Une table dressée

Une table dressée

Durant son ministère terrestre, Jésus partage ses repas, ses voyages et ses nuits avec les disciples qu'il prépare à devenir ses témoins jusqu'aux extrémités de la terre.

Le dernier soir avant la crucifixion, Jésus accomplit ce qui est juste selon la loi de Dieu. (Matthieu 26.26-30) Il partage avec ses disciples le repas pascal, en souvenir de ce dernier soir en Egypte où les hébreux ont mangé à la hâte un agneau dont le sang avait été appliqué sur les montants de leurs portes.

L’agneau pascal devait être mangé avec des herbes amères et du pain sans levain. C'est cet évènement que Jésus commémore avec ses disciples, en partageant du vin mêlé d'eau et des pains sans levain selon la coutume.

Les juifs célèbrent toujours la fête de pâque. Mais en réalité, cette cérémonie perpétuée au cours des siècles est une -prophétie du sacrifice de Jésus, agneau de Dieu qui donne sa vie pour expier le péché du monde et libérer les hommes de l'esclavage du péché.

Ce soir-là, il y a 2000 ans, Jésus sait qu'il ne lui reste que quelques heures à vivre avant d'être torturé et martyrisé.

Il rompt le pain et le distribue à ses disciples.

Il prend une coupe pleine de vin et la fait passer à chacun d'eux.

Il institue le repas symbole de la Nouvelle Alliance : la Sainte Cène.

Le pain et le vin de l'Ancienne Alliance et celui de la Nouvelle Alliance sont une démonstration de l'admirable unité des plans de Dieu. Le pain d'autrefois devient l'image du corps rompu de Jésus pour nous et, la coupe des délivrances de l'esclavage de l'Egypte est présente dans le vin de la Nouvelle Alliance en son sang. Ce repas appelé "Sainte Cène" est aussi un mémorial d'actions de grâces, de reconnaissance.

Jésus dit : “Faites ceci en mémoire de moi”.

Il sous-entend en réalité : en mémoire de ma mort, de ma résurrection, de ma présence dans la gloire, et de mon prochain retour.

Et il ajoute : “Toutes les fois que vous mangez ce pain, et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne”.

Le repas que nous partageons dans l'assemblée des croyants est une proclamation et une communion avec Jésus. En prenant le pain, image de son corps torturé, et le vin, symbole de son sang répandu pour le pardon de nos péchés, nous nous identifions à lui, dans sa mort.

Pour que la communion soit parfaite, avant de prendre ce repas du Seigneur, il faut que chacun s'éprouve lui-même, selon les paroles de l'apôtre Paul, c'est-à-dire, vérifie la limpidité de ses relations avec son Père céleste et avec ses frères et sœurs dans la foi. (1 Corinthiens 11.23-30)

La Cène que nous partageons dans la communion fraternelle est une table que notre Père céleste dresse en face de nos ennemis, comme le dit le psaume 23.

Quel bonheur de savoir que par le sang de Jésus, nos péchés sont réellement effacés et que nous devenons des fils et des filles que Dieu le Père aime et protège tout au long de leur vie.

Car Dieu a tant aimé le monde qu'Il a donné son fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse point mais qu'il ait la vie éternelle.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com
2 commentaires
  • ziani.sylvie Il y a 1 année

    Bonjour , De nos jours , il faut bosser ou voler si on veut se nourrir parce qu'une table dressée devient un luxe ! Même le pain pourtant de pieuse fabrication a augmenté ce qui reste en controverse du système qui nous exige de travailler ; Mais en nous privant du pain béni , il nous ôte notre énergie si précieuse à la tâche ouvrière . La sécheresse n'est en rien la cause de la pauvreté d'une table dégarnie de nourriture , faudrait -il déjà qu'elle soit populaire , seule une poignée d'hommes avides de pouvoir et de richesse nous affament faisant de nous des esclaves de la vie . Mais il nous reste nos messages d'amour adressés à Dieu pour guider nos pas vers un lieu de rassemblement où le café accompagné de biscuit sec deviennent le nectar d'un partage . Modifié il y a 1 année
  • rozange Il y a 1 année

    L’agneau pascal devait être mangé avec des herbes amères et du pain sans levain. C'est cet évènement que Jésus commémore avec ses disciples, en partageant du vin mêlé d'eau et des pains sans levain selon la coutume. Le pain et le vin de l'Ancienne Alliance et celui de la Nouvelle Alliance sont une démonstration de l'admirable unité des plans de Dieu. Le pain d'autrefois devient l'image du corps rompu de Jésus pour nous et, la coupe des délivrances de l'esclavage de l'Egypte est présente dans le vin de la Nouvelle Alliance en son sang. Ce repas appelé "Sainte Cène" est aussi un mémorial d'actions de grâces, de reconnaissance. Le repas que nous partageons dans l'assemblée des croyants est une proclamation et une communion avec Jésus. En prenant le pain, image de son corps torturé, et le vin, symbole de son sang répandu pour le pardon de nos péchés, nous nous identifions à lui, dans sa mort. La Cène que nous partageons dans la communion fraternelle est une table que notre Père céleste dresse en face de nos ennemis, Amen!!!!!!!!!!!!!!!