Choisis la vie !

Choisis la vie !

Dès les premiers instants de notre vie, nous sommes appelés à faire des choix. Dès la sortie du ventre de sa mère, le nourrisson doit « choisir » de respirer, ou pas. Il sera alors « encouragé » par la sage-femme qui lui donnera une petite tape sur les fesses. S’il ne le fait pas, un peu d’oxygène pourra lui être nécessaire, etc..

La plupart des événements imprévus qui surviennent dans notre vie découlent, en fait, de choix effectués, parfois longtemps auparavant. En effet, nos choix entraînent toujours des conséquences, plus ou moins graves, parfois même létales, à brève échéance ou très longtemps après, alors que nous avons oublié nos décisions passées.

Nous pouvons ainsi choisir de :

  • mentir, ou dire la vérité,
  • nous réjouir du succès d’un ami, ou l’envier,
  • être bienveillant, ou de mauvaise humeur,
  • devenir esclave du tabac, ou rester libre …

Ainsi, nous aurons à faire, dans la vie, des choix dont les conséquences importantes auront des effets pendant très longtemps. Par exemple, nous devrons choisir :

  • nos copains, nos amis
  • notre métier
  • notre conjoint
  • notre lieu de résidence
  • de nous lâcher et de prendre notre première cuite
  • de fumer notre première cigarette, notre premier joint
  • de tromper notre conjoint …

Certains choix sont plus cruciaux que d’autres, par l’impact que leurs diverses conséquences auront fatalement sur le reste de notre vie. Parmi eux, celui que Dieu nous propose : « J’ai mis devant toi la vie et la mort ; choisis la vie afin que tu vives » (Deutéronome 30.19). Cette question, qui nous est posée signifie :

« Choisis de vivre avec moi ou sans moi, sachant que vivre sans moi, ce n’est pas vraiment vivre. »

C’est certainement la décision qui a les conséquences les plus importantes de toute notre vie. En effet, elles dépassent de beaucoup la qualité de notre vie terrestre, et se poursuivent pour la vie éternelle. Bien sûr, nos occupations, nos amis, notre situation, la peur du « qu’en dira-t-on ? » nous poussent à repousser à plus tard notre réponse, en nous faisant croire que ne pas répondre n’a pas de conséquences, car ce n’est pas un choix. Ceci est une erreur grossière, car ne pas choisir de vivre avec Dieu, c’est, de facto, choisir de vivre sans Lui.

Dans sa grande bonté, Dieu nous aide dans ce choix si important. Il a, le premier, fait un choix déterminant : Il a choisi de prendre une forme humaine, de naître dans des conditions modestes, de vivre au milieu d’un peuple pécheur, parmi nous, comme nous. Il a choisi d’avoir faim, d’avoir soif, d’être fatigué, d’être agressé.

C’est la raison de la fête de Noël, que l’on transforme, petit à petit en fête des enfants, des cadeaux, de la famille. On s’extasie de la « magie de Noël » et de celle du « père Noël ». On oublie cependant, la plupart du temps, que Noël, c’est Dieu, le grand créateur du ciel et de la terre qui choisit de descendre vers les hommes pour partager leur vie, leurs galères. C’est Dieu qui s’abaisse, qui quitte sa gloire, qui revêt un corps limité alors qu’Il est le TOUT PUISSANT.

Puis, Dieu décide de se révéler aux hommes, de montrer son amour, de montrer sa puissance, de montrer le type de relation qu’Il souhaite entretenir avec les hommes, de faire de nous ses frères, des enfants du grand Dieu des cieux.

Ensuite, Il décide de souffrir pour porter toutes nos maladies (Ésaïe 53.5), d’accepter l’humiliation suprême, en étant traité comme un brigand, et enfin de mourir sur la croix pour que nos péchés soient effacés, pardonnés, dissous, annulés.

Pour parfaire son œuvre, Il choisit de ressusciter afin que nous puissions devenir de nouvelles créatures, afin que notre vieille nature héritée d’Adam soit remplacée par une nouvelle nature, une nouvelle création, destinée à une vie de félicité éternelle avec Lui.

Il termine son voyage terrestre en regagnant le ciel devant les yeux de tous, et en annonçant la venue du Saint Esprit, un « autre lui-même », chargé de nous consoler, nous encourager, nous exhorter, nous aider, et de travailler avec nous, en nous et au travers de nous.

Après ce choix divin, c’est à l’homme de se décider, et de choisir « entre la vie et la mort ». C’est à chaque lecteur de décider s’il accepte l’amour divin pour sa vie, avec toutes les conséquences que cela entraîne. Chacun est libre, réellement libre dans son choix.

S’il accepte, il aura une relation personnelle avec Dieu, sinon, il poursuivra sa vie seul.

S’il accepte, il jouira d’une paix et d’une joie inexplicables en toutes circonstances, sinon, il devra faire face à l’inquiétude, voire à la panique.

S’il accepte, il pourra compter sur le secours divin dans toutes ses difficultés, sinon, il vivra une lutte dont l’issue est toujours aléatoire.

S’il accepte, il sera aidé dans ses choix, sinon, il sera livré au hasard.

S’il accepte, il aura la certitude d’être éternellement en présence de Dieu, sinon, il aura la certitude d’être éternellement hors de la présence de Dieu.

Chaque lecteur se trouve devant le choix le plus important qui soit présenté à l’homme ou à la femme du 21ème siècle. Il a maintenant la liberté de choisir la vie avec Dieu ou sans Dieu, en sachant bien que ne pas choisir, c’est rejeter Dieu. Il a également connaissance des conséquences de son choix.

J’ai personnellement choisi d’accepter l’acte d’amour de Jésus pour ma vie, et de changer de comportement en laissant le Saint Esprit me transformer en l’image de Christ, il y a plus de cinquante ans. Jamais, malgré les peines, les souffrances, les deuils, je n’ai regretté mon choix. Je le renouvelle chaque jour.

Une de mes collègues de travail a cependant fait un choix différent, en toute connaissance de cause. Elle m’a affirmé un jour : « Moi, j’irai en enfer, car j’aime trop ce qui est sale ». Le ciel ne lui est pas tombé sur la tête. Elle continue simplement sa vie (dans le péché) comme avant.

Je prie pour que chacun de vous se laisse toucher par l’amour de Jésus, et choisisse de saisir la main tendue qu’il vous offre. Choisissez la vie.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

4 commentaires
  • philippe boulet Il y a 2 semaines, 6 jours

    Bonjour, Est-ce un véritable choix que de choisir entre la vie ou la mort ? Dans ce cas un homme choisira la vie par peur de l'enfer. Mais dans ce cas est-ce que l'homme et Dieu auront ce qu'ils désir ? Un père peut-il être heureux de voir que sont enfant qui vient à lui car il a peur de la mort. Quel sera alors leur rapport ? Sur quel base ? Certainement pas celui de l'amour. Dieu est libre et il a créé l'homme libre. Dieu ne forcera jamais un homme à aller là où il ne veut pas. C'est pourquoi Jésus est venu présenter aux hommes le royaume des cieux et sa Justice afin que chacun puisse savoir si les principes qui se vivent dans se royaume et le Roi de ce royaume lui plaise. Jésus a dit : Et moi, quand j'aurai été élevé de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi. Jean 12:32 Il est prévu d'être attirer, attirer par quelque chose de merveilleux, de bon. Il est prévu un mariage dans le ciel, avec un époux et une épouse. C'est donc par attirance d'une chose qui est bonne et donc dans ce cas il nous est pas demander de faire des concessions, mais naturellement comme quand un homme est amoureux d'une femme, alors beaucoup de chose dans sa vie, qui avant avait de l'importance pour lui, sont placé à la seconde place. Philippe brebisphilippe@gmail.com
    • philippe boulet Il y a 2 semaines, 2 jours

      Bonjour, Oui comme vous le dite beaucoup de personnes en viennent à choisir une vie sans Dieu, alors qu'elles étaient pourtant attirés par Dieu dans leur vie. Combien sont-elles a subir les dégâts que produise la religion. C'est à pleurer de voir des choses ainsi. Comment une personne attirée, attirée de manière naturelle, comme le ferrait un aimant, en vient à se détourner de Dieu ?? Qui peut produire cela ? Car c'est bien Dieu qui attire comme cela est écrit dans Jean 6:44 Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire; et je le ressusciterai au dernier jour. Devant cet état de faits je retiens les paroles de Jésus en termes de principes. Quand Jésus dit dans Matthieu 7 17 Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. 18 Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits. 19 Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. 20 C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Jésus s'est servi de la nature pour montrer un principe que tout le monde peu constater. Un bon arbre porte naturellement de bons fruits. Ainsi qu'un mauvais arbre porte de mauvais fruits. Jésus disait cela en rapport avec le produit de l'enseignement des faux prophètes et des pharisiens. C'est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Les fruits étant les effets dans une vie suite à l'enseignement reçu. Les brebis font naturellement confiance par nature, c'est pourquoi Jésus sachant que des loups revêtu de vêtements de brebis viendront pour séduire ses brebis avec un faux message, un faux évangile, il a donné des éléments, des principes pour reconnaître si le message qu'elles entendent vient de Dieu ou pas. C'est au fruit que l'on peut juger si l'arbre/enseignement est bon ou pas. Si l'enseignement que je reçois est de Dieu alors tout me poussera dans sa direction, je le découvrirait tel qu'il est depuis toujours, mes poids, mes devoirs tomberons devant l'émerveillement de sa Personne. Ma joie et ma reconnaissance grandiront a mesure qu'il me donnera de me voir en Lui depuis toujours. Qu'Il m'a englobé en Lui, qu'il m'a fait entrer dans son repos ayant déjà tout accompli dans l'éternel. Mais si ce n'est pas le cas, ayant reçu un autre message, un autre évangile comme le dit l'apôtre Paul, un message mélanger, alors je me devrais de plaire à Dieu, de faire des efforts pour lui être agréable et je ne serais jamais totalement en paix avec Lui. C'est devant ce genre de situations que malheureusement des personnes a qui ont à fait porter des lourds fardeaux de devoirs et d'obligations, en viennent a fuir les églises bâtiments pour retrouver une certaine liberté, là ou ils peuvent. Malheureusement ces choses sont d'actualité, et on peut le comprendre avec la présentation qui est fait de Dieu un peu partout aujourd'hui. Peut-on leur en vouloir de ne pas trouver ce à quoi leurs cœurs aspirent ? Par exemple quand on entend dans les diverses dénominations évangéliques que Jésus est mort à cause de nous à la croix. Ce à cause de nous, comment raisonne t-il dans le cœur d'une brebis ? N'y a t-il pas là un sentiment de : Maintenant vous lui devez bien quelque chose !! Or Jésus n'a pas parler ainsi, mais il annoncer le Royaume des cieux et sa Justice, car c'est l'évangile de Dieu, l'évangile éternel que les gens ont besoin d'entendre. Dieu fait en sorte de nous sortir de nous même pour nous amener dans l'éternel, là où tout est fait, fini, achevé. Dieu s'est reposer le septième jour, il a trouver son Repos des le commencement en son Fils, c'est ce qu'il veut que nous sachions, que tout ce que nous cherchons en nous même est en Jésus, qui signifie Sauveur, mon Sauveur de toute mes impossibilités. Il y a ce qui est devant l'homme et il y a ce qui est devant Dieu. Dieu veut nous emmener à voir comment les choses sont à ses yeux. Une brebis du Seigneur est une brebis. Elle l'est depuis toujours et elle est connue de Dieu. Ce qu'elle a besoin c'est d'entendre son Berger et son enseignement, son message à Lui si particulier qui s'adresse toujours à sa foi. D'entendre par exemple que ce n'est pas à cause de nous que Jésus s'est donné, mais que c'est avec joie, avec bonheur, que c'est pour nous sauver qu'il s'est donné Lui-même. Sachant à l'avance ce qu'il aller vivre de difficile, mais ce qu'il voyait à l'avance dans tout cela, c'était la joie pour Dieu le Père de retrouver les siens. La Justice de Dieu s'exprime dans toutes les écritures toujours sans aucune contre partie pour l'homme, c'est une bonne nouvelle pour des pécheurs, ceux qui savent qu'ils ne pourront jamais rien offrir à Dieu en retour. C'est pourquoi ils placent naturellement leur confiance en Celui qu'ils ont reconnu comme leur Sauveur. Bien à vous en Jésus Philippe
    • Jean-michel Roger Bénévole du Top Il y a 2 semaines, 5 jours

      Bonjour, Je pensais avoir clairement expliqué que le choix de l'homme était celui de la vie avec ou sans Dieu. Même attirés par l'amour démontré par Jésus à la croix, j'ai expérimenté que beaucoup choisissent la vie sans Dieu, car ils considèrent que c'est une vie de liberté. Cette erreur les entraîne, malgré eux, vers une "vie" indépendante de Dieu, sur terre, et pour l'éternité. Ils supposent que les joies qu'ils vivront sur terre sont tellement supérieures, et suffisantes... Bien sûr, on ne choisis pas Dieu par intérêt, mais par amour. Merci pour votre commentaire.
  • rozange Il y a 2 semaines, 6 jours

    Alléluia
  • Afficher tous les 4 commentaires