Le missionnaire de chaque jour : Le plan de Dieu pour l’évangélisation

Le missionnaire de chaque jour  : Le plan de Dieu pour l’évangélisation

En observant les gens, aller directement vers les parkings, les dimanches soirs est devenu, bizarrement, pour moi, une activité contemplative. Je regarde en me demandant si ces hommes et ces femmes voient tout lien entre le culte qu’ils viennent de faire et les 98% restants de leur temps d’éveil.

Ont-ils mentalement écarté Dieu de leur liste des choses à faire cette semaine ou ont-ils anticipé une semaine d’opportunités exaltantes en tant que Son ambassadeur, sur leur lieu de travail ?

A moins que nos congrégations ne comprennent la nature de la stratégie du lieu de travail dans le plan du royaume de Dieu, il est plus sûr qu’ils se voient comme rien de plus que des porteurs d’eau , au lieu de se considérer comme les meilleurs joueurs.

Contrairement à la conception générale, les chrétiens des Etats Unis n’ont pas besoin de se tourner vers le tiers monde pour apporter une contribution significative au royaume de Dieu et aider pleinement à l’accomplissement de la Grande Commission. Peut être même que le plus important champ de mission du monde est juste sous notre nez.

Il y a 235 millions de non chrétiens en Amérique. La 4ème plus grande nation non chrétienne dans le monde. Et si nous atteignons ces individus par l’amour de Jésus , nous aurons mis notre foi en œuvre.

La nature de la stratégie sur le lieu de travail dans le plan de Dieu pour atteindre l’homme n’est pas une chose nouvelle. La majorité des évangélistes de l’église primitive n’étaient ni prédicateurs ni enseignants, encore moins des orateurs doués. Ils étaient des milliers d’anonymes qui parlaient de Jésus sur leur lieu de travail.

Parce que des hommes et des femmes ordinaires ont partagé l’évangile avec leur collègues, leurs clients, l’église primitive a grandi de quelques centaines pour atteindre plus d’un demi million en moins de sept décennies. Un taux de croissance de 1000% !

Maintenant, revenons à notre actualité et imaginons ce qui arriverait si les personnes qui réchauffent nos bancs d’église agissaient de même ? Nos églises pourraient-elles grandir de la même façon ?

Absolument ! Qui peut savoir quelles choses extraordinaires Dieu ferait si les hommes et les femmes de nos congrégations prenaient au sérieux leur appel spirituel et leur champ de mission personnel du lundi au vendredi ?

Comment nos différentes églises équipent-elles les gens afin de les amener à mettre leur foi à l’œuvre ? Voici trois façons d’inciter nos troupeaux à un ministère à plein temps comme ambassadeur de Dieu sur leur lieu de travail.

Premièrement

Les aider à comprendre que l’évangélisation n’est pas un événement mais un processus.

Le voyage de la foi se déroule exactement comme celui où quelqu’un prend plusieurs petites décisions qui le conduisent à en prendre une plus grande, celle de croire en Jésus. Plus les gens vivent longtemps, plus les barrières émotionnelles, intellectuelles, les barrières relatives à leur volonté se construisent pour endurcir leur cœur.

L’intention de Dieu, c’est d’utiliser des disciples ordinaires de Jésus pour éroder lentement les barrières dans les cœurs des hommes et des femmes avec lesquels ils travaillent

Pour les chrétiens qui aiment aller droit au but, ces préliminaires semblent être une grande perte de temps. Cela n’est simplement pas ainsi. Cela n’est pas une coïncidence si la Bible utilise des métaphores agraires pour l’évangélisation. Comme tout bon fermier le sait, récolter des fruits verts gâte la récolte. Travailler durement- nettoyer le sol, le cultiver, semer, arroser et mettre de l’engrais- précède toujours la joie de la récolte.

De la même manière, les barrières significatives du cœur doivent être identifiées et vaincues afin que la personne vienne à la foi, et très souvent cela prend du temps.


Deuxièmement

L’évangélisation est-elle l’art de la conversation spirituelle insistante contre un étranger résistant ? Si c’est ce à quoi ressemble : « allez faites de toutes les nations des disciples » alors nous ne devrions pas être surpris que les classes d’évangélisation ne soient que « des salles d’attente. »

Très peu de chrétiens aspirent à être télé-démarcheurs et représentants sous pression pour le royaume de Dieu. Pierre nous rappelle qu’il est de notre devoir de répondre aux questions, non de les forcer. «  Soyez toujours prêts à vous défendre avec respect et douceur à quiconque demande raison de l’espérance qui est en vous. » 1Pi3 :15

C’est incroyablement libérateur de voir que Dieu ne nous demande pas de « les acculer » afin de « les convertir ». Il veut que nous soyons vigilants sur la manière dont Il a déjà commencé à travailler le cœur d’une personne et être prêt à Le rejoindre à ce point-là.

L’indication la plus évidente montrant que Dieu est à l’œuvre s’identifie dans une question individuelle ou l’expression de l’intérêt manifesté à propos d’une finalité spirituelle. Les commentaires à propos de l’arrière plan, des besoins actuels et des expériences religieuses antérieures peuvent aussi indiquer une ouverture spirituelle.


Troisièmement

Bien que nous devrions tous être capables de communiquer le message de l ‘évangile, nous avons une méthode d’évangélisation bien trop compliquée.

Devenir un ouvrier actif dans le dispositif de Dieu visant à gagner des âmes à lui peut commencer tout simplement en invitant un collègue à prendre un café, en écoutant attentivement une cliente vous partager ses ennuis de la semaine, ou en faisant quelque chose au profit de votre patron ou de vos inférieurs hiérarchiques, allant au delà du devoir.

Le simple fait de servir les autres dans la vie de tous les jours peut avoir un plus profond impact que le verbiage.

Marquer la vie de quelqu’un positivement a bien plus à voir avec le fait d’être une personne prévenante que le fait d’annoncer des paroles théologiques ou d’employer des stratégies mémorisées. Les actes anodins de gentillesse sont une méthode que peut utiliser même le témoin le plus réticent afin de cultiver le sol, et de rejoindre Dieu dans le processus d’évangélisation.

Etre une personne spirituellement influente est l’appel de tout chrétien. Si nous prenons ce travail au sérieux et agissons avec courage, qui sait quels fruits notre troupeau pourra porter dans son champ de mission durant la semaine ? D’innombrables personnes venant à Christ ? Le taux de croissance de 1000% dans nos églises ?

Des bancs débordants sont notre nouveau challenge, si notre foi va au travail !

Aider votre troupeau à voir qu’être un véritable témoin a beaucoup plus à voir avec ce qu’on fait que ce qu’on dit. Il y a beaucoup de chrétiens sincères et engagés qui croient que devenir une personne spirituellement influente sur leur lieu de travail est au delà de leur portée. Ils ont adopté des théories erronées disant que partager l’évangile nécessite une personnalité magnétique, des réponses profondes aux vastes questions théologiques, et une grande habilité de persuasion dérivant de la dernière apologétique. Ceci est simplement loin de la vérité., enseigner aux gens de rechercher comment Dieu est déjà au travail afin de l’y rejoindre ., les préparant à accepter le don du salut.

Le processus d’érosion se réalise à travers le temps par le moyen des rapports humains, des conversations intelligentes et des déclarations engendrant la présentation de la vérité.


Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire
  • FB.alain.dumont Il y a 7 années, 3 mois

    On parle beaucoup d'évangélisation mais je penses qu'il serait bon de se reporter à la Bible et au temps où les textes ont été écrits. Pour être disciple du Seigneur, il était nécessaire de se repentir pour commencer. Par la suite, les disciples, s'ils étaient israélites ou prosélytes ou craignant Dieu n'avaient pas besoin de beaucoup d'enseignements. Dans les périodes suivantes, la repentance était toujours de mise. mais il fallait deux ans d'enseignements avec preuves de changements de vie pour qu'un néophyte soit baptisé. Maintenant, la repentance était prtiquée fréquemment. En effet, il suffit de lire Jacques ch.5v.16 et 1 Jean ch.1. La discipline dans l'Eglise était assez forte et les anciens devaient être capable de réfuter les fausses doctrines. Maintenant, on n’entend presque plus parler de repentance. on ne parle que très rarement des péchés d'occultisme. Les néophytes ne sont aps instruits sur la repentance des péchés quelqu'il soient suaf d'une manière globale lorsque cela à lieu. Si vous voulez évangéliser et donc proclamer la bonne nouvelle, commencez donc par vous repentir sur chacun de vos péchés avec, de préférence une personne (homme ou femme) qui a reçu le ministère de pasteur de la part du Seigneur et qui est capable de chasser les démons. Après cela instruisez vous sérieusement dans l'Ecriture et sur les lois de Dieu qui ne sont et ne seront jamais abolies. Demandez donc au Seigneur de vous donner le ministère d'évangéliste et là, si Dieu le veut, vous réaliserez des prodiges semblables à ceux de Philippe dans le livre des actes de apôtres. Pour moi, vous me direz? Eh bien, je sais que je n'ai pas reçu encore le service que Dieu veut me donner mais je sais qu'Il a chassé plusieurs fois des démons en se servant de moi. Et je sais que j'ai vu d'autres prodiges de la part du Seigneur.