Pour la jeunesse, mais pas que…

Pour la jeunesse, mais pas que…

Un jeune homme de près de soixante dix ans (!!!) me disait un jour que oui, nous sommes jeunes, toujours jeunes, et jeunes depuis plus longtemps que les autres. Voilà donc un jeune expérimenté qui m’inspire beaucoup.

Ceci dit, du haut de mes (seulement) 57 ans, je peux me permettre quelques enseignements reçus et vécus puisque je suis encore et toujours jeune, comme cet « ancien » me l’affirmait ! 

La Bible dit, dans Ecclésiaste 12.1-3 : « Jeune homme, réjouis-toi dans ta jeunesse, livre ton cœur à la joie pendant les jours de ta jeunesse, marche dans les voies de ton cœur et selon les regards de tes yeux ; mais sache que pour tout cela Dieu t’appellera en jugement ».

Voici un texte clair et précis. Le jeune est entièrement libre de faire ce qu’il veut. Seulement la réalité est qu’il devra forcément un jour faire face aux conséquences de ses choix. En effet, nous aurons tous, un jour ou l’autre, des comptes à rendre au Seigneur. 

L’Evangile apporte aux jeunes (et moins jeunes) une espérance merveilleuse. Vous pouvez, vous qui avez un grand avenir devant vous, vivre une longue vie bénie, heureuse, riche dans la présence de Dieu et à son service. Vous pouvez alors bénir votre génération et les plus anciennes au travers de votre belle et fidèle consécration à Dieu.

Vous vous donnez à Dieu. Jésus vous transforme et fait de vous des témoins enthousiastes, zélés, bouillants pour proclamer sa bonne Parole partout autour de vous avec les moyens que vous connaissez et maitrisez le mieux

Il est recommandé à tous de nous éloigner du mal et de nous souvenir que nous avons un Dieu au-dessus de nous, qui nous aime, a beaucoup fait pour nous et veut encore nous bénir. Oui, il est bon de se donner à Dieu pendant notre jeunesse : cela nous garde de bien des péchés.

Paul nous exhorte à : fuir les passions de la jeunesse, à rechercher la justice, la foi, la charité, la paix, avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur (2 Timothée 2.22). Oui, la plus belle des vies, la plus enrichissante, est bien celle qu’on vit avec Dieu dès notre jeunesse. 

Psaume 119.9 : « Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier ? En se dirigeant d’après ta Parole ». Voilà le secret de la réussite, de la victoire pour être béni, pour ne pas tomber dans les pièges de l’ennemi. Il nous faut lire la Bible pour nourrir notre âme. C’est notre force. La lecture de la Bible va avec la prière. On se confie en Dieu. Il répond. Il dit et nous obéissons. Voilà un merveilleux programme devant chacun de nous.

L’exemple du fils prodigue. (Luc 15.10-32)

Il est parti, le Père ne l’a pas retenu.

Ne soyons pas de ceux qui croient tout savoir, qui veulent toujours avoir raison, avoir le dernier mot, et n’en faire qu’à notre tête, gérant notre vie par nos propres moyens, sans écouter les conseils, et qui claquent la porte derrière eux. Ceux-là sont heureux pour un temps. Mais après ?

Il nous faut rester attachés à la maison de notre Père céleste. Car il veut notre bien, mais il respecte notre liberté. Si nous voulons partir, il ne nous retiendra pas mais nous ferons de tristes expériences.

Cependant, on ne regrettera jamais de rester attaché au Dieu de notre salut.

L’exemple du jeune homme riche. (Marc 10.17-22)

Si nous sommes des religieux seulement, notre cœur sera vide.

Si nous nous attachons à nos richesses, nous serons insatisfaits.

Si nos parents sont chrétiens, c’est bien, mais nous ne sommes pas appelés à seulement pratiquer la religion de nos parents. La foi de nos parents peut être notre richesse, mais il nous faut aussi une expérience vraie, unique et personnelle avec Dieu.

L’exemple d’Eutychus. (Actes 20.7-11)

Un pied dans l’église, l’autre dans le monde ? Non. Dieu désire que les jeunes s’engagent sérieusement et durablement avec lui. Qu’ils se séparent de ce monde corrompu et trompeur pour être tout entiers au Dieu qui les aime. Les jeunes du monde ont besoin du témoignage de jeunes consacrés.

La fidélité à Dieu est toujours récompensée

Le psaume 37.25, écrit par une personne beaucoup moins jeune mais qui peut témoigner par expérience, dit cela : « j’ai été jeune, j’ai vieilli ; et je n’ai pas vu le juste abandonné, ni sa postérité mendiant son pain ». 

Oui, si nous décidons de nous engager pour le Seigneur et si nous lui restons fidèles jusqu’au bout et quoi qu’il arrive, si nous nous attachons à lui de tout notre cœur et en tout temps, nous serons gardés et bénis, quelles que soient les circonstances de la vie et les difficultés rencontrées pendant notre pèlerinage terrestre.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

7 commentaires