Le Christ est mort… pour tous !

Le Christ est mort… pour tous !

La vie de Jésus-Christ, ainsi que sa mort sur la croix du calvaire à Jérusalem, sont des vérités historiques que plus aucune personne sérieuse n’ose remettre en doute aujourd’hui. Quant aux causes même de sa mort, les pistes politiques et religieuses sont le plus souvent privilégiées par tous ceux qui se contentent d’examiner les textes du Nouveau Testament et ceux d’origine romaine ou grecque, sans considérer l’aspect spirituel de ces événements qui ont, n’en déplaise à certains, changé le cours de l’humanité. Pour eux, le Nazaréen était, soit un fou provocateur, soit un psychologue particulièrement intelligent et manipulateur. Cette dernière hypothèse permettant de comprendre comment il a pu annoncer, par anticipation, sa mort à ses disciples.

Les questions posées par cette approche sont cependant plus nombreuses qu’il n’y paraît. Les récits des événements, qui se sont produits dans les années qui ont suivi sa mort, nous interpellent. Nous voyons, en effet, plusieurs de ses disciples de la première heure, obtenir, par leur attitude et par leurs paroles, des résultats comparables à ce que les évangiles racontent au sujet de Jésus : des foules bouleversées, des malades guéris, des possédés libérés… Un simple homme du peuple, sans éducation, harangue la foule avec une telle conviction que plusieurs milliers de personnes oublient tout ce que leur culture religieuse leur avait inculqué dès leur jeunesse et demandent, effrayés : « Hommes frères, que ferons-nous ? » (Actes 2.37). Puis, après avoir accepté le baptême au nom de Jésus, « Ils s’attachaient à écouter assidûment l’enseignement des apôtres, à vivre en communion les uns avec les autres, à rompre le pain et à prier ensemble. » (Actes 2.42). Luc précise immédiatement comment leur état émotionnel a été bouleversé : « Tout le monde était très impressionné, car les apôtres accomplissaient beaucoup de prodiges et de signes miraculeux. » (Actes 2.43).

Visiblement, Jésus, le Christ, celui qui est mort, continue à agir, à bouleverser des vies, à guérir des malades, à libérer des opprimés. Partout où passent les messagers de Christ, des vies sont transformées, des églises naissent et se réjouissent de leur nouvelle relation avec le Messie. Saul de Tarse, persécuteur des chrétiens, va aussi rencontrer le Christ vivant et voir sa vie transformée du tout au tout (Cf. « Du meurtre au Christ »). Il s’écriera : « L’amour du Christ nous étreint » (2 Corinthiens 5.14). Bien que Paul ait été confronté de façon assez brutale (Actes 9.1-18) avec Jésus qu’il persécutait, ce qu’il ressent dans sa relation avec Lui est un sentiment d’amour, un amour qui l’étreint. Il livre d’ailleurs aux Corinthiens le motif de ce qu’il ressent. En parlant du Christ, il dit : « Un seul homme est mort pour tous » (2 Corinthiens 5.14). Paul ajoute donc une information capitale à celle de la mort de Jésus-Christ : il est mort pour tous.

La Bible nous apprend en effet que Christ a donné volontairement sa vie en sacrifice pour effacer notre péché à tous (Éphésiens 5.2). Elle nous révèle ainsi toute la force de l’Évangile, cette « puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit » (Romains 1.16). La mort de Jésus à la croix du calvaire n’est pas seulement un admirable sacrifice destiné à calmer la colère du Père. Elle est bien plus que cela. Elle contient en elle une puissance de salut pour tout croyant. En effet, Paul affirme aux Corinthiens que « tous sont morts en Lui » (2 Corinthiens 5.14). Le péché n’a donc plus aucun pouvoir sur le croyant puisque sa vieille nature, héritée d’Adam, « a été clouée à la croix avec le Christ » (Romains 6.6). Quelle nouvelle extraordinaire porte le véritable Évangile ! Non seulement tous mes péchés sont pardonnés, mais ce qui au plus profond de moi me poussait irrésistiblement à pécher, a été détruit. Je suis devenu réellement libre par la foi en la force du sacrifice de la croix. Cette liberté est à la portée de tout croyant, car Christ a fait le nécessaire, il y a 2000 ans, « une fois pour toutes » (Romains 6.10).

Il reste maintenant une autre question : puisque nous sommes morts avec Christ, comment allons-nous revivre ? Paul l’explique aux Colossiens, et donc à nous aussi : « Vous avez été ensevelis avec Christ par le baptême, et c’est aussi dans l’union avec lui que vous êtes ressuscités avec lui. » (Colossiens 2.12). Par la foi, nous voici donc vivants de nouveau. Cette nouvelle vie fait de nous « de nouvelles créatures » (2 Corinthiens 5.17). Notre nature charnelle a été remplacée par la nature de Christ qui nous a donné sa vie pour que nous soyons « des disciples accomplis » (Luc 6.40) à son service. C’est la nouvelle naissance qui seule pourra nous permettre de connaître le royaume de Dieu (Jean 3.3). On pourra maintenant nous appeler « enfants de Dieu » (1 Jean 3.1), car sa vie, sa nature sont en nous.

Maintenant que nous sommes nés de nouveau, nous pouvons résister au péché par la foi en cette nouvelle nature qui nous rend libres de vivre une vie semblable à celle du Christ. Comme de bons disciples, nous pouvons imiter notre Maître, et « partager ses sentiments » (Philippiens 2.5). Ces dispositions de cœur nous conduiront à pratiquer également « les mêmes œuvres que Jésus » (Jean 14.12). L’apôtre Paul, touché par l’amour du Christ, nous invite à « ne plus vivre pour nous-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour nous » (2 Corinthiens 5.15). C’est d’ailleurs ce que signifie le mot chrétien, « petit Christ ».

Malgré les échecs, les ratés, les défaillances, vous êtes enfant de Dieu. Seule la foi en son sacrifice peut vous permettre de vous relever et de reprendre la route, pour glorifier le Fils et le Père. La Parole de Dieu dit la vérité. Même si les faits semblent la contredire, croyez que vous avez été transformé, que vous êtes né de nouveau, que vous êtes un enfant de Dieu.

PS : Si toutefois vous n’aviez pas renoncé à votre vie de péché, ni confessé vos erreurs et reçu le pardon de Dieu, il est temps, aujourd’hui, de fermer les yeux et d’accepter d’être lavé par le sang versé par Christ à la croix du Calvaire il y a 2000 ans. Il est temps de recevoir cette nouvelle nature et de la proclamer publiquement en passant par le baptême par immersion, conformément aux ordres des apôtres (Actes 2.38).

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

👓  En cette période de crise : Change ton regard ! Regarde cette vidéo puis partage-la largement autour de toi ! #Changetonregard ❤️

3 commentaires
  • rozange Il y a 3 mois, 3 semaines

    Amen
  • Tatiana Il y a 3 mois, 3 semaines

    J'aimerais être baptiser au Nom de Jesus mais je ne sais pas comment faire .. Je ne sais pas comment cela doit se passer .. il faut de l'eau. Ou et comment le faire ? Des questions humaines bien sur .. que l'esprit saint puisse me guider vers ce jours que j'attends depuis longtemps. Au Nom du Christ .. Pouriez vous me conseiller svp
    • Jean-michel Roger Bénévole du Top Il y a 3 mois, 2 semaines

      Bonjour, se faire baptiser par immersion est un ordre de Jésus. Trouvez une église évangélique autour de chez vous et vous serez guidée. Le Seigneur vous bénisse et vous garde.