Une femme de foi

Une femme de foi

Tout allait bien : elle était missionnaire en Afrique, aimait le Seigneur de tout son cœur, avait un mari affectueux et trois beaux enfants… Jusqu’à ce qu’en 1989, à la suite de problèmes de santé, elle subisse des examens médicaux, et que le diagnostic implacable tombe : MALADIE INCURABLE, ÉVOLUTIVE.

Espérance de vie : de trois à cinq ans…

Mais c’était une femme de foi. Elle a poursuivi son service, épaulée par sa famille et par la prière de multiples chrétiens. Et plus de trente ans après, elle est toujours là, et elle a vu grandir non seulement ses enfants, mais aussi ses petits-enfants.

Et pourtant, les épreuves n’ont pas manqué, car la maladie est toujours là, et l’année 2020 a été particulièrement difficile. Elle a dû partir en EHPAD, et peu de temps après, être privée des visites de ses proches à cause de la terrible pandémie mondiale. Certains jours, les larmes ont coulé. « Seigneur, c’est trop dur ! » Et pourtant, sa foi a toujours pris le dessus, et elle est la vivante illustration du verset : 

« Nous ne perdons pas courage. Et même si notre être extérieur se détruit, notre être intérieur se renouvelle de jour en jour » (2 Corinthiens 4.16).

Je crois même que plus elle s’affaiblit physiquement, plus sa foi brille haut et fort, de même qu’un vase fendillé laisse apparaître, de plus en plus, la lumière éclatante qui se trouve à l’intérieur. 

Elle trouve la force d’intercéder pour sa famille, pour ses voisins de chambre, pour le personnel soignant. Elle saisit toutes les occasions de leur parler du Seigneur. La semaine dernière, constatant qu’un infirmier se nomme Emmanuel, elle lui a demandé s’il savait ce que signifie son prénom, et cela lui a permis de parler de Jésus. 

Elle sait que le bonheur et la grâce l’accompagneront tous les jours de sa vie et que, quoiqu’il arrive, le meilleur est devant elle.

Elle est pour moi un bel exemple de foi et de courage.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

3 commentaires