Français et citoyens du ciel

Français et citoyens du ciel

« Crétois toujours menteurs, méchantes bêtes, ventres paresseux » : ces paroles d'Epiménide, poète, prêtre et prophète né à Crète, sont citées par Paul, qui ajoute même  « ce témoignage est vrai » (Tite 1.12). Bien sûr, cela n'implique pas que tous les habitants de Crète correspondent à cette description. Il ne s'agit que d'une tendance générale, qui se vérifie assez souvent, sans être absolue ni irréversible.

Il en est de même pour la description des Gaulois faîte par César : « capables de bravoure, mais indisciplinés ; enthousiastes, mais désordonnés ». Alain Peyrefitte, qui cite ces paroles dans son livre « le Mal Français », ajoute même à propos des Français: « Hommes d'exploits fulgurants plus que d'obscures ténacités, de prouesses individuelles plus que d'énergie collective, ils étonnent par la soudaineté de leurs redressements, mais déçoivent par la légèreté avec laquelle ils les compromettent ; passant du coup d'éclat au coup de tête, et de l'héroïsme à la débandade ; sans cesse confrontés à une difficulté de vivre ensemble ; tantôt soulevés par le souffle puissant d'un projet qui les dépasse, tantôt prostrés dans l'aigreur et le dénigrement d'eux-mêmes ; suscitant à l'étranger l'admiration plus que la confiance, quand ce n'est pas l'agacement ». Et encore, « dès qu'ils sont en groupe ils complotent... Si je les vois enthousiastes à leur arrivée, je sais qu'un peu plus tard, ils seront déprimés... Il manque aux Français comme une dimension de la vie. Le respect des faits, et le respect des autres. La soumission au réel. L'habitude de se plier aux exigences de la vie en commun. La continuité de l'effort...Chacun rend hommage au talent des chercheurs français, à la qualité de leurs découvertes. Mais on n'a pas grande confiance dans les réalisations pratiques qui pourront suivre... ».

Cette appréciation, heureusement, ne résume pas la totalité du tempérament Français et de son patrimoine moral. Il ne s'agit pas d'une tendance insurmontable, d'une situation implacable dont on ne pourrait pas s'extraire. Si la Bible parle de nouvelle naissance et de libération de la vaine manière de vivre héritée de nos pères (1 Pierre 1.18), c'est justement pour nous communiquer cette Bonne Nouvelle d'un affranchissement possible de tous ces traits de caractères si commun, chez nous comme ailleurs.

Cette tension entre la culture nationale et l'identité spirituelle nous laisse face à un Défi : être à la fois Français et Citoyen du Ciel. Puissions-nous relever ce Défi et voir notre Foi influencer non seulement nos valeurs et nos références mais aussi notre caractère profond et nos attitudes quotidiennes.

En paraphrasant le chapitre 13 de la première épître aux Corinthiens, on peut dire que le Citoyen du Ciel est « patient, il est plein de bonté, il n'est pas envieux, ne se vante pas, ne s'enfle pas d'orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s'irrite pas, il ne soupçonne pas le mal, il ne se réjouit pas de l'injustice mais il se réjouit de la vérité ; il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout ».

Ne pensez-vous pas qu'il faut vraiment le miracle de l'action du Saint-Esprit pour être à la fois Français et Citoyen du Ciel !?!

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire