L’inconnu dans la cuisine

L’inconnu dans la cuisine

Le lien des âmes

Le live en direct de mon atelier se termine 

(C’était celui-là : https://youtu.be/Eiv7DU_xy_0)

 

C’est quand même spécial ce truc... Derrière le nom des internautes (réel ou d’emprunt), leurs questions et leurs courriers, je discerne petit à petit leur personnalité. Je ne suis influencé ni par leur visage, âge ou statut, mais uniquement par ce qu’ils me montrent de leur âme... Je crois que je m’attache à eux. 

Bref, une fois de plus, c'était intense. “Quelque chose” est passé entre nous, et ça provenait d’en haut. C’est dingue, car apparemment ça passe même en différé.

 

L’extinction des feux

Bien que satisfait, je suis soulagé d’avoir terminé. C’est un peu étrange de m’être adressé à tant de gens, et aussitôt me retrouver seul dans mon atelier.

J'éteins les lumières, monte à l’étage pour pénétrer dans mon modeste chez moi. C’est vide, ‘y a personne. Ma femme donne des cours à l’école de musique, et le dernier de mes enfants qui me reste à la maison est sûrement chez sa soeur (ils sont très complices ). 

Il fait nuit.

 

Seul avec moi-même

Cool, j’en profite pour finir des restes de “trucs” plus ou moins comestibles qui traînent dans le frigo (et que je suis seul à avoir le courage de manger💪🏼). Je mélange “ça” à un fromage périmé (oui, je n’aime pas gâcher) et grille le tout à la poêle, histoire de tuer les microbes.

 

Soirée tranquille en vue. Je vais pouvoir me mater un bon film d’abrutis comme je les kiff, sans devoir composer avec les goûts raffinés d'un autrui avide de films intelligents qui riment avec chi…(ah! je ne l’ai pas dit!). 

Et pour un bonheur total, en même temps, je bosserai mes gammes de guitare avec énergie, (et le métronome à coin!), sans que cela ne dérange personne. ‘Y a pas meilleure manière de mater un film! (Je fais ça même au cinéma! mais plus discret, je planque une gratte électrique sous le manteau, si si!)

 

Avant, j'avais oublié de vieilles blessures au fond de mon âme. Elles m’influençaient, sans que je ne m’en rende compte, dans bien des comportements! Mais depuis que Jésus a commencé à me guérir, ça va mieux. Le petit mal-être indéfinissable que j’avais envers moi-même s'est naturellement cassé pour voir ailleurs si j’y suis.. Aujourd’hui, passer une soirée seul n’est plus un problème lié à la solitude. Et même si je ne me fais pas trop d’illusions sur qui je suis, j’arrive à apprécier ma propre compagnie. Je me suis réconcilié avec moi-même.

 

Quand tout bascule

Je suis en train de remuer le contenu de ma poêle pour éviter qu’il ne brûle quand tout à coup : le choc! 

Je me retourne et il y a quelqu’un dans ma cuisine. Un inconnu, barbu et la trentaine se tient debout devant moi. Il me fixe intensément du regard. 

   

Je vais mourir!

Immédiatement, je m’imagine le pire... 

Juste avant le live, j’avais entendu qu’il y avait eu des attentats à l’arme blanche en pleine rue, et je me suis dit “ça y est, c’est  mon tour…!”. Je réalise du même coup la fragilité de ma situation. Penser qu’on est en sécurité derrière la frontière du respect de la propriété privée n’est qu’une pure illusion. 

Mais face à l’hypothétique idée d’une mort prochaine, je perçois alors que, dans mon âme, une pépite lumineuse de joie intense crépite. Il se pourrait que, d’un moment à l’autre, je voie mon Ami et Créateur, face à face et sans aucun filtre entre nous : trop la chance!

Mais je suis tout de même désolé d'imaginer le traumatisme qu’auront mes enfants à retrouver ainsi mon corps sans vie sur le sol de cette cuisine. Et en plus, c’est con pask j’avais des trucs à finir…. hum, mais après tout, mon départ n’est pas une grande perte pour ce monde, car je ne suis que ce j’ai toujours dis : un simple gars comme des milliards d’autres. Tout le bien que j’apporte ici-bas me vient quasi uniquement de ma relation à Dieu et celle-ci reste et restera accessible à n’importe qui, acceptant de la vivre…. 

Toutes ces pensées en une demi seconde!

Wow je viens de me faire un de ses films dans ma tête!!

 

Réaction

Après ce moment de perplexité, je lance à l’étranger en face de moi un :

- Bonjour, ça va?

Qui est plus une tentative de prise de contact avec une rencontre de 3ème type, qu’une vraie question. Je remarque que sa main ne tient pas un couteau de cuisine, mais une bouteille de vin rouge. Le gars titube et balbutie un :

- bof, non pas vraiment…

Je continue en mode pacifique :

- heu, et tu viens d'où…?

Lui :

- bah, d’un peu partout et nulle part à la fois….

 

Sa réponse n’a rien de rassurant. Je suis content que le reste de ma famille ne soit pas là : ils auraient flippé! Mais je discerne dans les yeux du gars une soif de quelque chose que l’alcool n’a pas pu étancher, alors en plus d’être rassuré, je suis intrigué. Tout en se rattrapant au dossier d’une chaise pour ne pas s’écrouler, il continue…

- c’est beau ce que vous vivez dans cette maison avec Dimitri et les autres.

- Dimitri?! oh! tu cherches Dimitri? il habite à l’étage de dessus, tu t’es trompé d’un étage mec.

Aussitôt je le conduis à l’appart de dessus. Lorsque je le laisse avec le petit monde de la colloque, je réalise qu’ils le connaissent déjà et qu’il bénéficie d’un capital sympathie important. Il lui propose une bière, et même si je me dis que ce n’est peut-être pas une bonne idée, je me dis que, bah, je les laisse gérer…. Ok j’avoue, la perspective de sauver ma soirée (et accessoirement ma vie!) me donne des ailes et j’ai trop envie de me retrouver…

Snif! snif! Houlà les microbes doivent être bien morts là! et peut-être que c’est plutôt ça qui va finir par me tuer!

 

Pfff! qu’est-ce que je me suis fait pour un cinéma moi avec ce gars…! Bah ça a eu le mérite de ramener à l’essentiel (purée! je devrais écrire des livres moi!!!). 

   

La suite de ce texte dans un prochain email...

(dsl, si c’est un peu long cette fois…)


Vous pouvez vous inscrire ici à la lettre de nouvelle pour recevoir d'autres publications d'Alain Auderset.   

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire