Saint-Valentin, amour pour qui ?

Saint-Valentin, amour pour qui ?

Un peu d'histoire

Tout commence dans l'Antiquité avec, autour du 14 février, la célébration de la fécondité, les lupercales, accompagnées de toutes les sortes de débordements que vous pouvez imaginer. 

A cette époque, sous l'Empire romain, trois chrétiens du nom de Valentin furent exécutés. L'un d'eux, Valentin de Terni, était accusé d'arranger le mariage de chrétiens, les empêchant de devenir légionnaires. Plus tard, les lupercales furent remplacées par une fête plus présentable : la célébration de l'amour et du martyre de Valentin.

Au XIVe siècle, Othon III de Grandson, capitaine et poète à la cour d'Angleterre, popularisa les billets d'amour de la Saint-Valentin du 14 février. Cette coutume se répandit sur le continent si bien qu'aujourd'hui, sous diverses formes, cette fête est devenue mondiale. Ce qui réjouit aussi les restaurateurs, les fleuristes, les chocolatiers et les parfumeurs. 

Notons en passant que Saint Valentin ne figure plus au calendrier liturgique catholique, son existence réelle ayant soulevé bien des interrogations. Vous le trouverez néanmoins sans peine dans les calendriers commerciaux... pour les raisons que vous comprendrez.

Amour, mais lequel ?

A longueur de journée, nous pouvons entendre des chansons parlant d'amour. Souvent, il ne s'agit que d'un sentiment passager, d'un besoin à assouvir, d'un amour opportuniste. Parfois c'est la souffrance, l'amour impossible façon Roméo et Juliette. Mais y a-t-il autre chose ?

Amour et Bible

Le texte qui relate la rencontre de Jésus avec les disciples après sa résurrection est instructif :

Après le repas, Jésus dit à Simon-Pierre : "Simon, fils de Jean, m'aimes-tu (agapao) plus que ceux-ci ?" Il répondit : "Oui, Seigneur, tu sais que je t'aime (phileo)", et Jésus lui dit alors : "Pais mes agneaux. " Une seconde fois, Jésus lui dit : "Simon, fils de Jean, m'aimes-tu (agapao) ?" Il répondit : "Oui, Seigneur, tu sais que je t'aime (phileo)." Jésus dit : "Sois le berger de mes brebis." Une troisième fois, il dit : "Simon, fils de Jean, m'aimes-tu (phileo) ?" Pierre fut attristé de ce que Jésus lui avait dit une troisième fois : "M'aimes-tu (phileo) ?" et il reprit : "Seigneur, toi qui connais toutes choses, tu sais bien que je t'aime (phileo)." Et Jésus lui dit : "Pais mes brebis."

Lors des deux premières questions, Jésus emploie un verbe qui se trouve 142 fois dans la Bible : "ἀγαπάω", " agapao" qui signifie "aimer totalement, inconditionnellement, comme Dieu le fait". Il est dérivé de "ἀγάπη", "agapè", "amour total", parfois traduit par "charité", et qu'on retrouve 116 fois.

Pierre répond avec "φιλέω", "phileo" qui signifie "aimer fraternellement, apprécier", cité 25 fois. Cette racine se retrouve par exemple dans "philatélie, philosophie, cinéphile".

Notons aussi, hors Bible, "Eρως", "éros", du Dieu grec Eros, le Dieu de l’amour et du désir. Ce qui représente l’amour physique... qu'on voit dans "érotisme".

La source

Mes bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, car l'amour vient de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et parvient à la connaissance de Dieu. Qui n'aime pas n'a pas découvert Dieu, puisque Dieu est amour (...) Voici ce qu'est l'amour : ce n'est pas nous qui avons aimé Dieu, c'est lui qui nous a aimés et qui a envoyé son Fils en victime d'expiation pour nos péchés (...) Nous, nous aimons, parce que lui, le premier, nous a aimés (...) L’amour vient de Dieu. (1 Jean 4.7-19)

Concrètement

Jésus dit : "Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous (agapeo) les uns les autres. Oui, comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres. A ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : à l'amour que vous aurez les uns pour les autres." (Jean 13.34-35)

Nous ne sommes pas appelés à la guerre sainte ou à avoir toujours raison. Aimer (agapao) nous rendra crédibles. Un amour vrai sera une marque de maturité spirituelle que le diable ne pourra contrefaire.

Un fruit

Mais voici le fruit de l'Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur, maîtrise de soi (...) Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi par l’Esprit. (Galates 5.22 et 25)

Aimer n'a rien d'abstrait. Nous en avons ici quelques aspects. Le fruit ne pousse que s'il est relié à la plante qui le nourrit et le protège. Jésus lui-même nous dit qu'il est le cep et que sans Lui nous ne pouvons rien faire (Jean 15.5).

Il n'y a donc pas de truc magique ou de raccourci. Ce ne sera que dans l'intimité avec Dieu, dans des moments privilégiés, que son amour pourra se développer en nous. Il pourra nous encourager, nous corriger et nous fortifier... si nous lui laissons le temps de nous rejoindre. S'instruire et relationner seront alors profitables dans la mesure où le Saint-Esprit pourra faire monter sa sève d'amour dans notre être.

Courage

Le chemin est long, le diable cherchera à nous décourager. Ne faisons pas de grandes promesses irréalistes qui multiplieront les déceptions. Mettons-nous plutôt en route, pas à pas, cherchant la présence de Dieu dans la vie de tous les jours. Fêtons les petits succès. Et si des échecs se pointent rappelons-nous l'importance de la grâce et de l'amour du Père : "Oui, j'en ai l'absolue certitude (...), rien ne pourra nous arracher à l'amour que Dieu nous a témoigné en Jésus-Christ notre Seigneur." (Romains 8.39)

Alors, offrir des cadeaux lors de la Saint-Valentin le 14 février, pourquoi pas. Mais le plus important est l'appel et l'encouragement de Dieu à vivre et à grandir chaque jour de l'année dans son amour agapè, et à le transmettre autour de nous.


Maintenant donc ces trois-là demeurent, la foi, l'espérance et l'amour, mais l'amour est le plus grand.
1 Corinthiens 13.13

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com
1 commentaire
  • rozange Il y a 1 semaine, 1 jour

    A cette époque, sous l'Empire romain, trois chrétiens du nom de Valentin furent exécutés. L'un d'eux, Valentin de Terni, était accusé d'arranger le mariage de chrétiens, les empêchant de devenir légionnaires. Plus tard, les lupercales furent remplacées par une fête plus présentable : la célébration de l'amour et du martyre de Valentin. A longueur de journée, nous pouvons entendre des chansons parlant d'amour. Souvent, il ne s'agit que d'un sentiment passager, d'un besoin à assouvir, d'un amour opportuniste. Parfois c'est la souffrance, l'amour impossible façon Roméo et Juliette. Mais y a-t-il autre chose ? Mes bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, car l'amour vient de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et parvient à la connaissance de Dieu. Qui n'aime pas n'a pas découvert Dieu, puisque Dieu est amour (...) Voici ce qu'est l'amour : ce n'est pas nous qui avons aimé Dieu, c'est lui qui nous a aimés et qui a envoyé son Fils en victime d'expiation pour nos péchés (...) Nous, nous aimons, parce que lui, le premier, nous a aimés (...) L’amour vient de Dieu. Le chemin est long, le diable cherchera à nous décourager. Ne faisons pas de grandes promesses irréalistes qui multiplieront les déceptions. Mettons-nous plutôt en route, pas à pas, cherchant la présence de Dieu dans la vie de tous les jours. Fêtons les petits succès. Et si des échecs se pointent rappelons-nous l'importance de la grâce et de l'amour du Père : "Oui, j'en ai l'absolue certitude (...), rien ne pourra nous arracher à l'amour que Dieu nous a témoigné en Jésus-Christ notre Seigneur." Alors, offrir des cadeaux lors de la Saint-Valentin le 14 février, pourquoi pas. Mais le plus important est l'appel et l'encouragement de Dieu à vivre et à grandir chaque jour de l'année dans son amour agapè, et à le transmettre autour de nous. Amen!!!!!!!!!!!!!!