D’un cœur de femme à la prière d’une mère (1)

D’un cœur de femme à la prière d’une mère (1)
« Mère » ! Mais qui est-elle vraiment ?

Si le rôle de Mère évoque immanquablement le fait de donner naissance, d’enfanter ; il est une autre définition de ce mot : mère. Le sens en est pourtant le même. Et cependant, il n’est pas question ici de porter un enfant dans son sein pendant 9 mois, puis de le mettre au monde. Bien au-delà de cette réalité de la maternité, il existe d’autres mères. Toutes les femmes, de tout âge, de toute culture, de toute issue sociale, peuvent accéder à ce rôle de mère, sans pour autant avoir, un jour, procréé, donné vie à un enfant. Or, c’est bien de cela dont il est question : Donner VIE !

Dieu en créant la femme, lui a accordé bien plus qu’un « espace conception ». Au-delà des organes reproducteurs… Dieu créa la femme dans un but précis : engendrer la vie ! Dieu a voulu la Femme, mais Il a pourvu aussi cette dimension extraordinaire de la vocation de Mère. L’identité de la femme, selon le plan de Dieu, en est la véritable définition. Sa nature même évoque la vie à transmettre.
J’ose affirmer qu’un cœur de femme peut faire naître !

Il est ici question d’émotions, de sentiments, de considérations pour autrui, du désir de voir s’éveiller à la vie ce qui n’est pas. Ce qui est mort, ou semble mort.
Un des traits, bien féminin, est la créativité : faire de ses mains, organiser, planifier, projeter. Une autre aptitude, qui suit de près, est le « prendre soin ». Dès la petite enfance, la petite fille va imiter le profil de la Mère.

Regardez-la jouer avec ses poupées et nounours. La fillette imite ses « repères féminins ». Elle est née fille et déjà sommeille en elle, la femme en devenir.
Observez-la dans tous les soins affectifs, domestiques, voire même éducatifs qu’elle exerce sur ces poupées de cellulose, bien langées, bien coiffées, voire maquillées ! Et puis … « On joue à la maitresse ».
Mesdemoiselles, mesdames, ne me dîtes pas que je fus la seule à mettre mon nounours au piquet !

« Être mère » serait donc inné ?

Les femmes non-maternantes ne sont pas exclues de cet aspect. Malheureusement, trop de souffrances, tant de ruptures, sans compter ces blessures dans leur parcours ont dû entacher, blesser cette âme de Mère que Dieu avait créé.

Quand est-il de celles qui n’ont jamais enfanté ?

L’absence d’enfant ne signifie pas absence d’aptitude maternelle. Une célibataire, une femme stérile vit pleinement aussi ces émotions de mère. Ne l’oublions pas : elle a, en elle, cette nature que le Créateur a définie et voulue pour son existence sur terre.
Car Dieu en créant la femme, avait prévu « la Mère » !!!

Et surtout … un cœur de mère


Un cœur de mère, c’est un cœur qui aime, qui entend, qui compatit mais aussi qui interpelle, qui agit, qui intervient…
L’amour d’une mère la poussera toujours à se lever et à passer à l’action.
L’amour d’une mère la poussera à prendre des décisions, à se positionner, à se « battre »… pour la bonne cause !!!

Nous parlons beaucoup d’évangélisation, d’oser sortir et parler du Sauveur pour le salut des perdus. Dieu ne nous dit pas que : « Allez… ». À cette action d’aller, notre Seigneur cherche des mères qui vont aimer, entendre, comprendre et se lever pour agir !

Encore une fois, il n’est pas question de mettre au monde (accoucher), mais cependant tout est là : DONNER LA VIE !
Si nos actions dans le témoignage sont importantes, nos attitudes de vie chrétiennes (témoignage muet) le seront encore plus.
La plus grande décision et la meilleure attitude seront essentielles : notre vie de piété, notre relation avec le Seigneur, nos conversations privées avec le Sauveur. Quand personne ne nous voit, quand personne n’entend…! Dieu, lui, écoute nos prières et y répond !

Nous ne pouvons rien sans la prière, nous ne sommes rien sans la prière …

 


A suivre ...

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

14 commentaires