D'une vie d'échecs à la réussite en Christ !

Je suis né le 02 mars 1973 à Dakar. J'ai reçu de mes parents la foi catholique. Mon père est, aujourd'hui décédé. j'ai reçu de mon père la nationalité camerounaise alors que ma mère est de nationalité sénégalaise.
J'ai reçu le baptême catholique à six mois, avec de surcroît un parrain pasteur protestant, aujourd'hui décédé.
Par la suite, mon père immigre pour la France. Ma mère et moi le suivent ensuite. J'ai donc grandi dans la banlieue parisienne.
J'ai effectué avec ma mère un pèlerinage à Lourdes au site de sainte Bernadette. C'est ainsi que j'ai grandi entre l'église catholique et l'église protestante.
En 1984, mes parents divorcent. Et en 1987, mon père nous enlève à la garde de notre mère, alors malade, à savoir mes deux petits frères et moi.
Ainsi nous arrivons au Cameroun. Et dix ans plus tard, c'est-à-dire en 1997, mon père décède dans des conditions assez mystérieuses. L'autopsie déclara : cause du décès hémorragie cérébrale. En effet, il s'écroule raide mort dans son lieu de travail.

De là, sans père ni mère, me voilà, laissé à moi-même. Et progressivement, j'abandonne la foi traditionnelle de mes parents pour me laisser séduire par les courants ésotériques. Et justement, mon modèle à l'époque c'était le célèbre occultiste gabonais d'Africa numéro 1. Lors des funérailles de mon père, je fut initié aux cultes des morts. Et je suis entré en communication avec les démons traditionnels en tant que successeurs de mon grand-père paternel. Tout cela avait aggravé ma tendance pour les sciences occultes. Dans cette optique, je voulais être le maître de ma vie et de mon destin, être mon propre dieu. C'est dans cette lancée que j'aimais la pratique des arts martiaux.
De plus, je m'adonnais à l'alcool. Sans oublier que j'aimais les soirées chaudes des boîtes de nuit. Ainsi, je vivais dans une délinquance aiguë. J'étais un adepte du nihilisme, c'est-à-dire de la philosophie du chaos et de l'anarchie. D'où ma tendance pour la violence et son corrolaire la pornographie. J'avais la rage contre tout. C'est pourquoi dans cette perspective je voulais tout détruire. En commençant par ma propre vie.

Mon existence était une suite d'échecs. C'est ainsi qu'à l'âge de 30 ans : mon bilan était néant. Ma vie était complètement bafouée. Toutefois, en 2002, j'ai frôlé la prison à Douala, après une embrouille avec des amis voleurs qui se retrouvèrent en prison. J'ai été pris au piège dans une affaire d'un portable volé, que j'avais perdu. Me voilà donc dans l'obligation de payer une marchandise volée. Je refuse, mais je suis pris au piège, comme complice, et je ne suis pas loin d'être incarcéré. C'est là qu'un membre de ma famille, qui est pasteur, me convainc de ma situation misérable et prie pour moi afin que le Seigneur Jésus-Christ intervienne. Et là Jésus Christ intervient dans cette affaire en sollicitant un enfant de Dieu proche du procureur de la République, dans la ville de Douala, pour me sortir de ce guet-apens. Après avoir donc longtemps résister à l'Évangile dans cette humiliation totale, je reçois le Christ et je m'engage à le suivre.

Toutefois, il a fallu pratiquement un an, après que j'ai suivi mon père spirituel à Yaoundé, pour que je sois délivré de toutes mes pratiques des sciences occultes, violences et pornographies. Je reçois donc ma délivrance totale le 23 mars 2003 après que je me soit baptisé par immersion selon le modèle biblique où je reçois le don du Saint-Esprit. Et par cette puissance du Saint-Esprit, j'ai été totalement délivré des forces démoniaques. Gloire à Jésus-Christ. Ce témoignage vivant confirme cette parole de l'apôtre Paul : " Il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et l'a détruit en le clouant à la croix ; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix." Colossiens 2.14-15

Ainsi, j'ai découvert le sens de la vie, à savoir donner sa vie à Jésus-Christ. En effet, si pour beaucoup la vie n'a aucun sens premier, c'est-à-dire à priori, comme le soutient l'existentialisme athée ; elle prend néanmoins un sens second par le Fils de Dieu qui nous réconcilie avec notre Père qui est cieux. C'est ainsi que nous naissons « de nouveau ». Grâce donc à cette révélation, j'ai reçu Jésus-Christ comme mon Seigneur et j'ai cru en lui comme mon Sauveur. De fait, cette parole du Christ s'est appliquée sur moi : « Car le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu » Luc 19.10. Par cette action divine, moi, qui étais perdu, j'ai trouvé le chemin du salut ; moi, qui étais mort, j'ai trouvé le chemin de la vie. Oui, aujourd'hui, je peux dire avec foi à Dieu : « Ta parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier » Psaume 119.105.

Grâce à Dieu, j'ai repris mes études, en 2003, alors que j'ai eu mon baccalauréat en 1996. Ce qui m'a permis d'obtenir une licence en philosophie en 2006, major de ma promotion, avec la mention assez bien : 12.17 /20. En 2009, j'ai obtenu un Master en philosophie, de même major, avec la mention bien : 15/20. En cette année 2012, je compte terminer ma thèse de doctorat en Philosophie pour pouvoir soutenir en 2013. Pour combler ma bénédiction et ma restauration, j'ai repris contact avec ma mère au Sénégal par l'entremise de Facebook. J'espère bien, par la grâce de Dieu, la revoir et la serrer dans mes bras. Car aujourd'hui, selon son témoignage, elle est guérie. Je prie qu'elle reçoive aussi le Christ pour le pardon de ses péchés. Et toujours en 2013, je compte me marier, si Dieu le veut. C'est dans cette optique que je propage tout autour de moi l'Evangile de paix et mon témoignage pour le salut de quiconque croit au nom de Jésus-Christ. « Car je n'ai point honte de l'Evangile : c'est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit… » Romains 1.16

 

Découvrez l’histoire de Mike Genung , anciennement dépendant au sexe et à la pornographie dans son livre «  Chemin de la grâce »

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

83 commentaires