La fiabilité du texte biblique

La fiabilité du texte biblique

Nous avons appris par Dr Joseph Kabuya Masanka dans son cours Herméneutique, que pour établir la fiabilité d’un texte et l’interpréter le plus fidèlement possible il nous faut disposer d’un minimum de trois versions de la Bible, à savoir :
La version littérale, calquée sur les textes originaux – ces textes, comme ceux de la version Darby, Jérusalem, Chouraqui par exemple, sont plus lourds au niveau de la structure littéraire mais plus fidèles quant aux textes d’origine. On y note une plus grande exactitude littérale mais quelques difficultés de compréhension d’ordre grammaticale.

L’équivalence dynamique, utilisée dans les nuances naturelles des structures linguistiques de la langue d’arrivée. Les destinataires en comprennent le sens dans une grammaticale qui respecte le texte d’origine et la langue dans laquelle la version est traduite comme dans la version du Semeur Bible d’étude. Ce genre de version est plus facilement lisible et compréhensible.

La version libre, qui traduit les idées d’une langue à l’autre sans se soucier de l’exactitude des mots d’origine. Elle paraphrase le sens des textes originaux en offrant au lecteur des tournures de phrases très agréables. On en comprend mieux la teneur du texte et la pensée de l’auteur mais on ne peut toutefois se fier à 100 % à sa précision littérale. C’est le cas pour la Bible en Français courant ou La Parole Vivante.

Il y a parfois dans les Écritures des textes d’une grande complexité qui peuvent prêter à confusion surtout s’ils ne sont pas interprétés correctement dans leur contexte social, historique ou biblique. Déceler et comprendre la pensée de l’auteur pour la retranscrire à notre époque tout en gardant l’essence de ce que le texte veut réellement dire n’est parfois pas une mince affaire. À la lecture de 1 Corinthiens 15.29, nous serions amenés à penser un peu hâtivement que le baptême des morts est chose courante au moment où l’apôtre Paul s’adresse à l’église de Corinthe.

Voyons ce qu’en disent les différentes versions biblique :

La version littérale :

Ostervald

29 Autrement, que feront ceux qui sont baptisés pour les morts? Si absolument les morts ne ressuscitent point, pourquoi aussi sont-ils baptisés pour les morts?

30 Et pourquoi nous-mêmes sommes-nous à toute heure en péril?

Darby

29 Autrement, que feront ceux qui sont baptisés pour les morts, si les morts ne ressuscitent absolument pas? Pourquoi aussi sont–ils baptisés pour eux?

30 Pourquoi aussi nous, bravons–nous le péril à toute heure?

La version équivalence dynamique :

Semeur 2000

29 D'autre part, pourquoi certains se font-ils baptiser au péril de leur vie ? S'il est vrai que les morts ne ressuscitent pas, pourquoi donc courir un tel risque en se faisant baptiser au risque de mourir ?

30 Et nous-mêmes, pourquoi affronterions-nous à tous moments des dangers de mort ?

La version libre :

Français courant

29 Pensez encore au cas de ceux qui se font baptiser pour les morts: qu'espèrent-ils obtenir? S'il est vrai que les morts ne ressuscitent pas, pourquoi se font-ils baptiser pour eux?

30 Et nous-mêmes, pourquoi nous exposons-nous à tout moment au danger?

Il semble que seule la version Semeur 2000 nous donne un éclairage logique et fondé sur la pensée de l’auteur.

Après une analyse exégétique, Dr J. Kabuya Masanka nous a fait découvrir en classe la pensée de Paul et son questionnement : " À quoi cela servirait-il de m’identifier, en me faisant baptiser, à la foi de ceux qui sont morts pour Christ, s’il n’y a point de résurrection ? Ce serait pure folie !! Qu’en est-il, ou qu’adviendra-t-il de ceux qui ont souffert de grandes et nombreuses blessures, et qui ont même perdu leurs vies pour cette doctrine de la résurrection, si les morts ne ressuscitent absolument pas? ". Le professeur dans son enseignement nous a partagé qu’il est aussi clair pour nous, que le christianisme serait une profession folle, s’il ne nous proposait aucun espoir au-delà de notre vie, surtout dans des temps de péril, comme à ses premiers âges, et souvent depuis.

Bonne étude de la Parole de Dieu, que Dieu vous bénisse.


Philippe Chatre réside à Longueuil, près de Montréal. Il est pasteur stagiaire auprès du département de l’Éducation Chrétienne à l’Église Nouvelle Vie. Il est marié à Sandrine et tous deux sont étudiants à l’Institut Biblique du Québec, en formation pour un baccalauréat en théologie.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com
1 commentaire
  • gabystone Il y a 11 années, 1 mois

    La compréhension exacte de la Parole est nécessaire pour que le peuple de Dieu ne puisse pas balloter à tout vent de doctrine. Merci pour cet éclaircissement.