J’ai besoin de dépendre de Dieu !

J’ai besoin de dépendre de Dieu !

S’il y a quelque chose que chacun s’accordera honnêtement à reconnaître, c’est notre besoin de dépendre de notre Dieu pour tout, tout au long de notre vie.

Oui, la réalité est que sans l’intervention de Dieu, son secours et son assistance, nous ne pouvons absolument rien faire. Nous avons besoin de notre Dieu qui tient le fil de notre vie dans ses mains. La moindre bouffée d’oxygène est une grâce que nous recevons de lui. Il en va de même pour tout dans notre vie.

Nous avons également besoin les uns des autres, besoin de nos frères et sœurs, des anciens, des pasteurs. Nous avons besoin de conseils, de sagesse, de discernement… Mais attention : le monde ne tourne pas autour de nous car les autres et même le Seigneur lui-même, ont besoin de nous.

« En vérité, en vérité, je te le dis, quand tu étais plus jeune, tu te ceignais toi-même et tu allais où tu voulais ; mais quand tu seras vieux, tu étendras tes mains et un autre te ceindra, et te mènera où tu ne voudras pas ». Jean 21.18

Il nous faut beaucoup d’humilité pour accepter d’être conduit par un autre et pas forcément où nous voudrions aller de nous-mêmes. Oui, il faut de l’humilité pour accepter de dépendre de Dieu, notre Berger, pour plier notre volonté à la sienne. Acceptons en effet sa volonté car elle est meilleure que la nôtre. Prenons l’engagement de ne plus vivre selon nos pulsions naturelles ou mauvais penchants de notre cœur.

« De même, vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux anciens. Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous d’humilité car Dieu résiste aux orgueilleux mais fait grâce aux humbles ». 1 Pierre 5.5

L’humilité n’est pas un défaut mais une qualité. C’est la qualité de ceux qui sont véritablement forts aux yeux de Dieu.

Le monde, quant à lui, méprise l’humilité, et ceux qui sont humbles sont bien souvent qualifiés de faibles. Cependant, accepter de nous soumettre à Dieu, aux autorités et les uns aux autres n’est pas une punition mais une protection. Ce texte parle de soumission aux anciens. Il est question de jeunes. Cela n’évoque pas forcément l’âge mais il peut s’agir de maturité dans la vie chrétienne. Ceux qui sont considérés comme anciens ont certainement acquis de la sagesse, de l’expérience et ont une vie chrétienne éprouvée. Dans l'église, il n'y a pas de conflits de génération. Jeunes et vieux se retrouvent main dans la main et dans l’unité pour louer et servir le Seigneur.

En effet, le Psaume 148.12-13 annonce ceci : « Jeunes hommes et jeunes filles, vieillards et enfants ! Qu’ils louent le nom de l’Eternel ! Car son nom seul est élevé ; sa majesté est au-dessus de la terre et des cieux ». Jérémie 31.13 complète par cette parole : « Alors les jeunes filles se réjouiront à la danse, les jeunes hommes et les vieillards aussi ; je changerai leur deuil en allégresse, et je les consolerai, je leur donnerai de la joie après leur chagrin ».

Ces textes nous montrent bien l’interdépendance générationnelle et tous ensemble sont tournés vers le même Seigneur pour le louer. Y aurait-il des grands, des petits, des vieillards, des bébés, ils ne sont qu’un en Christ et tous dépendent du même berger pour leur vie ici-bas et leur service pour Dieu.

Une des plus belles expériences est celle de donner notre cœur à Jésus quand on est encore jeune, et de se laisser conduire, former par lui et remplir de son Esprit-Saint pour être utilisé par lui dans la moisson afin d’avoir un service béni, fécond et fructueux pour sa gloire. Bénissons aussi le Seigneur quand une personne se tourne vers lui au soir de sa vie. Notre Dieu a un chemin particulier pour chacun de nous.

« Ton serviteur craint Dieu dès sa jeunesse ».1 Rois 18.12

« Car tu es mon espérance, Seigneur éternel ! En toi je me confie dès ma jeunesse ». Psaume 71.5

« Ne te souviens pas des fautes de ma jeunesse, ni de mes transgressions, souviens-toi de moi selon ta miséricorde, à cause de ta bonté, ô Eternel ». Psaume 25.7

Ces textes nous montrent que c’est pour toute notre vie que nous pouvons rester fidèles à Dieu, attachés à lui et dépendants de lui.

Alors, pour terminer, voici une recommandation pour toute notre vie chrétienne. Nous la trouvons dans 1 Timothée 4.12 : « Que personne ne méprise ta jeunesse ; mais sois un modèle pour les fidèles, en parole, en conduite, en charité, en foi, en pureté… »

Un modèle quand je suis jeune, un modèle quand je suis plus âgé, un modèle toujours… Avec l’aide de Dieu !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

3 commentaires