L’Ancien Testament : une nécessité encore aujourd'hui ?

L’Ancien Testament : une nécessité encore aujourd'hui ?

« Quant à toi, tiens ferme dans ce que tu as appris et reconnu comme certain, sachant de qui tu l'as appris. Depuis ton enfance, tu connais les Saintes Écritures qui peuvent te rendre sage en vue du Salut par la foi en Jésus-Christ. Toute l’Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l'homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre. »
2 Timothée 3.14-17

Rencontrer Jésus, et après ?

Rencontrer Jésus est LA première chose essentielle pour chaque habitant de cette terre, homme, femme et enfant :

  1. a le droit de rencontrer son Créateur
  2. a le droit de savoir d'où il vient, son origine - Genèse 1.27
  3. a le droit de savoir qui il est (image de Dieu portant son péché mais racheté par grâce par le sacrifice de Jésus-Christ) - Romains 5.8-15
  4. a le droit de savoir où il va avec Jésus (un nouveau monde où Jésus régnera une fois pour toutes. Ce qui indique un monde juste et paisible, où le mal aura définitivement achevé son œuvre destructrice et dévastatrice au milieu des hommes) - Ésaïe 11.1-9

Mais une fois la rencontre faite, la connexion établie et la réconciliation instaurée... est-ce fini ? Est-ce l'ULTIME choix à faire pour être sauvé et vivre dans l'espoir d'un avenir meilleur ?

Oui : croire que le sacrifice de Jésus offre totalement et sans équivoque le pardon et la réconciliation entre Dieu et l’Homme puis assure en ce sens sa place dans le royaume extraordinaire de Dieu par cette foi : « Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. »
Jean 3.16

Cependant, ce choix amène de facto une implication naturelle pour celui et celle qui s'engage dans ce chemin...

En effet, croire que Jésus-Christ, en donnant sa vie, a été capable d'effacer les péchés et les transgressions aux yeux de Dieu c’est croire que Jésus-Christ est reconnu comme le Fils de Dieu qui a habité le corps d'une de ses créatures dans le but d'y accomplir la justice et le pardon en vue de sauver toute l'humanité. Et seul Dieu au sens premier où nous pourrions l'entendre – c'est-à-dire une entité ou un être supérieur à qui l'on voue une vénération – est, de fait et par définition, un être à qui l'on octroie toute légitimité, autorité et puissance d'action sur la terre et parmi les Hommes.

Ce qui amène à la conclusion suivante :

Croire en la légitimité et en l'autorité de Jésus nous sauve mais implique forcément de le connaître davantage par la même légitimité et autorité que nous lui conférons dès lors ! Car croire Dieu, c'est croire ce qu'Il dit et ce qu'Il fait. Mais, pour cela, il faut pouvoir le connaître intimement et apprendre toujours davantage sur sa nature et sa personne !

Le Nouveau Testament, n'est-ce pas suffisant ?

C'est sur ce terrain, de cause à effet, que Timothée est exhorté par Paul à mettre en pratique l'enseignement qu'il a reçu et reconnu comme certain. Et, soyons clairs : ici, la référence aux « Saintes Écritures » ne concerne uniquement que l'Ancien Testament (la Bible telle que nous la connaissons aujourd'hui n'existait pas encore) !

De plus, enseigner « les voies de Dieu » à ses enfants fait référence à une règle divine qui date de plus de mille ans auparavant (Deutéronome 4.9 ; 6.6-7) !  

Nous avons donc bien ici un Timothée enseigné selon les prescriptions de Dieu écrites par Moïse bien des siècles en arrière et un Paul qui, sans nul doute, fait référence à cette même source de règles, d'enseignements et de récits pour encourager ce jeune homme à développer son ministère.

L'Ancien Testament, à quoi ça sert aujourd'hui ?

L'Ancien Testament a exactement la même utilité qu'auparavant.

Dans ce passage Paul est clair sur ce que l'Ancien Testament va apporter à Timothée dans son ministère :

  • À puiser directement à la source, au créateur divin :  

« Toute l’Écriture est inspirée de Dieu ». Si « l’Écriture » mentionnée ici fait bien référence à l'Ancien Testament (comme nous l'avons démontré plus haut) et puisque TOUTE cette Écriture est l’œuvre du Dieu souverain, tout-puissant, qui peut exercer sa volonté à travers l'ensemble de sa création (Colossiens 1.16), alors elle devient par conséquent une ressource provenant directement du cœur de Dieu et doit être utilisée dans cette même intention. Ce qui lui confère aussi une autorité légitime de par sa propre source.  

  • Un ensemble de savoirs riche, utile mais aussi puissant :

L'Ancien Testament révèle une éthique particulièrement juste et bienveillante comme nulle part ailleurs. En effet, même si les lois et les règles divines transmises par Moïse ont eu une forte résonance et avaient de fortes similitudes avec tout le Proche-Orient de l'époque, elles n'avaient pas leur pareil sur des points essentiels comme, par exemple, la protection de la propriété (Deutéronome 15.1-15) ou encore celle de la vie humaine (Deutéronome 15.12-15).

L'Ancien Testament est un véritable trésor annonçant la venue de Jésus. C'est ce que Philippe fit découvrir au ministre Éthiopien ; ce dernier demandera aussitôt à se faire baptiser (Actes 8.26-38). Jésus lui-même a dû expliquer à ses disciples comment l'Ancien Testament parlait de lui (Luc 24.13-27).

Pour finir, le fruit de l'Esprit (Galates 5.22) n'est pas apparu subitement, mais il a été introduit par des écrits qui couvrent plus d'un millénaire d'histoire où nous pouvons d'ores et déjà rencontrer un Dieu souverain, créateur de l'univers, appelant sa créature à prendre soin de la Création. Cette créature, c’est nous : il nous bénit, nous pardonne, nous enseigne à pratiquer la justice et la bienveillance envers notre prochain et nous apprend à nous en réjouir ; mais aussi à exercer la miséricorde et l'hospitalité. Un Dieu fidèle qui finira par descendre au milieu de l'humanité imprégnée du péché, qui a écrit et continue d’écrire l’Histoire dont nous sommes acteurs nous-mêmes aujourd’hui non sans violences, souffrances et autres injustices, pour apporter la réconciliation et la paix à celui et celle qui placera sa confiance en lui et ce, quel que soit l'endroit où cela se fera sur Terre.

Considérer la Bible uniquement au travers du Nouveau Testament n’est, hélas, pas suffisant. Cela revient à entrouvrir un cadeau et à passer immédiatement à autre chose sans mesurer l’ampleur du sacrifice qui a été réalisé ainsi que la portée de l’amour qui veut y être communiqué.  

Alors que nous avons rencontré Dieu et d’ores et déjà expérimenté son amour, sa miséricorde et sa grâce, allons plus loin, marchons dans ses voies et devenons son ami.

« Je ne vous appelle plus serviteurs parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son seigneur, mais je vous ai appelés amis parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père. »
Jean 15.15



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire