Comment venir à bout de la calomnie ?

Comment venir à bout de la calomnie ?

La calomnie est un poison violent, souvent caché. Il peut détruire des personnes ou un groupe à petit feu.
Comment pouvons-nous l'identifier et l'éradiquer de nos vies, nos familles, nos lieux de travail et de nos églises, mouvements, ministères...?

Etude de mots

  • Définitions

- Calomnie : accusation fausse, mensonge qui attaque la réputation, l'honneur de quelqu’un. (Dictionnaire Robert)

- La calomnie est une « accusation mensongère qui blesse la réputation et l’honneur » ou une « utilisation systématique d'allégations mensongères en vue de discréditer quelqu’un ». En ce sens, c'est une notion proche de l'injure et de la diffamation. (Wikipédia)

- Calomnier quelqu’un, c’est le diffamer, l’accuser volontairement et mensongèrement de quelque chose de grave. (Dictionnaire Biblique Emmaüs)

  • Synonymes

accusation, attaque, cancan, chronique scandaleuse, délation, dénigrement, dénonciation, détraction, imposture, infamie, injure, insinuation, invention, méchanceté, médisance, mensonge, perfidie, ragot, traîtrise

On peut classer ces synonymes autour de deux idées clés : le mensonge et la méchanceté.

Notons que les synonymes ont quelquefois exactement le même sens, mais le plus souvent un sens approché.

Calomnie et médisance : les différences

La calomnie est avant tout une accusation mensongère. Alors que la médisance vient “révéler” les défauts ou mauvaises actions de quelqu’un, dans l’intention “d’informer”, de mettre en garde son interlocuteur. Les deux visent à détruire la réputation et l’impact de la personne concernée.

La calomnie se situe un degré au-dessus de la médisance, car elle est mensongère par définition, alors que la médisance contient une part de vérité.

Définitions dans la Bible

- Dans l’Ancien Testament

L'imputation sciemment mensongère qui constitue la calomnie proprement dite est désignée par l'hébreu "râkîl" ou "râgal" (deux racines évoquant probablement les allées et venues de celui qui bavarde au détriment d'autrui) : cette calomnie est interdite (Lévitique 19.16), dénoncée (Psaume 15.3, 50.19, Ezéchiel 22.9), déplorée (Jérémie 6.28, 9.4). Le terme "dibbâ" est au contraire le murmure qui glisse (Proverbe 10.18). Ces termes hébreux peuvent désigner non seulement la calomnie mais encore la médisance, c’est à dire des accusations vraies inutilement colportées (Proverbes 11.13, 20.19).

- Dans les Deutéro-canoniques

La calomnie est condamnée aussi dans les Apocryphes, qui appellent le calomniateur « la troisième langue », celle qui excite deux personnes l'une contre l'autre (Siracide 28.13-26).

Maudits soient le chuchoteur et celui qui tient un double langage ! Ils ont perdu bien des gens vivant en bonne entente. Les racontars d’un tiers (lit : une troisième langue) en ont ébranlé beaucoup… (Siracide 28.13-14a)

- Dans le Nouveau Testament

Le N.T. la désigne ordinairement par les mots de la famille de blasphème, au sens moral (fausse accusation contre l'homme) et non pas religieux (accusation contre Dieu) :

la calomnie est incompatible avec la vie chrétienne (Matthieu 15.19, Colossiens 3.8) ; pourtant, les fidèles chrétiens doivent s'attendre à ses attaques (1 Corinthiens 4.13, grec "dusphômoûménoi" =diffamés ; Romains 3.8, Apocalypse 2.9), et ils doivent en préserver la doctrine et la voie de Dieu (1 Tite 6.12 Pierre 2.2). Dans 2 Timothée 3.3, le terme grec est "diabolos" ; ce nom de « calomniateur » est devenu le titre du Diable, qui est « l'adversaire », c-à-d. l'accusateur de parti pris (1 Pierre 5.8), « menteur et père du mensonge » (Jean 8.44). 

La calomnie contre un accusé devant la cour de justice est un faux témoignage, 

interdit par le Décalogue et reprise dans le NT. Matthieu 26.59-60, Actes 6.11

Principaux exemples bibliques de calomnie

2 Samuel 10.3, 19.27, Esdras 4.12 et suivants, Néhémie 6.2, Matthieu 11.18 et suivant, Actes 24.5.

COMMENT
venir à bout de la calomnie ??

Après toutes ces définitions et cette étude biblique, il est temps de revenir au thème même de ce message !

J'aime beaucoup ce dialogue attribué à Socrate, il y a environ 2300 ans.

Un jour, quelqu’un vient voir Socrate, qui est réputé pour sa grande sagesse. Il voudrait lui communiquer une “information importante” :

– Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami ?
– Un instant. Avant que tu ne m’en dises plus, j’aimerais te faire passer le test des trois passoires.
– Les trois passoires ?!
– Mais oui, reprit Socrate. C’est ma façon à moi d’analyser ce que j’ai à dire et ce qu’on me dit. Tu vas comprendre… La première passoire est celle de la vérité. As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ?
– Non. J’en ai simplement entendu parler…
– Très bien. Tu ne sais donc pas si c’est la vérité.
– (…)
– Alors passons à la deuxième passoire : ce que tu veux m’apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bon ?
– Ah non ! Au contraire.
– Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n’es pas certain qu’elles soient vraies.
– Euh…
– Pour finir, et c’est ma troisième passoire, est-il utile que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ?
– Utile, non, pas vraiment.
– Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni bien, ni utile, à quoi bon m’en parler. 

Ce texte nous parle de trois filtres : 

  • la vérité

  • le bien, la bonté

  • l’utilité

On retrouve nos éléments de départ : la vérité et la bonté, auxquels on peut ajouter l’utilité.

Jésus est la Vérité, il est le serviteur plein d’amour. En tant que disciples, il nous montre le chemin à suivre.
Il nous faut garder notre coeur et notre bouche, mais aussi nous protéger en gardant nos oreilles.

Des conseils dans notre Bible

L’apôtre Jacques est très clair et très pratique sur ce sujet :

Nous mettons un mors dans la bouche des chevaux pour qu’ils nous obéissent, ainsi nous dirigeons tout leur corps. Pensez encore aux bateaux : même s’il s’agit de navires de haut tonnage et s’ils sont poussés par des vents violents, il suffit d’un tout petit gouvernail pour les diriger au gré du pilote.
Il en est de même de la langue. Même si elle n’est qu’un bien petit membre, elle a de grandes prétentions et, de fait, elle peut se vanter d’avoir une influence considérable. Ne suffit-il pas d’une petite étincelle pour incendier une vaste forêt ?
La langue aussi est un feu ; elle est tout un monde de mal. Elle est là, parmi les autres organes de notre corps, et elle est capable de souiller notre être entier. Allumée au feu de l’enfer, elle peut enflammer toute notre existence et mettre le monde en flammes.
L’homme est capable de dompter toutes sortes de bêtes sauvages : quadrupèdes, oiseaux, reptiles, animaux marins, et il les a effectivement domptés.
Mais personne n’arrive à dompter parfaitement sa langue. C’est un fléau impossible à maîtriser, un réservoir plein de venin mortel.
Tantôt nous nous en servons pour chanter les louanges du Seigneur, notre Père, tantôt nous l’utilisons pour maudire les hommes créés pourtant à l’image de Dieu.
Ainsi, de la même bouche sortent bénédictions et malédictions. Mes frères, il ne devrait pas en être ainsi.
Jacques 3.3-10

“Mais personne n’arrive à dompter parfaitement sa langue. C’est un fléau impossible à maîtriser, un réservoir plein de venin mortel.” Ce verset parle à l’évidence de la malveillance retransmise par nos paroles : la médisance et la calomnie.

 

L'apôtre Jacques met aussi en évidence notre difficulté dans ce domaine. 

Alors comment faire ??

  • Dieu nous donne la sagesse

Dans la suite de l'épître de Jacques :

Car là où règnent la jalousie et l’esprit de rivalité, là aussi habitent la discorde, le désordre et toutes sortes d’agissements inspirés par le mal.
Au contraire, la sagesse qui vient d’en haut est en premier lieu pure (de tout mal) ; de plus, elle aime la paix, elle est courtoise et douce, elle ne connaît pas les préventions et l’esprit de parti, elle agit sans duplicité ni feinte. Elle est sans façons et sans fard. Elle se montre compréhensive et conciliante, elle est ouverte à la discussion et capable de céder, pleine de bonté et de compassion ; elle produit beaucoup de bonnes actions. Jacques 3.16-17

Si l’un de vous manque de la sagesse nécessaire, qu’il la demande à Dieu et il la lui donnera car, à tous, il distribue ses dons généreusement et en toute simplicité, sans adresser le moindre reproche. Jacques 1.5

  • Dieu nous ordonne d’aimer et déverse son amour en nous

Quel est le plus grand commandement de la loi ? »
Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée.
C'est le premier commandement et le plus grand.
Et voici le deuxième, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme
Matthieu 22.36-39

Cette espérance ne trompe pas, parce que l'amour de Dieu est déversé dans notre cœur par le Saint-Esprit qui nous a été donné. Romains 5.5

  • Le Saint-Esprit nous donne de porter LE fruit !

Le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi. Galates 5.22

Témoignage

Il y a de nombreuses années, je faisais partie d’un groupe chrétien dont le responsable était une femme mariée d’âge mur. Quand un jeune homme est arrivé et a pris de plus en plus de responsabilités, les langues se sont affolées. Il est vrai que leur relation semblait tellement intime, qu’elle posait vraiment question… Peu à peu, plusieurs sont passés de : “quelle honte, ils se comportent comme un couple” à : “c’est sûr, ils couchent ensemble”.

Comme beaucoup, j’étais choquée. Alors j’ai fait cette prière : 

  • Seigneur, ça ne peut plus durer, envoie quelqu’un pour leur parler.

Et j’ai eu très clairement cet échange avec le Seigneur :

  • Vas-y, je t’envoie

  • Oulah, Seigneur, tu ne m’as pas comprise

  • Si, si, vas-y, je t’envoie

Autant vous dire que je n’étais vraiment pas fière. J’ai même quasiment regretté ma prière. J’ai pris rendez-vous avec la responsable. J’avais demandé à quelques amis proches de prier pour moi sans leur en donner la raison.

Je suis entrée très vite dans le vif du sujet. Mon interlocutrice était très choquée et exigeait les noms des personnes qui la soupçonnaient. Bien entendu, j’ai refusé. 

Peu de temps après, on a tous constaté que la relation entre cette femme et ce jeune homme avait changée et s‘était assainie. Merci Seigneur !!! Je lui avais juste obéi avec crainte, et le Saint-Esprit a agi dans les cœurs de ces deux personnes.

Je n’ai pas eu besoin de passer à l’étape suivante qui aurait été de  venir à plusieurs. Ouf !

Je peux donc ajouter ces deux filtres aux trois précédemment cités : 

  • En as-tu parlé avec cette personne ?
    Nous devons aller parler directement à la personne en privé. En effet, les personnes qui propagent des ragots ne vont jamais en parler à la personne concernée.

  • Quelle est ta motivation pour m'en parler ?
    Nous devons agir par conviction ou par obéissance au Seigneur.

Concrètement

  • aller voir la personne concernée

Mes frères et sœurs, si quelqu'un parmi vous s'est égaré loin de la vérité et qu'un autre l'y ramène, sachez que celui qui ramènera un pécheur de la voie où il s'était égaré sauvera une âme de la mort et couvrira une foule de péchés. Jacques 5.18-19 (notez bien le si)

  • une démarche en plusieurs étapes

S’il arrive à ton frère de commettre un péché, va le trouver, parle en tête à tête avec lui et montre-lui sa faute. S’il se laisse convaincre, tu auras gagné ton frère.
S’il ne t’écoute pas, reviens le voir en prenant avec toi une ou deux autres personnes, pour que tout ce qui sera dit soit appuyé sur les déclarations de deux ou de trois témoins.
S’il refuse de vous écouter, dis-le à l’Église. S’il refuse même d’écouter l’Église, mets-le sur le même plan que les incroyants et les gens avec qui vous évitez toute relation.
Matthieu 18.15-17 (Parole Vivante)

  • dans tous les cas : intercéder pour cette ou ces personnes 

Surtout sans en parler à tout l’univers et sans utiliser les moments d’intercession à l’église ou en groupe pour déballer avec les noms et tous les détails la situation incriminée. Cette manière détournée de critiquer, voire même de calomnier, ne passe absolument pas le filtre de l’amour divin et révèle même à tous l’état du cœur de “l’intercesseur”.

En conclusion

Quant à nous, nous aimons parce que Dieu nous a aimés le premier.
Si quelqu’un prétend aimer Dieu tout en détestant son frère, c’est un menteur. Car s’il ne peut pas aimer son frère qui est là sous ses yeux, il ne saurait aimer Dieu qu’il ne voit pas.
D’ailleurs, le Christ lui-même nous a donné ce commandement : que celui qui aime Dieu aime aussi son frère. 
1 Jean 4.19-21 (Parole Vivante)

Aimer, c’est aussi se conduire avec droiture et tact. L’amour prend des égards et évite de blesser ou de scandaliser, il n’est pas dédaigneux.
Celui qui aime ne saurait agir à la légère ou commettre des actes inconvenants. Aimer, c’est ne pas penser d’abord à soi, chercher son propre intérêt, insister sur ses droits. L’amour n’est pas irritable, il ne s’aigrit pas contre les autres. Il n’est pas susceptible. Quand on aime, on ne médite pas le mal et on ne le soupçonne pas chez les autres. Si on subit des torts, on n’en garde pas rancune.
Découvrir une injustice, ou voir commettre le mal, ne fait pas plaisir à celui qui aime. Il se place du côté de la vérité et se réjouit lorsqu’elle triomphe.
L’amour couvre tout : il souffre, endure et pardonne. Il sait passer par-dessus les fautes d’autrui. Aimer, c’est faire confiance à l’autre et attendre le meilleur de lui, c’est espérer sans faiblir, sans jamais abandonner. C’est savoir tout porter, tout surmonter.
1 Corinthiens 13.4b-7 (Parole Vivante)

Si je n’ai pas l’amour, j’ai beau être le plus inspiré des porte-parole de Dieu, connaître tous les secrets de son plan et être versé dans toutes les sciences, je peux même avoir une foi absolue au point de transporter des montagnes : sans amour je ne suis rien.
1 Corinthiens 13.2 (Parole Vivante)

Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, car l'amour vient de Dieu, et toute personne qui aime est née de Dieu et connaît Dieu.
1 Jean 4.7

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com

Retranscrit par les mains d’Elisabeth, ce récit rend la vie des siens dynamique et pétillante. Il nous fait passer des rires aux larmes, des concepts les plus rudimentaires à la philosophie de la vie...

L’ouvrage pourrait s’intituler carpe diem tant Elisabeth, malgré les difficultés traversées et communes à beaucoup d’entre nous, a su puiser de l’espoir dans sa foi, son goût de vivre et ses amis.

Découvrez et procurez-vous le livre "Hors-Piste" en cliquant sur ce lien ! 

5 commentaires
  • MichelineDONGMO Il y a 6 jours, 9 heures

    Merci beaucoup pour ce bel éclairage. Sois bénie ma soeur.
  • Yves Lalonde Il y a 1 semaine, 2 jours

    Merci Élisabeth pour ses enseignements . Soit béni par notre Seigneur et Sauveur
  • rozange Il y a 1 semaine, 2 jours

    La calomnie est un poison violent, souvent caché. Il peut détruire des personnes ou un groupe à petit feu. Comment pouvons-nous l'identifier et l'éradiquer de nos vies, nos familles, nos lieux de travail et de nos églises, mouvements, ministères...? n jour, quelqu’un vient voir Socrate, qui est réputé pour sa grande sagesse. Il voudrait lui communiquer une “information importante” : – Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami ? – Un instant. Avant que tu ne m’en dises plus, j’aimerais te faire passer le test des trois passoires. – Les trois passoires ?! – Mais oui, reprit Socrate. C’est ma façon à moi d’analyser ce que j’ai à dire et ce qu’on me dit. Tu vas comprendre… La première passoire est celle de la vérité. As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ? – Non. J’en ai simplement entendu parler… – Très bien. Tu ne sais donc pas si c’est la vérité. Mais personne n’arrive à dompter parfaitement sa langue. C’est un fléau impossible à maîtriser, un réservoir plein de venin mortel.” Ce verset parle à l’évidence de la malveillance retransmise par nos paroles : la médisance et la calomnie. Surtout sans en parler à tout l’univers et sans utiliser les moments d’intercession à l’église ou en groupe pour déballer avec les noms et tous les détails la situation incriminée. Cette manière détournée de critiquer, voire même de calomnier, ne passe absolument pas le filtre de l’amour divin et révèle même à tous l’état du cœur de “l’intercesseur”. Si je n’ai pas l’amour, j’ai beau être le plus inspiré des porte-parole de Dieu, connaître tous les secrets de son plan et être versé dans toutes les sciences, je peux même avoir une foi absolue au point de transporter des montagnes : sans amour je ne suis rien. Amen!!!!!!!!!!!!!!!
  • Afficher tous les 5 commentaires