlent de cette mort de Jésus en sacrifice sur la croix et de la résurrection qui a suivi.

Notre vie se termine et commence avec Lui. Il remplit chaque jour.

Quand nous remercions Dieu, que nous Le louons et L’adorons, c’est comme si nous comptions notre argent.

Si nous devons acheter quelque chose, nous faisons nos comptes pour savoir si nous avons assez. Dans la vie, Dieu est notre plus grande ressource et, quand nous commençons à louer, adorer et méditer sur qui Il est, quand nous commençons à Le remercier pour ce qu’Il a fait, nous comptons nos biens.

La foi grandit et nous allons de l’avant avec courage. Bien sûr, nous le faisons principalement parce que nous L’aimons, mais compter nos biens est aussi important lorsque nous sommes effrayés, découragés ou complètement perdus, sans savoir que faire.

4. Assure-toi que tu n’es pas en train d’attirer Dieu dans ta bataille

Souviens-toi que ce n’est pas ta bataille. Tu combats la bataille de Dieu. C’est Son plan éternel. Quand le Capitaine de l’armée de Dieu est apparu à Josué, l’homme effrayé lui a demandé : « Es-tu des nôtres ou de nos ennemis ? »

 Le Capitaine a répondu : « Ni l’un, ni l’autre. » (Josué 5.13-14 BFC)

 Quoi ? Dieu ne combat pas dans les batailles dont j’ai rêvées pour Lui ? Beaucoup de gens confessent des choses que Dieu ne leur a pas données.

 Josué devait faire avec le plan de Dieu et non l’inverse. Il pensait être le commandant de l’armée du Seigneur. Mais, ce jour-là, Il a compris qu’Il était un serviteur de Dieu, accomplissant le plan de Dieu, et qu’il y avait une armée invisible incroyablement puissante qui soutenait son armée visible.

 Nous sommes des serviteurs dans le plan de Dieu et non l’inverse. Peut-être que, si la défaite et le découragement ravagent notre vie, nous avons besoin de vérifier si nous n’essayons pas de forcer Dieu à faire quelque chose qu’Il ne veut pas faire.

 Et, si nous sommes dans le plan de Dieu, nous avons besoin de nous rappeler des ressources de notre armée.

 5. Trouve-toi quelqu’un pour te redonner courage et aide les autres à reprendre courage

 « De Rome vinrent à notre rencontre, jusqu’au Forum d’Appius et aux Trois-Tavernes, les frères qui avaient entendu parler de nous. Paul, en les voyant, rendit grâces à Dieu, et prit courage » (Actes 28.15)

 Mais Dieu, qui console ceux qui sont abattus, nous a consolés par l’arrivée de Tite, et non seulement par son arrivée, mais encore par la consolation que Tite lui-même ressentait à votre sujet: il nous a raconté votre ardent désir, vos larmes, votre zèle pour moi, en sorte que ma joie a été d’autant plus grande.” (2 Corinthiens 7.6-7 NEG1979)

 Dieu se déguise parfois sous la forme d’un frère ou d’une sœur… ou même de toi.

 Alors, manques-tu de courage ? Ne reste pas là à trembler. Dieu a des réponses pour toi. Lève-toi et continue ta vie. Fais-Lui confiance. Tu n’es pas seul.

7 commentaires