Délivré de la crainte !

Délivré de la crainte !

L’économie des nations s’agite et s’effondre, et la crainte s’élève à l’échelle mondiale. Et maintenant, alors que se poursuit ce tremblement, nous sommes témoins que les paroles de Jésus sont en train de s’accomplir :

« …Et sur la terre, une angoisse des nations… les hommes rendront l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre, car les puissances des cieux seront ébranlées. » ( Luc 21:25-26) Christ nous prévient : « Sans espérance en moi, des multitudes vont littéralement mourir de peur ! »

Pour les disciples de Jésus, cependant, ceux qui croient dans les promesses de Dieu, de préserver ses enfants, il y a une glorieuse délivrance de toute crainte. En fait, tous ceux qui se placent sous la souveraineté de Christ n’ont plus jamais besoin de craindre, s’ils s’accrochent au secret suivant : la vraie délivrance de la crainte consiste à totalement abandonner sa vie dans les mains du Seigneur.

S’abandonner aux bons soins de Dieu est un acte de foi. Cela signifie se placer complètement sous sa puissance, sa sagesse et sa miséricorde, pour être conduits et préservés selon sa volonté. Et, si nous agissons ainsi, le Dieu de l’univers promet d’être totalement  responsable pour nous nourrir, nous vêtir, nous abriter et pour garder notre cœur de tout mal.

Jésus fournit l’exemple ultime de ce genre de sainte résignation en venant à la croix. Juste avant de rendre l’âme, il s’écria d’une voix forte : « … Père, je remets mon esprit entre tes mains… » (Luc 23:46)

Christ plaça sa vie ainsi que son avenir éternel sous la garde du père. Et, en agissant ainsi, il plaça l’âme de chacune des brebis de son troupeau dans les mains du Père.  

Vous pourriez vous demander : « Mais, Jésus n’a-t-il pas dit qu’il avait le pouvoir de donner sa vie, et celui de la reprendre ? » (voir Jean 10:18) Donc, s’il avait le «pouvoir de la reprendre » pourquoi a-t-il abandonné sa vie dans les mains de Dieu afin qu’il la garde ?  La réponse est évidente : Jésus le fit pour donner un exemple pour que toutes ses brebis puissent le suivre !

_____________________________
Dieu a le pouvoir, la sagesse, la volonté et
L’amour pour préserver son peuple bien-aimé.
_________________________

Si on nous demande de confier notre vie à quelqu’un, alors nous devons savoir si cette personne a le pouvoir de nous préserver de tout danger, de toute menace et de toute violence. Sinon, notre confiance est vaine. Dit plus simplement, notre Dieu doit avoir la sagesse et le pouvoir de nous guider aussi bien que de guider des multitudes au travers  des crises et des difficultés. Et il doit diriger son peuple dans l’amour.

Or, si vous connaissez le Seigneur, vous savez que c’est son caractère.  Il est tout puissant, infiniment sage, et un ami qui est plus proche qu’un frère. En fait, il est la véritable essence de l’amour. L’apôtre Paul écrit : « …car je sais en qui j’ai cru, et je suis persuadé qu’il a la puissance de garder mon dépôt jusqu’à ce jour-là. » (2 Timothée 1:12)

Paul est en train de dire : « J’ai remis ma vie dans les mains du Seigneur. Et je suis persuadé qu’il ne va  pas trahir ma confiance. Au contraire, il va fidèlement tenir sa promesse de me préserver, parce qu’il est à la fois capable et désireux de le faire. Voilà ce qu’a été mon expérience avec le Seigneur ! »

Aujourd’hui, alors que les nuages d’orage s’assemblent autour de notre nation, notre choix est clair : nous pouvons soit remettre notre vie dans les mains du Seigneur, soit être responsables de notre garde et de notre préservation, une tâche qui est impossible quand Dieu ébranle toutes choses !

Le fait que notre paix et notre contentement dépendent toujours de notre abandon dans les mains de Dieu, peu importent les circonstances. Le psalmiste écrit : « Fais de l’Eternel tes délices, et il te donnera  ce que ton cœur  désire. » (Psaume 37:4)

_____________________________
Si vous abandonnez pleinement entre les mains de Dieu,
alors  vous serez capables d’endurer Chacune et Toutes les épreuves.
____________________________

Peu importe quelle calamité vous assaille, vous savez qu’elle ne peut nuire à votre âme parce que vous êtes caché dans les mains de votre Père. Il désire que vous soyez capable de vaquer à vos occupations quotidiennes, sans crainte ou anxiété, ayant totalement confiance en son bon soin. Et, votre abandon produit un effet très pratique dans votre vie. Plus vous vous abandonnez au soin et à la garde de Dieu, plus vous deviendrez indifférent aux conditions qui vous entourent.

Si vous vous êtes abandonné entre ses mains, vous ne serez plus constamment en train de deviner quelle est la prochaine étape. Vous ne serez même pas apeuré par les nouvelles effrayantes tourbillonnant autour de vous. Vous ne serez pas submergé lorsque vous penserez aux jours qui sont devant vous, parce que vous avez confié votre vie, votre famille et votre futur entre les mains sécurisantes et aimantes de votre Seigneur.

Je vous pose cette question : Pensez-vous que les brebis sont inquiètes ou soucieuses quand elles suivent leurs bergers vers les pâturages ? Elles ne sont pas craintives du tout, parce qu’elles sont totalement résignées à sa direction. De même, nous sommes le troupeau de Christ, qui est notre grand Berger. Alors, pourquoi devrions-nous être soucieux, inquiets ou craintifs à propos de notre vie et de notre futur ?  Il sait parfaitement comment protéger et préserver son troupeau parce qu’il nous conduit dans l’amour !

_____________________________
Comment s’accomplit notre abandon
Dans les mains de Dieu ?
_____________________________

Nous voyons dans la Bible que quiconque s’engage dans cette marche d’abandon de soi, il le fait seulement avec un grand sérieux dans ses pensées. Il est aisé pour les chrétiens d’aujourd’hui de dire : « Que la volonté du Seigneur soit faite. », d’une manière générale. Mais, c’est autre chose d’entièrement différent de nous abandonner dans les mains du Seigneur, pour une circonstance précise.

Dans ma propre vie, j’ai du apprendre à faire confiance à Dieu pour un problème à la fois. Pensez à ceci : comment puis-je dire que je fais confiance à Dieu pour toutes choses, si je n’ai pas prouvé que je pouvais lui faire confiance pour une chose ? Dire simplement les mots : « Je fais complètement confiance au Seigneur » n’est pas suffisant. Je dois le prouver encore et encore dans ma vie, dans de nombreux domaines et dans les choses de chaque jour.

De plus, notre abandon dans les mains du Seigneur ne peut être forcé. Ce doit être un abandon libre et volontaire. Il existe plusieurs exemples bibliques de personnes qui ont échoué dans ce domaine. Considérez le pharaon d’Egypte : c’est seulement quand il ne put tenir plus longtemps contre les plaies de Dieu, qu’il décida de laisser Israël entreprendre son voyage dans le désert.

De même, de nos jours, de nombreuses personnes ont dit : « J’abandonne, je m’engage, je fais confiance » seulement après avoir constaté qu’il n’y avait pas d’autre issue à leur situation. Mais le vrai abandon, celui qui est agréable à Dieu, doit être fait librement et volontairement, avant que l’on arrive à ne plus savoir que faire. Nous devons agir en alliance avec le Seigneur, comme Abraham donna sa vie à Dieu, telle un chèque en blanc, et laissant Dieu le remplir.

Dieu n’acceptera rien de moins que notre tout dans ce domaine. Si nous lui abandonnons notre vie seulement de la moitié du cœur, avec réserve, nous sommes aussi coupables qu’Ananias et Saphira. Ils ont prétendu avoir donné leur tout au Seigneur, mais en réalité, ils en avaient retenu une partie, et ils payèrent de leurs vies. En résumé, notre abandon à Dieu doit être sans condition. Il ne peut y avoir aucun accord, ni aucune restriction placé devant notre Seigneur ; nous devons abandonner tout contrôle entre ses mains.

Donc, en nous remettant entièrement entre les mains de Dieu, nous abandonnons toutes nos propres pensées, nos voies et nos désirs et nous nous soumettons totalement à sa sagesse et à sa vérité. Un tel abandon est par nature une œuvre quotidienne et continue. Il ne peut être réalisé une fois pour toute. Dieu voit au travers de toutes nos soumissions temporaires dans les moments de détresse, et au travers de toute obéissance simulée.

Bien que le psalmiste dise que nous devons faire confiance à Dieu en tout temps, notre chair orgueilleuse désire toujours garder le contrôle sur nos propres vies. Elle essaie constamment de nous convaincre que nous pouvons nous préserver nous-mêmes par notre propre intelligence. Et donc, au moment où nous nous abandonnons totalement au Seigneur, notre chair élève sa volonté obstinée et nous découvrons rapidement combien notre cœur est déterminé à suivre ses propres voies.  

_____________________________
Nous remettre totalement à Dieu dans une pleine
Dépendance est l’une des choses les plus difficiles
Que nous, chrétiens, devons faire dans la vie.
_____________________________

Un abandon total à Dieu est une tâche impossible qui ne peut être accomplie que par la foi. Cependant, une fois que nous avons réalisé cet abandon au Seigneur, aucune difficulté ne peut mous atteindre. Notre foi dans notre berger nous portera, âme et corps, au travers de toutes les épreuves, les découragements et les impossibilités naturelles.

Nous devons être conscients, toutefois, qu’une fois que nous avons pris cet engagement, nous avons déclenché un signal d’alarme en enfer. Une fois qu’un chrétien résigné abandonne tout contrôle au Seigneur, plaçant tous les domaines de sa vie dans les mains de Dieu, Satan s’élèvera pour s’opposer à lui avec férocité.

Considérez ce qui se passa avec Paul : tant qu’il suivait sa voie de pharisien, loin de la volonté de Dieu, il ne connaissait aucune opposition de l’ennemi. Or, quand il plaça totalement sa vie sous la conduite de Dieu, il fut frappé et attaqué sans relâche.

De même, bien-aimés, si vous abandonnez tout à Dieu, vous serez férocement opposé par toutes les puissances des ténèbres.  Satan érigera des montagnes de conditions effrayantes devant vous, pour essayer de vous mener à l’incrédulité. Il envahira votre esprit et votre cœur de doutes et de craintes qui ne vous sont jamais venus en tête avant. Sa stratégie est de simplement tourner votre attention sur « combien difficiles les choses vont devenir pour vous » plutôt que sur les promesses de Dieu de vous garder au travers de toute crise.

J’ai souvent ressenti ce combat au cours de mes années de ministère. Quand des temps difficiles sont venus, des doutes se sont amassés dans mon cœur et m’ont murmuré, de façon accusatrice : « Bien, David, que vas-tu faire maintenant ?  Comment vas-tu être gardé au travers de cette crise ? Quel est ton plan pour ta survie ? »

Satan fera tout ce qu’il peut pour vous détourner de Jésus ! Cependant, nous savons d’après les Ecritures, que ce genre de tentation est l’expérience de tous ceux qui s’engagent à suivre Christ.  

_____________________________
La crainte surviendra inévitablement sur vous
Quand l’orage frappera.
_____________________________

Les prophètes bibliques nous préviennent que quand nous verrons Dieu agiter les nations, et que quand des temps périlleux nous frapperont, notre homme naturel connaîtra de grandes frayeurs. Ezéchiel demanda : « Ton cœur sera-t-il ferme, tes mains auront-elles de la force dans les jours où j’agirai contre toi ? » ( Ezéchiel 22 :14)

Quand Dieu avertit Noé de son jugement prochain et lui dit de construire une arche, Noé fut « saisi d’une pieuse crainte » (Hébreux 11 :7) Même le courageux et téméraire David dit : «  Ma chair frissonne de la peur que tu m’inspires, et j’ai la crainte de tes jugements. » (Psaume 119:120) Et quand le prophète Habakuk vit les jours désastreux à venir, il s’écria : « J’ai entendu, et mes entrailles ont frémi. A ce bruit mes lèvres ont tremblé ; mes os se dissolvent, et sans bouger je frémis d’attendre le jour de la détresse… » (Habakuk 3:16)

Veuillez noter en lisant ces passages : la crainte qui survint sur ces hommes pieux n’était pas une crainte de la chair, mais une crainte respectueuse de Dieu.  Ces saints n’étaient pas effrayés par l’ennemi de leurs âmes mais ils craignaient les justes jugements de Dieu. Et cela parce qu’ils comprenaient l’étonnante puissance derrière les calamités imminentes. Ils n’avaient pas peur de la venue de l’orage mais plutôt de la sainteté de Dieu !

De même, chacun d’entre nous expérimentera cette crainte écrasante au moment des temps de destruction et de désastre. Mais notre crainte doit venir d’un saint respect du Seigneur, et jamais d’une anxiété de la chair concernant notre sort. Dieu méprise toute crainte pécheresse en nous, la crainte de perdre des biens matériels, notre bien-être, notre critère de vie.  

Partout dans le monde actuel, des gens sont remplis de ce genre de crainte, en voyant l’économie de leur nation se détériorer. Ils ont peur qu’une inondation économique balaie tout ce pour lequel ils ont travaillé toute leur vie. Et ils disent : « Toute ma sueur, tous mes efforts pour construire ce bien et pour préparer l’avenir vont être ruinés. Je vais devoir vivre dans la pauvreté ! »  

Tel est le cri des incroyants qui n’ont aucune espérance. Il ne doit pas être le cri des croyants. En effet, si vous êtes un enfant de Dieu, votre Père céleste ne supportera pas une telle incrédulité de votre part. Esaïe prévint : « Qui es-tu, pour avoir peur de l’homme mortel, du fils d’Adam, dont le sort est celui de l’herbe ? Et tu oublierais l’Eternel, qui t’a fait…et tu serais dans une frayeur continuelle, tout le jour devant la fureur de l’oppresseur… » (Esaïe 51:12-13). «  C’est l’Eternel des armées que vous devez sanctifier, c’est lui que vous devez craindre, c’est lui que vous devez redouter. » (8:13)

Laissez l’Eternel être celui que vous devez craindre et redouter. Ce genre de crainte ne conduit pas à la mort, mais à la vie !

_____________________________
A l’heure actuelle, l’Amérique est remplie
De personnes qui pensent qu’aucune
Calamité  pénible ne va les atteindre.
____________________________

Tout au long de l’histoire, des personnes ont pensé qu’elles pouvaient surmonter toute calamité sans foi en Dieu. Le prophète Esaïe  écrit  que de tels moqueurs se vantent de ce que « Quand le fléau débordant passera il ne nous atteindra pas. » (Esaïe 28 :15). Esaïe dit que ces personnes sont spirituellement aveugles : « Eternel, ta main est si haute qu’ils ne l’aperçoivent pas. » (26:11) En d’autres mots, ils n’attribuent aucune calamité à l’œuvre de Dieu. Au contraire, ils agissent comme s’il n’y avait pas du tout de Dieu dans le ciel qui puisse accréditer leur incroyance. De nombreux railleurs en Amérique aujourd’hui pensent que leur aisance les sauvera de tout désastre. Mais la parole de Dieu dit en termes certains que quand Il commencera divinement à  tout secouer, le riche incroyant verra ses biens comme inutiles :  

« En ce jour, l’être humain jettera ses faux dieux d’argent et ses faux dieux d’or, qu’il s’était fait pour se prosterner devant eux, aux rats et aux chauves-souris ; On entrera dans les fentes des rochers et dans les creux des rocs, loin de la terreur de l’Eternel, de l’éclat de sa majesté,  quand  il se lèvera pour épouvanter la terre. » (2:20-21)

D’autres railleurs peuvent dire : « Pourquoi toute cette inquiétude et ce soucis ? Les choses continuent comme elles l’ont toujours fait depuis le commencement de l’humanité. Les calamités dont venues et sont reparties, mais nous avons toujours survécus. L’économie peut sombrer, les empires peuvent s’effondrer, mais la vie continue. »

« Nous ne pouvons pas écouter tous ces prophètes de ruine, ils ont annoncé les mêmes choses depuis des siècles. Le monde n’est pas à sa fin, comme ils ont souvent dit que cela arriverait. Les mauvais moments ont toujours ouvert la voie aux bons moments. Nous devons juste apprécier la vie quand c’est possible. »

Il est vrai que les prophètes de Dieu ont prononcé des avertissements dans chaque génération. Mais l’histoire a prouvé que Dieu a toujours envoyé ses jugements au moment opportun. Owen, le grand prédicateur puritain, donna le message suivant à sa congrégation le 9 Avril 1680 :


« Vous savez que depuis des années, sans faille, je vous ai continuellement averti de l’approche d’un temps de calamités, et j’ai étudié les péchés qui en ont été la cause…Je vous ai dit que ce jugement débuterait dans la maison de Dieu ; que Dieu semble avoir endurci votre cœur concernant sa crainte…et qu’aucun d’entre vous ne sait de quoi sa colère sera faite. Dans toutes ces choses je vous ai annoncé des temps périlleux, pénibles…ceux-ci sont actuellement à notre porte et ils entrent pour nous submerger. »

  Aujourd’hui, des railleurs pourraient lire ces mots de Owen et dire : «  Ceci prouve mon point de vue ! Voici un prédicateur de la ruine d’il y a trois cent ans qui essayait d’effrayer la société. Mais le monde a continué malgré tout ce qu’il a dit. Les choses se sont passées comme d’habitude. »

Ce que de tels railleurs ne reconnaissent pas c’est que Dieu a envoyé ses terribles jugements sur cette société. John Owen a vécu assez longtemps pour pleurer sur un holocauste de feu qui enflamma Londres et détruisit cette grande ville. En fait, il a vu l’accomplissement de chaque de ses puissantes prophéties, guerres, destruction, économies ravagées, dépression nationale, maladies qui détruisent des multitudes de personnes indifférentes et insouciantes.

Cependant, avant de voir une seule de ses calamités prendre place, Owen annonça fidèlement depuis son pupitre : « Je vais vous montrer comment nous devons nous conduire dans et sous les pénibles calamités qui s’abattent sur nous, et qui peuvent nous atteindre au cou. »

Bien-aimés, nous vivons les mêmes temps qu’Owen. Dans des temps comme ceux-ci, il n’existe qu’une seule réponse à l’holocauste financier proche. « Le juste vivra par la foi ! » Owen exhortait son peuple avec des larmes : « Faîtes-vous une arche, préparez une arche pour votre salut pour vous et pour vos familles. » Ensuite, il ajouta :  

« Cette arche est Jésus Christ. Il n’y a pas d’autre voie, pas d’autre arche car Esaïe, le prophète, dit de notre Seigneur : « Et un homme [ Christ ] sera comme un abri contre le vent, et un refuge contre la tempête, comme des courants d’eau dans un lieu desséché, comme l’ombre d’un roc massif dans une terre épuisée. » 

« Voici notre arche, heureux ceux qui ont seulement confiance en elle… Je ne connais aucune sécurité, aucune délivrance, dans les combats et les afflictions survenant sur la terre, autrement qu’en croyant dans Christ comme notre seul refuge. »  

_____________________________
Seigneur, donne-nous des yeux spirituels
Pour voir tes murailles de feu autour du
Sion spirituel, gardant et préservant tous
Ceux qui s’abandonnent entre Tes mains !
_____________________________

Nous pouvons voir des dangers de tous les côtés, y compris le diable et ses principautés qui désirent jeter des doutes dans notre foi. Mais nous avons une ardente garde d’anges nous entourant et un Dieu qui a fait le serment de nous porter au travers de tout désastre que nous pourrions affronter.

Alors laissez-moi vous demander si vous voulez affronter la tempête à venir avec une calme assurance et une paix de l’esprit ? Donc, mourrez dès aujourd’hui à toutes vos anciennes voies et à vos moyens de vous sauver vous-mêmes. Et engagez-vous à remettre totalement votre vie dans les bons soins de Dieu. Il est le bon Berger qui vous aime, et Il est fidèle pour vous faire traverser tout cela !

Sermon du 26 octobre 1998

(Traduit par Marie-Jo Texeira)

8 commentaires