Comprends-tu ce que Dieu est en train de dire ?

Comprends-tu ce que Dieu est en train de dire ?

La traduction est une drôle d’affaire et on n’arrive pas toujours à bien rendre ce qui a été dit. Jugez plutôt :

Un jour, au Luxembourg, mes collègues et moi-même avons rendu visite à une dame luxembourgeoise, Madame Sepp.
La langue que nous utilisions pour notre ministère était le français, mais cette dame d’âge moyen parlait uniquement le luxembourgeois et l’allemand. Quand elle venait à l’église, quelqu’un traduisait pour elle.
Je parlais assez le luxembourgeois pour m’en sortir, alors nous menions une conversation basique autour de notre café et de notre gâteau. Je traduisais pour Scott et Debbie et, quand je ne comprenais pas, je hochais la tête, comme si je savais de quoi elle parlait.

Tout se passait bien jusqu’à ce qu’elle dise : « Ech hunn e Witz fir Iech. » (Je vais vous raconter une blague). Ça, je l’avais compris, mais je savais que je ne comprendrai pas suffisamment la suite pour réussir à traduire.
Alors j’ai eu une idée.

« Elle va raconter une blague » ai-je dit, tandis que la dame souriait, anticipant notre réaction, sans comprendre ce que je disais en anglais.

Madame Sepp a commencé son histoire et j’ai « traduit » : « Nous n’allons rien comprendre. »

Elle a continué et j’ai dit : « Alors, quand je dirai ‘Riez !’, nous allons rire tous ensemble. » Ils ont réussi à rester impassibles.

J’ai compris à quel moment Madame Sepp atteignait la chute de son histoire, même si je n’avais pas très bien saisi ce qu’elle racontait.

« Riez ! » ai-je dit et nous avons tous ri.

Madame Sepp rayonnait du succès de sa blague et Scott, Debbie et moi, nous souriions de notre propre blague.

Qu’est-ce qui se passe dans ce monde de fous ?

Je crois vraiment que quelque chose d’important se passe dans les coulisses. (Rassurez-vous, je ne vais pas parler de théories du complot.)

Face au sentiment général de malaise, je me suis demandé : «  Comment l’interpréter ? Qu’est-ce qui se passe ? »

Des batailles politiques implacables, des meurtres de masse, une télévision et des médias sociaux vraiment débilitants et vulgaires, des désastres naturels, des nouvelles mondiales instantanées amplifiées par les médias qui transforment même des petites choses en « Apocalypse Now ! » afin d’attirer le regard et l’argent. Un virus qui tue des millions de personnes...

Le tumulte qui agite le monde semble refléter ce qui se passe à l’intérieur des gens.

David Brooks a écrit dans le New York Times (30 juillet 2021) : « Au moins 27 % des Américains sont fâchés avec un membre de leur famille et des recherches montrent qu’environ 40 % des Américains ont expérimenté une séparation à un certain degré… » Cela illustre bien l’effilochement psychologique en Amérique. Les tendances sont terribles partout.

« Un taux de dépression élevé frappe les jeunes de 12 à 17 ans. Ce taux a grimpé de 63 % entre 2013 et 2016. Le taux de suicide a augmenté de 33 % entre 1999 et 2019 en Amérique. Le pourcentage d’Américains rapportant qu’ils n’ont pas d’ami proche a quadruplé depuis 1990 », d’après le Survey Center on Americain Life...

J’avoue ne pas comprendre la cause de tout ceci. Mais la souffrance et la vulnérabilité sociales affectent tout : nos familles, nos écoles, notre politique et même nos sports.

Puis-je offrir une explication spirituelle ?

Je suspecte qu’une partie de l’explication est que le monde, qui a dit à Dieu : « Laisse-moi me débrouiller seul », a un petit avant-goût de ce qui arrive quand Dieu nous laisse nous débrouiller seuls. Si Dieu enlevait complètement Sa main, les désastres d’aujourd’hui ne seraient pas grand-chose à côté de ce qui adviendrait alors.

On a l’impression que le mal se multiplie...

Les choses vont-elles s’améliorer ? Jésus compare les événements de la fin des temps aux douleurs de l’enfantement (Matthieu 24). Si tu as déjà accompagné une dame qui mettait un bébé au monde, alors tu sais que la douleur frappe, puis augmente, empirant petit à petit jusqu’à ce que l’enfant naisse.

Je crois que Dieu est en train de donner naissance à quelque chose – que ce soit un réveil ou le retour du Seigneur, quelque chose est en train de se produire. Dieu n’a pas perdu le contrôle des événements.

Quelle devrait être notre réaction ?

Devrions-nous nous cacher dans une caverne, y stocker des réserves et des vivres et attendre le retour du Seigneur ? Bien sûr que non !

Bats-toi ! Utilise les armes exceptionnelles que le Seigneur a données à l’Église. Nous n’avons pas à laisser le diable rôder partout comme un renard dans un poulailler. Prie, lis la Parole, rassemble-toi avec d’autres qui aiment le Seigneur. Parle de Jésus tout autour de toi.

« Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. C'est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. » (Éphésiens 6.12-13)

Profite. Fraie-toi un chemin jusqu’à la présence du Seigneur et profite de celle-ci. Grandis dans l’intimité avec Lui. Nous avons souvent l’impression que le Seigneur est plus proche dans les moments difficiles. Notre cœur soupire après Sa présence. Passe du temps avec Lui. Il t’aime. Laisse-Le exprimer cet amour.

Lève les yeux ! Faisons tout le bien que nous pouvons faire sur cette Terre, mais si c’est notre unique « Ciel », alors nous sommes mal partis !

« Alors on verra le Fils de l'homme venant sur une nuée avec puissance et une grande gloire. Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche. » (Luc 21.27-28)

Laisse le Saint-Esprit te révéler les temps dans lesquels nous vivons. Ensuite, agis en fonction de cette révélation.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

5 commentaires