Dieu pourvoit à nos besoins !

Dieu pourvoit à nos besoins !

La vie d'un enfant de Dieu peut ne pas être simple. Un nombre certain de nos contemporains, de tous âges, de tous milieux sociaux, décide d'ailleurs qu'il est plus facile de mourir que de vivre.

Quelles que soient les épreuves et la situation, nous sommes le plus souvent désarmés et vulnérables après un deuil ou l'abandon d'un être aimé. Difficile de vivre. Difficile de vivre dans la joie.

Vous avez peut-être expérimenté un de ces moments particuliers pendant lesquels les ennuis et les déceptions s'accumulent, encore et encore, jusqu'à vous submerger. On perd sa santé, puis son travail. Son conjoint s'enfuit alors vers des cieux plus cléments en emmenant les enfants. Les amis, ces chers amis d'hier, s'évanouissent tous, jusqu'au dernier. La vie quotidienne devient difficile, sombre, solitaire. Et pour finir, lorsque les droits au chômage sont épuisés, la rue nous attend, avec son inconfort, la précarité, la faim, les luttes, les disputes, le froid, la maladie, l'isolement au milieu d'une foule indifférente. Pourquoi vivre alors, pour qui ?

Le second livre de Rois nous raconte la vie d'une femme qui traverse une telle situation (2 Rois 4.1-7). Son mari, disciple d'un prophète, attaché à l'Éternel, est mort. Il la laisse sans ressource, avec deux enfants à charge, et aussi quelques dettes. Beaucoup d'entre nous auraient hurlé cette question : « Pourquoi Seigneur, as-tu permis la mort de cet homme qui te servait fidèlement, pourquoi lui ? ». La réaction de cette femme éprouvée est différente. Elle n'a pas moins de peine que nous ne pourrions en éprouver. Son avenir et celui de ses enfants est aussi sombre que celui de certains de nos contemporains. Pour elle, la solitude et la disette la plus complète. Pour ses enfants l'esclavage. Voilà leur avenir, puisque le créancier demande le recouvrement de sa dette, et qu'elle est dans l'impossibilité de payer.

Mais cette femme sait, peut-être par expérience ou par oui-dire, que c'est en Dieu seul qu'est la solution, la seule solution pour sa vie et celle de ses enfants. Elle ne perd pas de temps à se lamenter, ni avec les « pourquoi ? ». Sa seule préoccupation est de rencontrer l'homme de Dieu, dont elle sait pouvoir attendre du secours.

Comme elle, dans la détresse, la misère, la solitude, le dénuement, nous avons toujours la solution auprès de Jésus. C'est Lui le seul médiateur entre Dieu et nous.

(Voir 1 Timothée 2.5)

C'est grâce à son sacrifice que nous pouvons entrer dans le lieu très saint, dans la présence du Père, pour présenter notre requête et recevoir ce dont nous avons besoin.

Cette femme va trouver auprès du prophète, la solution divine à sa disette. Dans le secret de sa maison, la porte fermée, entourée seulement de ses enfants, elle va assister au miracle libérateur. Toute cette huile recueillie va lui permettre de rembourser sa dette et de faire manger ses enfants.

Il n'y a pas de situation trop difficile pour Dieu. Son intelligence et sa puissance dépassent tout ce que nous pouvons imaginer. Son amour nous donne accès à ce pouvoir sur les choses et les moments en Jésus Christ notre Sauveur et Maître.

Il y a bien des années, nous nous sommes retrouvés, mon épouse et moi-même, dans une situation financière inextricable. Nous ne pouvions plus payer notre maison. Il allait falloir prendre des décisions. C'est à ce moment où tout semblait s'écrouler, que Dieu nous a parlé par la bouche d'un jeune homme que nous n'avions jamais vu, et que nous n'avons jamais revu. Dieu nous a dit :

« Je connais ta situation financière désespérée, mais Je te le dis ; à partir d'aujourd'hui, tu ne manqueras plus jamais de rien ».

Nous pouvons témoigner que cette parole est la vérité. Rien de particulier ne s'est passé dans notre situation professionnelle, nous avons seulement pu constater que, mois après mois, les lignes en rouge à la banque diminuaient, jusqu'à devenir inexistantes. Dieu les a effacées, et depuis, nous n'avons jamais plus manqué de rien. Même si nous ne sommes pas riches, Dieu pourvoit chaque jour à nos besoins, et même au delà.

Je vous encourage à faire confiance à Dieu pour chacun de vos besoins réels et pressants. En Jésus, nous sommes héritiers du Dieu à qui appartiennent la terre et tout ce qu'elle contient. Le texte cité en référence est un support pour notre en foi en ce Dieu qui pourvoit à tous nos besoins.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

5 commentaires