L’agenda du Saint-Esprit

L’agenda du Saint-Esprit

Les gens se demandent toujours ce que Dieu fait aujourd’hui ? Que fait-Il à vrai dire ? Et bien, à part diriger l’univers et être à l’église le dimanche, Il est toujours très occupé !

Dieu n’est pas assis nonchalamment à une table buvant une tasse de café ; Il est à l’œuvre chaque jour dans notre monde de voitures, de télés, de supermarchés et de restaurants fast-food. Jésus dit : « Mon père agit jusqu’à présent ; moi aussi, j’agis » (Jean 5 : 17). Si les gens ne le remarquent pas, cela montre de quoi ils sont faits mais ne révèle rien de la nature de Dieu. Son œuvre est là, bien visible pour tous. Jésus a guéri un homme qui avait été malade pendant 38 ans mais personne n’a reconnu là l’œuvre de Dieu. Ainsi, pareillement, qu’en est-il de l’univers dans lequel nous vivons et de la complexité de nos propres corps ? Certaines personnes n’y voient pas l’œuvre de Dieu. Peut-être n’y a-t-il rien à faire pour eux.

L’œuvre de Dieu est exécutée par Dieu le Saint-Esprit. Cela n’a jamais été autrement. Dès le commencement des temps, l’Esprit était le Serviteur divin et Celui qui exécute la volonté de la Trinité, chaque personne divine étant prête à servir les autres.

Cette Lettre de l’Evangéliste découle d’une réflexion personnelle que j’ai eue concernant le planning pratique de Dieu. Qu’écrire à ce sujet ? Une pensée m’amena à une autre puis soudain j’ai eu une révélation palpitante qui m’a époustouflé. Le Saint-Esprit nous conduit toujours dans toute la vérité, et Il m’a amené à cette merveilleuse vérité qui aurait besoin d’être analysée en profondeur mais que je vais tenter de résumer en quelques mots.

Le Saint-Esprit a le même agenda que Jésus

N’est-ce pas une vérité merveilleuse et stupéfiante ? Le Saint-Esprit continue de faire ce que Jésus a commencé.

Le Saint-Esprit travailla avec Jésus à chaque instant, et est toujours à l’œuvre. Il est véritablement l’Esprit du Christ, Il s’identifie Lui-même avec Jésus. Lorsque Jésus quitta la terre, l’Esprit ne perdit pas un instant pour continuer Son œuvre là où Il l’avait arrêtée. Il accomplit le rôle du paraklete. Quel était ce rôle ? La Bible ne nous laisse aucun doute à ce sujet. Jésus parla du Saint-Esprit comme “d’un autre paraklete” – ce qui signifie d’une autre personne à côté de Lui (Jean 14 : 16 + 26, 15 : 26 , 16 : 7) Le Saint-Esprit prit le rôle de Jésus après que Jésus eût quitté la terre pour la gloire.

Le Saint-Esprit était dans tout ce que Jésus faisait et disait. L’Esprit ne fut silencieux que pendant trois jours, lorsque Jésus était dans la tombe. Ceci se passa exactement comme le Seigneur avait averti les disciples : « La nuit vient où personne ne peut travailler » (Jean 9 : 4). Mais aujourd’hui, avec Jésus dans la gloire, le Saint-Esprit continue d’agir, aussi actif qu’auparavant.

L’hypothèse semble très répandue qu’aux temps bibliques, les hommes étaient plus proches du ciel, Dieu était plus accessible et des choses extraordinaires arrivaient. Les gens de la Bible étaient davantage sanctifiés et croyants, agissant toujours de manière théâtrale. Nous, les humains, avons tendance à toujours penser que nos ancêtres étaient meilleurs que nous et que tous ces grands hommes et femmes n’existent malheureusement plus.

Pourtant, la Bible n’est pas une hagiographie : elle montre que tous ont leurs bons et leur mauvais cotés. Un vieux chant dit : « Seigneur donne-nous davantage d’Elie pour faire descendre Ta puissance, pour guérir les malades et envoyer la pluie ». Mais en fait, Elie n’a pas guéri les malades. Dans l’histoire d’Israël, après la période de Moïse, peu de faits surnaturels ont été manifestés.

Un fait glorieux est que Dieu est bien plus proche de nous aujourd’hui qu’au temps de ces anciennes scènes bibliques. Dieu montre Sa main aujourd’hui des millions de fois plus qu’autrefois. Jésus transforma radicalement l’économie entière de Dieu. Aujourd’hui sont « les jours » du Saint-Esprit !

Si Elisée a cru, nous avons bien plus de raisons de le faire. Esdras le fit également. Il osa conduire 50 000 personnes chargées de trésors pendant un voyage de 5 mois dans des contrées infestées de brigands cherchant à dévaliser les voyageurs passant par ces territoires déserts et peu habités. Esdras refusa toute escorte de soldats pour la protection de sa précieuse caravane ainsi que de sa personne disant qu’il faisait confiance à Dieu. Il surmonta ces obstacles et pas une vie, pas un gramme d’or ou d’argent ne se perdit. Il n’avait rien pour encourager sa foi. Il n’avait jamais expérimenté le surnaturel – aucune guérison, vision ou manifestation ; il avait seulement le Pentateuque, ou la Loi, les cinq livres de Moïse.

Voilà comment les choses fonctionnaient à cette époque. Puis vint le jour de la Pentecôte. Ce jour ouvrit les écluses de la puissance de Dieu qui depuis n’a plus montré de réticence. Dieu est vivant, nous précède et nous fait signe en lançant avec joie l’appel : Viens !

L’appel de Dieu aujourd’hui est en faveur de la foi, de la foi encore et encore – une foi en action et de l’action par la foi. Même si toute la puissance existante reposait sur nos épaules, sans foi rien ne se passerait. Sans foi, la puissance est « éteinte ». Tant de personnes aspirent aux dons, à la puissance, aux démonstrations de puissance et aux manifestations, inspirées par la seule vision de puissance, le désir d’être remarquées et considérées, et se prennent pour des femmes et des hommes de Dieu. Lorsque certains prient, prient et prient encore, se pourrait-il qu’ils « s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés » (Matthieu 6 : 7) ? (Le Grec est polulogia) Croyons-nous à la puissance de nos propres prières ou à la puissance de Dieu ? La réponse de Dieu est que nous accomplissions par la foi ce qui doit être fait, aussi impossible que cela paraisse ! Seule la foi libère l’omnipotence de Dieu.
Le secret de la puissance est premièrement le baptême du Saint-Esprit puis ensuite d’avancer par la foi ; être un Moïse, un David face à Goliath, défier les habitants de Madian, oser être un Esdras, se joindre aux apôtres qui allumèrent des lampes partout dans ce monde ténébreux.

Les choses n’ont pas changé aujourd’hui. Le Saint-Esprit est venu et est présent ici-bas comme jamais auparavant avant l’ascension de Jésus au ciel. Jésus L’envoya pour demeurer avec nous. Il fait d’aujourd’hui le jour du Salut, le jour de l’Esprit, le jour des grandes choses pour Dieu, le jour des miracles. Aujourd’hui est un jour de nouveaux Davids, Gédéons, Esdras et Elisées, les emmenant au delà d’eux mêmes, eux qui ne connaissaient rien du baptême du Saint-Esprit ou de l’Esprit vivant en nous. Aujourd’hui est le jour de nouveaux et de plus grands exploits de foi.

Si nous prions et demandons à Dieu d’agir, nous sommes en retard sur les temps car Il a déjà agi et Il est encore en action aujourd’hui. Entre-temps, Il attend que nous nous mettions en mouvement. L’agenda de l’Esprit est le même que celui de Jésus. Mais quel est au juste notre agenda ? Est-il lié au Sien ? Jésus nous offre Son agenda : « Celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père » (Jean 14 : 12).

Actes 1 : 1 utilise des termes similaires : « Tout ce que Jésus a commencé de faire ». Ceci est une référence à Son ministère quotidien. L’objectif suprême de Christ était la rédemption, une tâche divine. Les pécheurs n’ont d’autre part que celle d’être sauvés. Par Ses souffrances et Sa résurrection, le Rédempteur a accompli une œuvre que personne d’autre au monde ne pouvait accomplir. « C’est moi, moi qui suis l’Eternel, et à part moi il n’y a point de sauveur » (Esaïe 43 : 11). Il a accompli cet objectif avec triomphe qui a eu des répercutions sur toute l’éternité. Il parla souvent de ces heures effroyables d’arrestation, d’humiliation et d’agonie, les surnommant de « mon heure » jusqu’à ce que dans Jean 17 : 1, Il dise : « Père l’heure est venue ». Puis dans ces moments d’agonie, Il éleva Sa voix dans un dernier cri qui a dû épouvanter Satan et son armée : « Tout est accompli » (Jean 19 : 30). Cette œuvre n’aura jamais besoin d’être renouvelée ou répétée. C’était un acte qui portait la signature de la main de Dieu Lui-même assis sur le trône de l’univers et était comme tissé dans le firmament, un décret divin, le Salut de Dieu.

En établissant le Salut éternel, Dieu nous a fait entrer dans un partenariat avec le même Esprit. L’Eglise devint le nouveau centre d’intérêt de Dieu et Son canal d’action. Jésus dit : « Je bâtirai mon église » (Matthieu 16 :18). Avant le retour de Jésus, les années devaient être remplies d’une activité intense et sans fin. Les objectifs ultimes de Dieu ne pouvaient être accomplis par un miracle unique mais seulement au travers des millions de vies de ceux qu’Il a appelés et choisis. Il planifia de les faire passer par le feu des épreuves pour en retirer de l’or pur, une multitude après l’autre.

Il existe un aspect spécial de l’œuvre de Christ, annoncé par Jean Baptiste, qu’Il n’a pas accompli avant Sa mort et Son départ : « Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu » (Matthieu 3 : 11). Durant le ministère qu’Il avait commencé, Il ne baptisa personne mais Il promit qu’Il continuerait Son œuvre après Sa résurrection. Il se mit à baptiser de l’Esprit dix jours après avoir quitté les disciples qui contemplaient le ciel. De mille manières, Jésus continue d’agir aujourd’hui, sans changer, hier, aujourd’hui et éternellement. Son ministère restera à jamais le même.

Dieu parle. La Bible fait référence au Dieu vivant à 23 reprises – 12 fois dans le Nouveau Testament – et cela implique un Dieu qui parle. Dieu défia les dieux de ce monde qui ne parlent pas et ne sont pas des dieux vivants. Le Psaume 115 : 5 fait cette distinction : « Les idoles ont une bouche et ne parlent point ». Parler est une marque de personnalité et fait la grande différence entre nous humains et les animaux. Dieu nous a créés pour parler. Un jour, Dieu demanda à Moïse de parler à Pharaon et Moïse s’excusa en disant qu’il n’était pas éloquent. Le Seigneur lui demanda alors : « Qui a fait la bouche de l’homme ? » (Exode 4 : 11). Plus de 400 passages similaires font référence à la bouche et à la capacité de parler dans les Ecritures. Un dieu qui ne parle pas ne vaut pas la peine d’être écouté ! Le Dieu de la Pentecôte donna aux disciples la capacité de « s’exprimer ».

L’Esprit créateur, l’Esprit du Christ est manifeste et tangible. Certains quiétistes hautains et retirés ne veulent pas d’un tel dieu, d’un Dieu qui est prêt à l’action et capable de communiquer. Ils prétendent sonder les profondeurs du temps et de l’espace tels des explorateurs spirituels à la recherche d’un Dieu qui se cacherait dans un coin perdu, dans un monde de transcendance. Les mystiques écoutent les vibrations, les rayons cosmiques du ciel, et pensent que Dieu est un mystère et une énigme. Néanmoins, sur l’agenda de l’Esprit, la tâche est de continuer l’œuvre de Celui qui marcha sur la terre, cohérent et identifiable, non l’œuvre d’un nuage indéterminé et ésotérique.

Dieu est un Dieu vivant qui ne laisse aucune place à la spéculation. Dieu vint en chair et en os et fut massacré pour nos péchés sur la croix maudite. Jésus était l’image de Dieu, le portrait même de l’amour d’un Dieu véritable, ici sur cette terre, trop réel et palpable pour les mystiques et les sages car Dieu « a caché ces choses aux sages et aux intelligents, et les a révélées aux enfants » (Luc 10 : 21). Dr Campbell Morgan a dit un jour que les « sages » étaient ceux qui savaient additionner deux plus deux. Pourtant, ces personnes ont souvent développé la capacité de ne pas voir ce qui est évident. Les Evangiles nous disent qu’« une grande foule l’écoutait avec plaisir » (Marc 12 : 37) – et aujourd’hui cela n’a pas changé. Jésus révéla de profondes vérités aux femmes. Il est le Christ des alléluias, de la joie, de la danse, du réveil et d’un Evangile brûlant, le Christ que Jean a décrit comme « ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché » (1 Jean 1 : 1).

Lorsque Moïse parla à Dieu, il employa des termes concrets. Dans une prière des plus surprenantes, Moïse dit : « Ne sera-ce pas quand tu marcheras avec nous, et quand nous serons distingués, moi et ton peuple, de tous les peuples qui sont sur la face de la terre ? » (Exode 33 : 16). Dieu seul rendit Israël digne d’attention. Il s’identifia à eux. Ce Dieu n’est pas une lubie ou une fantaisie. Le monde devra s’aligner avec Dieu, tel qu’Il est, c'est-à-dire un Dieu accessible, que l’on peut connaître, et même un Dieu amical. Il n’y a pas d’autre Dieu. Si quelqu’un cherche Dieu, il remarquera que Lui-même le cherche.

Voilà le Dieu que nous connaissons. Il est constamment à l’action sur terre. Notre Dieu vit et agit. Voilà de quoi il est question dans cette Lettre de l’Evangéliste. Jésus était parmi nous et « allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’empire du diable » (Actes 10 : 38). Ce serait une ressemblance bien vide s’Il ne faisait plus aujourd’hui les choses qu’Il faisait alors.

Jésus nous donna cette grande promesse d’être avec nous jusqu’à la fin des jours. Le Saint-Esprit prendrait la relève. Le Saint Esprit est l’Esprit de Jésus à l’action. Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu l’Esprit et … nous ! Le syndicat du Salut, équipé d’omnipotence.

L’appel de Dieu est en même temps l’invitation que nous lancent Jésus et le Saint-Esprit – une des plus grandes opportunités, un investissement à vie pour des dividendes éternels. Si nous nous alignons entièrement sur les objectifs de l’Esprit de Christ, nous serons épaulés par des moyens infinis. Lions nos objectifs aux Siens en allant de l’avant, et nous vivrons une plénitude de vie indescriptible en étant impliqués dans le plus grand des projets : annoncer l’Evangile à un monde perdu.

Toutes les opérations sans Dieu sont temporaires mais le Saint-Esprit de Jésus et le partenariat avec l’Eglise feront pâlir toute autre entreprise. Ceci a été la prérogative de Dieu depuis la création et le restera toujours – avec ou sans nous. Nous sommes libres d’être des perdants si nous le voulons – ou des héros de la foi.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

4 commentaires
  • Lisiane Randi Il y a 5 années, 9 mois

    Seigneur, merci infiniment pour cet enseignement. Je proclame haut et fort que JE VEUX ETRE UNE HEROINE DE LA FOI! Te connaître est de loin la meilleure chose qui me soit arrivée (Psaumes 16:2), aussi je veux rester à tes côtés et laisser ton Esprit oeuvrer en moi jusqu'à la fin de mes jours sur cette terre. Garde-moi et protège-moi du mal. Merci Père, au nom de Jésus, AMEN!
  • mimi37 Il y a 9 années, 7 mois

    Merci pour votre message sur la personne du Saint-Esprit. Oui Jésus nous a laissé un ami fidèle qui sera avec nous jusqu'à la fin du monde. Pour ma part je demande toujours au Saint-Esprit de m'accopagner partout et de m'aider dans tous les domaines de ma vie. Que Dieu vous bénisse.
  • hnabiabe Il y a 9 années, 10 mois

    merci pere de communiquer avec tous les hommes de la terre par le saint esprit , Alleluia DIEU tout puissant
  • Afficher tous les 4 commentaires