L’alliance qui mena Dieu à la croix

L’alliance qui mena Dieu à la croix

Comment est-ce possible ?

Tout a commencé environ 18 siècles avant J.-C, soit il y a 3800 ans.  

Abram - de son ancien nom - qui venait de secourir son neveu Lot de la main de petits rois locaux (Genèse 14), entend l’Eternel lui parler dans une vision aux propos surprenants, vu son âge et son parcours d’itinérant. Il lui fait la promesse d’avoir une postérité nombreuse, alors qu’il n’a pas d’héritier et celle de lui donner le pays dans lequel il se trouve alors qu’il n’a pas de patrie.

Le texte de Genèse 15.6-8 précise qu’il eut confiance en l’Eternel qui le crédita comme juste.

C’est beaucoup de promesses pour une seule vision ! Il demande alors une preuve.

« L’Eternel lui répond : prends une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois ans, une tourterelle et une jeune colombe » (v.9).

La suite laisse supposer qu’Abram était réveillé.

Abram prit ces animaux et les partagea en deux en mettant chaque morceau en vis à vis de l’autre, sauf les oiseaux qui étaient trop petits. (v 10)

C’est ce qu’il fit, sans poser d’autres questions. Pourquoi ?

A cette époque, dans ces contrées, lors de la conclusion d’une alliance entre deux personnes, on coupait des animaux en deux, puis les deux partenaires passaient entre les deux moitiés des animaux sacrifiés avec une torche allumée, appelant sur eux, le sort que ces bêtes avaient subies s’ils venaient à rompre les promesses qu’ils venaient de faire. C’était une affaire sérieuse et solennelle qui mettait la vie des contractants en jeu s’ils venaient à faillir.

Abram connaissait donc ce rite du serment, mais il ignorait qui serait le premier à prononcer l’imprécation contre lui-même…

Un peu après, au coucher du soleil, une profonde torpeur tomba sur lui, et voici, une frayeur et une grande obscurité l’assaillirent (v 12), alors que Dieu lui met en perspective l’histoire de sa descendance pour les 400 prochaines années (v 13).

Et voici qu’au milieu d’une obscurité profonde, un tourbillon de fumée et une torche de feu passèrent entre les morceaux partagés (v. 17). La fumée et le feu sont des signes de la présence de Dieu, tels le buisson qui ne se consumait pas (Exode 3.2), la colonne de feu qui dirigeait le peuple d’Israël dans le désert (Exode 14.24), et l’apparition de Dieu au Sinaï (Exode 19.18). Dieu s’engage par cette manière toute humaine, à respecter son alliance (Genèse 15.18), et à accomplir sa promesse faite à Abram. Dieu se place Lui-même sous la sentence s’Il venait à violer l’alliance. Il le fait sans demander la contrepartie.

Dieu savait que l’homme ne pourrait pas respecter une alliance quelle qu’elle soit. Abram ne passera pas entre les animaux sacrifiés, mais lui est passé !

Pourquoi donc ? L’histoire continue…

Près de 2 millénaires plus tard, à Jérusalem, une certaine veille de sabbat, alors que les ténèbres étaient tombées sur la terre en plein midi (Luc 23.44), celui qui s’était engagé à être écartelé s’il venait à rompre l’alliance, a subi de son plein gré et par amour, le sort du parjure, alors qu’il n’avait failli en rien. Monté en croix, les bras écartés, agonisant de douleur, Jésus-Christ a payé le prix ultime à notre place, à ma place, à ta place, afin que celles et ceux qui le reconnaissent comme leur substitut ne soient plus dans les ténèbres, mais dans Sa LUMIÈRE, avec une vie nouvelle, véritable, profonde, en communion vivante avec le Christ jusque dans les éternités des éternités.

Le crois-tu ?

Un gardien de prison demanda à l’apôtre Paul ce qu’il fallait faire pour être sauvé :

« Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé. »
Actes 16.31

Veux-tu être sauvé ? Il y aura des changements dans ta vie, comme la Bible le promet !

« Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature; les choses anciennes sont passées, voici toutes choses sont devenues nouvelles » (2 Corinthiens 5.17).

Toute la Bible converge vers le Christ crucifié et le Christ ressuscité, c’est la véritable Bonne Nouvelle de Pâques et elle est pour toi, si tu crois de tout ton coeur et que tu confesses que Jésus-Christ est ton Sauveur.

Accepteras-tu son offre ?

C’est ma prière pour toi.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire