Laisse Dieu redéfinir ton passé

Laisse Dieu redéfinir ton passé

Laisse Dieu redéfinir ton passé :
Transformer en puissance de vie cette blessure qu’on t’a faite
et dont tu souffres encore aujourd’hui. 

Des évènements passés qui nous ont marqués ou nous ont causé de la souffrance, sont capables d’affecter notre quotidien jusqu’à nous empêcher de réaliser pleinement la destinée que Dieu nous a tracée.

Nous faisant ignorer que nous pouvons non seulement résilier ce passé difficile, mais mieux encore, Dieu peut le redéfinir pour en faire une histoire qui nous propulse dans une vie épanouissante, d’une grande richesse pour nous et pour les autres. Ce passé devient alors le départ d’une expérience à l’issue exceptionnelle, au point de pouvoir l’intégrer sans aucune honte dans notre histoire actuelle.

Oui, Dieu est capable de «transformer le mal en bien» à partir de ce que nous avons pu vivre d’injuste et de traumatisant...

Se libérer du retour continuel dans le passé

La Bible rapporte un évènement intéressant qui a eu lieu en Israël du temps de Samuel. La belle-fille du souverain sacrificateur Eli, et l’épouse du sacrificateur Phinées est enceinte et sur le point d’accoucher. En ce temps là, Israël doit souvent en découdre avec son ennemi Philistin. Au cours d’une bataille, l’arche de l’Eternel, objet sacré du culte hébreu, va être confisquée par l’ennemi. Ce qui, en plus de la défaite militaire, constitue un vrai traumatisme psychologique pour Israël.

C’est déjà trop pour une femme de sacrificateur.

Et à ce drame viendront s’en rajouter deux autres. Non seulement elle perd son mari dans la bataille, mais également  son beau-père, le vieil homme qu’il est subira un tel choc au travers de cette défaite qu’il n’y survivra pas.

Sous l’effet de ce triple drame cette femme va accoucher prématurément; le texte de 1 Samuel 4.21 nous dit « Elle appela l’enfant I-Kabod, en disant: la gloire est bannie d’Israël! »

I-Kabod, «I» étant le privatif en hébreu, cela donne « privé de gloire», «dépourvu de gloire» ! C’est le nom que portera cet enfant toute sa vie. Parce qu’il a eu le tort de naître au mauvais moment ; sa naissance correspondait à un mauvais passage de la vie de sa mère.

Combien d’enfants, devenus  adultes aujourd’hui ont été des enfants « I-kabod » ? Peut-être en es-tu un !

L’enfant «I-kabod» n’était pas attendu, il est le résultat d’une imprudence. Pas programmé... pas du sexe attendu... et donc pas accueilli. Ou alors ses parents vivaient un moment difficile d’instabilité, ou encore étaient à un tournant décisif de leurs carrières, et l’arrivée d’un enfant était inopportune et synonyme de complication dans leurs vies. A cause de cela, ces enfants « I-kabod » ont été privés d’affection naturelle, privés d’attention, privés d’amour, privés même de sécurité. Autrement dit, aujourd’hui encore ils se battent contre un profond sentiment de rejet ou d’abandon.

Mais plus largement, une personne «I-Kabod» est quelqu’un qui a été privé d’une vie normale à cause d’un passé lourd dont il est constamment victime.

David a expérimenté lui aussi une situation similaire : Au Psaume 27.10 il dit « Car mon père et ma mère m’abandonne, mais l’Eternel me recueillera » Ici il s’agit de l’abandon. Il est étrange de constater que cet illustre chef des guerres de l’Eternel puisse évoquer un abandon dont il a été l’objet de la part des siens... Nous remarquons au passage que certains traumatismes peuvent avoir une répercussion jusque dans la vie adulte.

Toutefois David ne parle pas de cet évènement qui visiblement l’a marqué, comme d’un handicap dont il souffre encore, ou qui aurait conditionné sa destinée de roi et d’illustre ancêtre de Jésus.  Non, il en parle comme ayant trouvé la résolution à son problème: «L’Eternel me recueillera. »

Cicatriser les souvenirs douloureux

Des années après avoir eu lieu, certains évènements tournent encore en boucle dans ta tête. Ce qui fait que la mémoire est devenue comme un ennemi à combattre. Et c’est là que Dieu désire intervenir, pour que le rappel du passé ne te tourmente plus. Pour que la mémoire ne soit plus une machine infernale.

Joseph, lui, pour régler le problème des souvenirs, a fait exactement le contraire de ce qu’à fait la maman d’I-kabod. En effet il a été maltraité par ses frères, qui au lieu de sécuriser le jeune garçon qu’il était, l’ont vendu : rejet... plus abandon... plus reniement. Une manière de lui dire « tu n’es plus notre frère, on ne veut plus te voir ». Mais Joseph va « résilier» tout ça. Lisons plutôt  « Dieu m’a fait oublier toutes mes peines et toute la maison de mon père... » Genèse 41.51

Notez que Joseph ne dit pas que Dieu lui a fait oublier les faits, les évènements, les actes qui ont été commis à son égard ! Non, il dit « toutes mes peines », autrement dit ce qui est douloureux, ce qui le maintenait dans la souffrance. Les souvenirs sont là, mais ce ne sont plus des plaies ouvertes. La mémoire n’est plus une machine qui ressasse la souffrance. Il a dû également renoncer à toute haine et à un éventuel désir de vengeance à l’égard de ses frères, en disant qu’il a aussi «oublié toute la maison de son père». Il est évident que Joseph n’a pas fait un trait sur sa famille, comme s’il ne voulait plus en entendre parler. La preuve en est qu’il a reconnu tous ses frères et leur a fait du bien, discernant le contrôle divin dans tout ce qui s’est passé. Ce que Dieu de toute évidence lui a fait oublier ce sont les griefs, le ressentiment, la rancoeur...

Dieu veut opérer la même chose à ton égard : revisiter ton passé et lui ôter toute la peine et la souffrance qui y sont attachées, car Dieu désire libérer ton présent. Il a des projets pour toi, il a un avenir passionnant à te dévoiler, comme à Joseph.

D’un passé pesant à un futur utile

Joseph a donné à son second fils un nom dont il faut s’inspirer. L’Egypte était synonyme d’injustice, d’emprisonnement, de souffrance. Il était le résultat du reniement et de la méchanceté de ses frères. Mais Joseph va en faire le lieu de son triomphe. Il va appeler son fils du nom de Ephraïm en disant: « Dieu m’a rendu fécond dans le pays de mon affliction » Genèse 41.52. Fécond, fructueux, productif : Joseph a libéré son potentiel ! Non seulement sa vie est réussie, mais il va sauver de la famine des milliers de gens. Il a transformé ce lieu de souffrance en un extraordinaire moyen de faire du bien, non seulement aux Egyptiens, mais aussi à ses frères; ceux-là mêmes qui l’ont envoyé en Egypte.

Comme avec Joseph, Dieu veut faire de ton passé un tremplin pour ta restauration, et aussi un bénéfice pour d’autres qui ont vécu des choses similaires.

Sur le modèle de Jésus

Pour Jésus également nous observons de la même manière, que son histoire à été redéfinie : Un homme rejeté par les siens, les juifs et les grands prêtres qui, pour d’obscures motivations politiques vont le livrer à l’occupant romain. Trahi par un membre de son équipe ; Judas, renié par un ami parmi les plus fidèles, condamné, bien que reconnu innocent, par une justice corrompue... Sur la croix, même Dieu semble l’avoir abandonné… Un observateur sensé conclurait : « ce Jésus est un pauvre type, malchanceux, et qui pourtant faisait du bien. Mais tout a mal tourné, tout le monde l’a lâché : ceux qu’il avait aidés et secourus, ses plus fidèles amis, et même Dieu qui l’avait envoyé ! Et il a fini misérablement condamné entre deux malfaiteurs... »

Mais, Dieu avait une autre définition de l’histoire de Jésus !

Jamais aucun passé n’a eu autant d’impact sur le présent et le futur des hommes. Ce passé en apparence sans gloire, cette fin qui, de prime abord, est sordide et injuste, a changé la vie de millions d’hommes et de femmes à travers les âges. Parce que Dieu a donné à postériori une autre définition de l’épisode sombre, d’abandon, de rejet, de reniement, de trahison, de la vie Jésus. Sa mort que beaucoup croyait être un échec total, est une victoire triomphale et retentissante qui démarre par sa résurrection.

Sa mort a redonné vie à des millions d’hommes, c’est une extraordinaire puissance de vie!

Dieu a-t-Il redéfinit l’histoire de Jésus? En réalité Dieu projetait dès le départ un triomphe et non un échec!  Et Paul déclare à propos de l’évangile, qui retrace la vie de Jésus « c’est la puissance de Dieu pour sauver tous ceux qui croient » Romains 1.16 (Parole De Vie)

Dieu veut te reconstruire sur le modèle de Jésus. Dieu n’a jamais planifié d’échec pour ta vie. Il n’a prévu qu’une issue positive, source débordante de vie: «Je suis venu afin que mes brebis aient la vie et qu’elles l’aient en abondance» Jean 10.10. Faire de ton passé un chemin vers ta destinée, une destinée bénéfique et palpitante pour toi et pour de nombreux autres autour de toi, c’est le désir parfait de Dieu.

Alors, quel est ce passé dont tu es victime, et qui entrave tant ton présent ? Comment s’appelle-t-il : abandon, rejet, abus, trahison, harcèlement ? Donne-le à Dieu en abandonnant tout grief, amertume, rancœur? Décide de pardonner afin de cicatriser tes plaies, et prépare-toi à une vie débordante. Dieu déclare que la porte est maintenant ouverte pour une nouvelle vie, celle que LUI t’a écrite.

Une démarche :

- Confie ta souffrance à la justice de Jésus !
- Permets-lui, grâce au pardon de guérir tes souvenirs.
- Que ton passé devienne une étape vers une destinée passionnante et source de guérison pour d’autres !

Car ton histoire n’est pas finie, elle ne fait que commencer, dans sa partie la plus belle !

Dieu fait toute chose bonne en son temps ! Ecclésiaste 3.11

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

17 commentaires
  • Héléna Il y a 1 mois, 1 semaine

    Il est écrit ceci dans cette étude: Alors, quel est ce passé dont tu es victime, et qui entrave tant ton présent ? Comment s’appelle-t-il : abandon, rejet, abus, trahison, harcèlement ? Donne-le à Dieu en abandonnant tout grief, amertume, rancœur? Décide de pardonner afin de cicatriser tes plaies, et prépare-toi à une vie débordante. Dieu déclare que la porte est maintenant ouverte pour une nouvelle vie, celle que LUI t’a écrite. --- Je suis un peu triste que la situation soit décrite de cette manière car ici, il est demandé la participation de l'homme. Comme par exemple donner son passé à Dieu ce qui sous entend que nous ne sommes pas encore devenue la nouvelle création que Jésus a promis à tous ceux qui croient en Lui (2 Corinthiens 5 v 17) Ensuite demander à l'homme de pardonner, sans que ce soit le Saint Esprit qui fasse son oeuvre de pardon en nous envers les hommes est tout aussi impossible. C'est ce genre de message qui fait en sorte de tout mettre sur le dos du croyant, qui lui fait croire que c'est de cette manière que se vit la vie chrétienne. Si dans chacune de nos actions, notre Père céleste n'y voit pas son Fils, alors il ne pourra jamais les agréer. 3 Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas la charité, cela ne me sert de rien.(1 Corinthiens 13) Ce ne sont donc pas les actes qui comptent, mais ce qui compte c'est de savoir "Qui" est à l'origine de mes actes. Salutations Héléna edelpomerolo@gmail.com
  • konanyao Il y a 1 mois, 1 semaine

    Merci Père pour ta parole que tu déposes dans mon cœur ! Alors que je suis éprouvépar l'abus, la trahison, l'indifférence,..., accorde-moi la grâce de ne jamais perdre de vue ton plan merveilleux pour moi et de toujours rechercher la communion avec Toi.
  • cyrille judicael yao Il y a 1 mois, 1 semaine

    🙏🏿 merci
  • Afficher tous les 17 commentaires