De la résignation à la révolution

De la résignation à la révolution

Le pasteur Barnett de Phœnix (AZ) écrit dans son dernier livre : " Les possessions n’ont jamais fait le bonheur de personne, à l’inverse des sacrifices ". Beaucoup de personnages de la Bible ont vécu cette joie surnaturelle qui découle d’une vie de sacrifice. Lors d’un stage pratique que j’effectue dans le cadre de mes études bibliques, j’ai eu l’occasion d’apporter un message sur le sujet et j’ai trouvé un témoignage extraordinaire dans le premier livre de Samuel (Chapitre 1) Cette histoire nous montre comment nos vies peuvent être transformées lorsqu’on décide de faire confiance en Dieu et qu’on se réfugie dans ses bras.

Anne est l’épouse d’Elqana, un juif de la ville de Rama. Elle était stérile et vivait très mal cette situation, à cause de toutes les conséquences de cette infirmité.

  • La stérilité était considérée comme une punition divine à cette époque et on peut croire qu'Anne vivait dans la culpabilité et la honte à cause de ce faux raisonnement et du regard, souvent accusateur, des autres.

  • Elle a un mari qui l’aime et qui lui démontre cet amour mais elle sait qu’elle n’en verra jamais le fruit. De plus, son mari comble une autre femme. L’injustice est sa voisine à chaque jour.

    • Cette autre femme, Penina, qui devrait être heureuse d’avoir des enfants et démontrer de la compassion, la persécute régulièrement et volontairement. Elle est certainement jalouse du peu qu’Anne possède : l’amour et la faveur d’Elqana.

    • Anne se sentait seule au monde, avec personne pour la comprendre ni pour l’aider à s’en sortir. De plus, ses pèlerinages à Silo (le lieu du repos) étaient les moments les plus difficiles de l’année à cause des attaques de son ennemie. Le monde est rempli de personnages comme Penina. Ce nom veut dire " corail " Une des particularités du corail est qu’il possède des tentacules qui libèrent un produit urticant lui permettant de paralyser sa proie pour l’absorber. Derrière la beauté éclatante de cette femme, se cache la capacité de paralyser les autres avec une méchanceté subtile et blessante. 

      David Wilkerson parle de la solitude en ces termes : " La solitude est causée par la séparation de la présence de Dieu. Ce sentiment de vide, de solitude et de dépression est la façon dont Dieu se sert pour vous ramener vers lui. Lorsque vous devenez froid à l’égard de Dieu, que votre foi diminue, que vous cessez de nourrir votre âme avec sa sainte parole, que vous ne priez plus et que vous négligez les choses de l’Esprit, il est certain que vous allez vous sentir seul. C’est inévitable. La solitude, c’est Dieu au bout du fil qui tente de vous appeler et vous invite à vite venir dans sa présence. "

      On ne sait pas ce qui a poussé Anne à se lever un matin pour aller dans le sanctuaire. Peut-être le " ras-le-bol " de la situation ou encore une souffrance devenue tellement insupportable qu’elle se résigne à demander l’aide de Dieu. Toujours est-il qu’elle s’est retrouvée dans la présence de Dieu pour y déverser son cœur librement et sincèrement. Nous avons tous besoin de revenir à Dieu dans des moments où nous nous sentons seuls au monde et que nous sommes bloqués par une situation difficile.

      Même dans le sanctuaire, elle est confrontée au jugement et au manque de discernement du sacrificateur qui la traite comme une moins que rien mais nous voyons qu'Anne s’est résignée. Pas cette résignation fataliste qui abandonne et qui démissionne et que le Petit Robert appelle " la résignation par lâcheté ". Mais cette résignation saine qui littéralement veut dire : " abandonner un bénéfice en faveur de quelqu’un ". Voici la bonne démarche qu’elle a faite :

      • Elle s’est levée pour aller dans la présence de Dieu
      • . Jésus a dit : " Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé " (Jn 15. 7) Demeurer en Christ, c’est rester au sein de l’Église. Nous devons sortir de la solitude pour demeurer en Lui. Allons dans les réunions de prière, les cultes du dimanche matin, des réunions de maison ou simplement côtoyons des chrétiens matures, démontrant de la compassion, de l’amour et une attitude encourageante sans jugement ou manque de discernement. C’est dans la communion fraternelle que nous pourrons également entendre la parole de Dieu et la laisser imprégner nos cœurs.

      • Elle a fait une prière sincère et a déversé son cœur devant Dieu
      • . Nous pouvons lire qu’elle ne parlait pas à voix haute. Peut-être la culpabilité, la peur des autres, la peur de demander un miracle à celui qui l’avait soi-disant punie ou simplement le fait qu’elle n’avait pas les mots, nous pouvons juste lire que " l’amertume dans l’âme, elle pria l’Éternel et versa des pleurs. " (1S 1. 10) Il peut arriver que nous ayons juste envie de pleurer dans les moments difficiles, sans savoir quoi demander à Dieu mais Paul nous enseigne que " l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables; et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints. " (Rm 8. 27)

      • Elle a fait une promesse à l’Éternel
      • . Non par chantage, mais comme pour démontrer sa foi dans la puissance de Dieu et son engagement total envers Lui. On peut dire qu’Anne a prit un risque en s’engageant comme elle l’a fait. On peut lire dans Deutéronome 23. 21-23 : " Si tu fais un vœu à l’Éternel, ton Dieu, tu ne tarderas point à l’accomplir: car l’Éternel, ton Dieu, t’en demanderait compte, et tu te chargerais d’un péché. Si tu t’abstiens de faire un vœu, tu ne commettras pas un péché. Mais tu observeras et tu accompliras ce qui sortira de tes lèvres, par conséquent les vœux que tu feras volontairement à l’Éternel, ton Dieu, et que ta bouche aura prononcés. " Anne a " brûlé ses vaisseaux ", comme Hernan Cortes, le grand navigateur qui a décidé de détruire ses navires pour éviter que son équipage ne recule devant l’ennemi. Bernal Díaz de Castillo, le compagnon de ce dernier, témoigne : " nous ne pouvions attendre d'aide ou de secours que de Dieu car nous n'avions désormais plus de vaisseaux pour faire marche arrière ". Elle sait que si elle ne tient pas sa promesse, elle risque de commettre un grand péché aux yeux de Dieu. Mais elle sait aussi que Dieu peut lui donner le fils dont elle a toujours rêvé et que par la foi, tout devient possible à celui qui croit.

      Anne vient de faire exactement tout ce qu’il faut pour attirer la bénédiction et la faveur de Dieu. Elle est allée dans sa présence, elle lui a confié sa situation difficile et elle a pris une ferme résolution. Par la foi, elle a donné à Dieu quelque chose qu’elle ne possédait pas encore et c’est en voyant le cœur sincère d’Anne et sa foi que Dieu a pu répondre à sa prière. Nous pouvons lire comment Dieu considère ce genre d’acte dans 1 Samuel 2. 30 : " j’honorerai celui qui m’honore, mais ceux qui me méprisent seront méprisés " Dieu honore toujours ceux qui l’honorent et sa volonté, c’est que vous veniez dans Sa présence lorsque tout va mal, au lieu de vous isoler et de vous exposer dangereusement à vos ennemis.

      En se résignant ainsi, en donnant à Dieu son fils, ce qu’elle avait de plus précieux, non seulement Anne a vécu une révolution personnelle : " Et cette femme s’en alla. Elle mangea, et son visage ne fut plus le même. ", mais elle a également susciter la naissance d’un enfant, Samuel, qui est devenu, l’un des prophètes les plus influents de toute la Bible. Elle a provoqué une révolution dans l’histoire du peuple d’Israël.

      Ma prière est que cette histoire vous inspire et vous éclaire si vous êtes dans une situation difficile et que vous jugez sans issue. Approchez-vous de Dieu qui a un plan merveilleux pour votre vie. Ainsi, vous vivrez certainement une révolution qui sera automatiquement bénéfique pour l’œuvre de Dieu et ceux qui vous entourent.

      Que Dieu vous bénisse abondamment !


      Franck Slowik a obtenu son Certificat en Leadership de l'Institut Biblique du Québec en mai 2003. Il prépare actuellement un baccalauréat en Théologie (Équivalent d'une licence). Il est Président de l'Association des étudiants et prêche dans différentes églises de la région de Montréal. Il est marié avec Camille et ils ont un fils, Matthias. Ils viennent de Dax, France (40)

       




Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire