Ces héros de la foi qui nous défient dans Hébreux 11

Ces héros de la foi qui nous défient dans Hébreux 11

Comme promis, voici la deuxième partie de ce message.

Rappel : nous nous étions arrêtés au verset 10 avec Jacob. 

Versets 11 à 30 : de Sara à Josué

Verset 11 : Sara

« La princesse ». Elle est la femme d’Abraham. Elle est stérile, et parce que la promesse de Dieu de lui donner un fils, tarde un peu trop à son goût, elle demande à son mari de lui donner un fils par l’intermédiaire de sa servante égyptienne Agar. NB : Cette pratique était courante à l’époque.

Puis Dieu, au chêne de Mamré, lui promet de nouveau un fils, et il précise : dans le délai d’un an. Et Isaac naît.

Comme il l’a fait pour Abraham, Dieu renomme aussi Sara. Celle qui s’appelait « Saraï » : ma princesse, c’est à dire celle d’Abraham, va devenir « Sara » : la princesse, donc celle de tout un peuple.

Dans ce verset 11, l’auteur reconnaît la foi de Sara, qui a cru, malgré son âge avancé, à la promesse divine.

C’est aussi elle qui demandera à Abraham de chasser Agar qui se comporte mal avec elle, et son fils Ismaël, ce que Dieu confirme.

A la mort de Sara, Abraham achète un champ pour sa sépulture. C’est la première possession du peuple hébreu en Terre Promise.

Verset 20 : Isaac, Jacob et Esaü

Isaac : « Il a ri »

Isaac est par excellence le fils de la promesse. Il a un caractère peu affirmé, voire même passif. Il ne réagit pas quand son père Abraham le ligote sur l'autel en vue de le sacrifier. Il accepte sans commentaire Rebecca, la femme que son père lui a fait chercher. Il semble ne pas se rendre compte de la préférence de Rebecca pour Jacob. Il n'est pas combatif et abandonne les précieux points d'eau à ses ennemis. Sur son lit de mort, il se laisse berner par son fils Jacob. Dieu le bénit en le rendant prospère.  Il est cité dans cette trilogie : le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. Il n'a pas vraiment le profil d'un héros, mais il est fils et père de véritables héros de la foi !

Jacob : « L'usurpateur »

Dieu a choisi Jacob, le cadet, comme il le fait souvent, ne se souciant pas des lois humaines, mais regardant au cœur. Mais cet argument, dans la cas de Jacob, est peu convaincant à prime abord, car il est très calculateur et fourbe, et nous n’aurions pas misé sur lui. Cela nous dépasse, mais les voies de Dieu ne sont pas les nôtres (Esaïe 55.8-9).

Après sa conversion radicale, Jacob devenu Israël, se prosterne devant Esaü, qui le pardonne.

Les 12 fils de Jacob/Israël, issus de son union avec ses deux femmes et leurs deux servantes, sont les princes chefs de file des 12 tribus d'Israël. Incroyable bénédiction pour celui qui s'appelait d'abord "l'Usurpateur !"

NB : retrouvez l'étude plus approfondie de ce personnage dans la première partie de ce message.

Esaü : « Le rouquin poilu »

Ces deux caractéristiques physiques, n’annoncent pas un grand ministère dans la vie du jumeau de Jacob. On est un peu tentés de penser qu’Esaü n’a pas vraiment eu de chance car Jacob l’a toujours supplanté (droit d’aînesse, bénédiction paternelle).

Si Jacob est calculateur, Esaü, au contraire semble avoir un bon fond, mais ne réalise pas toujours la portée de ses actes. Il est un peu primaire, par exemple quand il vend son droit d’aînesse parce qu’il a faim, et il est finalement peu respectueux des lois de Dieu. C’est aussi pourquoi Dieu va lui préférer Jacob, qui malgré ses nombreux défauts, est attaché à Dieu et le montre dans sa vie. Esaü est un type de l’homme naturel, ni meilleur ni pire qu’un autre, qui va vivre sa vie sans se poser trop de questions et sans grande ambition. Ce n'est pas un héros, il semble juste là pour mettre en valeur son frère.

Esaü a une nombreuse descendance avec ses femmes cananéennes. Le peuple des Edomites, qui va souvent combattre Israël, est parmi ses descendants, confirmant en quelque sorte les choix des deux frères. NB : les femmes principales d’Isaac et de Jacob étaient juives.

Verset 22 : Joseph

Son nom signifie : « Il ajoute ». Il est aussi né d’une femme stérile : Rachel, que Dieu a bénie en réponse à ses prières. Sa sœur Léa était déjà cinq fois mère, quand Dieu a ajouté Joseph aux fils de Jacob.

Et, comme il préférait déjà sa mère, Jacob va aussi préférer Joseph, ce qui va éveiller la haine de la part de ses frères.

En effet, suite à un rêve qu’il raconte et qui déplaît à ses frères, ce qui est assez compréhensible, ceux-ci décident de se débarrasser de Joseph. Il est finalement vendu comme esclave et arrive en tant que tel en Egypte. Après beaucoup de temps et de souffrances diverses, Joseph devient ( grâce au don d’interpréter les rêves que Dieu lui a donné), le bras droit de Pharaon.

Quand la famine survient en Israël, ses frères descendent chercher du blé en Egypte. Les circonstances de leurs retrouvailles nous touchent beaucoup, car Joseph manifeste véritablement le caractère de Christ en pardonnant et en aimant ses frères. Il rend le bien pour le mal (Genèse 45.15). Il est l’un des plus beaux types de Christ dans l’Ancien Testament.

Joseph fait venir tout sa famille et retrouve son père. Pharaon leur donne de bonnes terres, et c’est une période faste, qui va aboutir à la création du peuple d’Israël, à partir des quelques 70 membres émigrés de la famille de Jacob.

Dieu a véritablement « ajouté ».

Verset 23 à 29 : Moïse

Il est celui qui a été « tiré de ».

Il est aussi une préfiguration de Jésus. Comme lui, il a été sauvé de la mort bébé (Exode 2.2-10). Il a lutté contre les forces du mal (Exode 7.11), il a jeûné 40 jours, il a commandé aux éléments (Mer Rouge), donné à manger au peuple, et comme Jésus, il a été transfiguré. Ils ont tous les deux intercédé pour le peuple, qui pourtant murmurait et les rejetait (Nombres 12.1). Dieu parlait par leur bouche (Deutéronome 18.18). Moïse a donné le décalogue, et Jésus le commandement nouveau qui accomplit la loi.

Les gestes de Moïse, dictés par Dieu, sont prophétiques, et c’est Jésus qui les mène à leur plein accomplissement. Exemple de la Pâque. Moïse, comme Jésus, se retire seul pour prier dans la montagne, c’est un adorateur. Dieu ne permettra pas qu’on retrouve le corps de Moïse après sa mort, et Moïse apparaîtra aux apôtres lors de la transfiguration, comme Jésus après sa résurrection. Moïse était berger de moutons d’abord, et ensuite d’hommes. Jésus est le « bon berger ».

La grande mission de Moïse a été, par la force de Dieu, de faire sortir le peuple hébreu d’Egypte, où il était devenu esclave. Jésus nous a libérés de l’esclavage du péché et de la mort.

L’humanité de Moïse, ses hésitations, nous rejoignent beaucoup. Dieu l’a continuellement transformé, au point que le jeune homme violent et plein de justice propre est devenu l’homme le plus doux que la terre ait porté, celui qui ne cherche jamais à avoir raison, mais qui tombe sur sa face devant Dieu, quand il est gravement attaqué par ses frères dans la foi.

Il est de la tribu de Lévi, comme son frère Aaron le sacrificateur, qui sera son porte-parole, car après 40 ans avec les moutons dans le désert, celui qui avait été élevé à la cour de Pharaon, ne sait plus parler.

Il est la référence pour la loi dite « mosaïque ».

Il a conduit le peuple hébreu pendant son long exode de 40 ans entre l’Egypte et l’entrée en Canaan. Mais à cause d’une désobéissance qui pourrait nous sembler mineure, Dieu ne lui permettra pas d’entrer dans la terre promise, il la lui fera juste voir avant de mourir.

Verset 30 : Josué

Son nom n’est pas cité, mais c’est avec lui que les murailles de Jéricho sont tombées.

Son nom a la même racine que Jésus : « Dieu sauve » ou « L’Eternel est salut ». Il est aussi un type de Jésus.

Il a été disciple et serviteur de Moïse pendant les 40 ans d’exode. Il a été le seul, avec Caleb, à sortir d’Egypte et à entrer en Canaan, car ils ont cru par la foi que Dieu tenait ses promesses (Nombres 14.6-30). C’est pourquoi ils ont faits tous les eux un rapport favorable sur la Terre Promise, alors que les autres explorateurs en faisaient un rapport effrayant, ce qui leur a valu l’Exode et la mort avant d’arriver au but.

Il est le successeur de Moïse désigné par Dieu. Il prend le relais pour faire entrer le peuple en Canaan. Il est l’artisan de la conquête de la Terre Promise, car Dieu lui donne la victoire sur tous les peuples qu’il rencontre.

Il fait vivre un événement à la nouvelle génération : le passage du Jourdain. Il est à mettre en parallèle avec celui de la Mer Rouge avec Moïse, et avec celui de la Croix avec Jésus. Passage de la mort à la vie, d’un « non-peuple » au « peuple de Dieu »…

Il obéit radicalement à Dieu, sauf pour Aï, où il a été présomptueux. Il partage, selon les directives de Dieu, le pays entre les douze tribus.

Il est pour nous un modèle de foi, d’obéissance à Dieu, de fermeté, et de consécration totale.

Josué apparaît dans le Pentateuque comme serviteur de Moïse; la bataille de Jéricho, et la conquête de Canaan sont ensuite relatées dans le livre qui porte son nom.

Conclusion

Ces « héros de la foi » ne sont pas, comme on pourrait le penser, des gens extraordinaires, mais des gens ordinaires qui ont accepté que Dieu intervienne, non pas une fois, mais tout au long de leur vie. C’est cette manifestation de Dieu en eux et par eux, qui a fait la différence, car souvent leurs « personnalités », leurs caractères, leurs qualités…n’avaient rien de bien exceptionnel. Dieu est souverain et comme il a pu tout créer à partir de rien, il décide de la même manière de travailler en nous puis avec nous, sans que nous ne comprenions toujours bien ses choix.

C’est pourquoi la lecture et la méditation de la vie de ses témoins, peut tellement nous encourager encore aujourd’hui.

Alors réjouissons-nous de la bonté et de la miséricorde de notre grand Dieu, El Shaddaï, pour nous ses enfants.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire