Le Saint-Esprit qui demeure en nous

Le Saint-Esprit qui demeure en nous

Il y a une chose très importante que l’enfant de Dieu ne doit jamais oublier, c’est l’onction de l’Esprit Saint que nous avons reçue de la part de notre Sauveur Jésus Christ.

Jean rappelle aux enfants de Dieu : Pour vous, l’onction que vous avez reçue, demeure en vous… 1Jean 2 : 27

Une nécessité pour tout enfant de Dieu : recevoir l’Esprit Saint

L’onction, selon la Parole de Dieu, demeure en nous, si nous l’avons reçue. Il y a un moment précis où nous recevons cette grâce de la part du Seigneur. C’est au moment où l’Esprit de Dieu vient habiter en nous. Jésus a dit avec des termes très clairs : Le Père vous donnera un autre consolateur, l’Esprit de vérité… car il demeure AVEC VOUS, et il sera EN VOUS.  Jean 14 : 16-17 Jésus était avec ses disciples, ceux-ci ont reçu sa parole, ils ont participé à ses miracles et ils ont même fait des miracles en son nom, quand Jésus les a envoyés dans les villages deux à deux. L’Esprit de Dieu les accompagnait et leur permettait de suivre le Maître, de comprendre ses paroles, de faire des œuvres. Mais Jésus avait en réserve pour tous ses disciples, y compris pour nous, une autre grâce : l’onction qui demeure en nous.

C’est au jour de la Pentecôte que l’Esprit est descendu, il est entré dans le cœur de chaque disciple d’une manière durable. Il a manifesté sa présence de manière concrète quand ils se sont mis à parler en langues. L’Esprit n’a pas fait un aller retour, mais il est resté dans le coeur des disciples. Aujourd’hui, de par le monde, les enfants de Dieu, nés de nouveau font la même expérience. Comment ? Simplement par la prière de la foi, en demandant au Seigneur de leur accorder que l’Esprit soit en eux, et cela se traduit par le parler en langues.

Jean Baptiste lui-même soupirait après cette réalité, mais le temps n’était pas encore arrivé. Il le dira lorsqu’il baptisera Jésus dans le Jourdain : C’est moi qui ait besoin d’être baptisé par toi, et tu viens à moi ! Matthieu 3 : 14 Jean savait clairement que Jésus allait baptiser de l’Esprit Saint.

 
L’utilité de l’onction

Jésus a commencé son ministère à trente ans. Et pourtant à l’âge de douze ans, il avait une grande connaissance des Ecritures, connaissance qui avait surpris les éminents docteurs de Jérusalem. Pourquoi alors Jésus n’a-t-il pas commencé son ministère plus tôt ? Il a attendu que l’Esprit descende en lui sous la forme corporelle d’une colombe et Luc précise : Jésus, rempli du Saint Esprit, revint du Jourdain… Luc 4 : 1 Il revint à Nazareth, et la première prédication que nous connaissons de lui, commencera par la lecture du prophète Esaie, où il était écrit : L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres… Luc 4 : 18

Si Jésus a attendu d’avoir l’onction pour annoncer efficacement la bonne nouvelle avec les signes qui l’accompagnent, nous avons besoin de cette onction pour transmettre le glorieux message du salut et de la délivrance.

Pendant trois années, Jésus formera ses disciples pour continuer son œuvre sur la terre. Après cette formation auprès du meilleur maître que le monde ait connu, Jésus leur demande d’attendre que l’Esprit vienne les oindre. Nous connaissons le résultat : pour sa première prédication, Pierre le débutant, animé et poussé par l’onction de l’Esprit, aura l’immense joie de voir trois mille âmes se donner au Seigneur.

L’onction rend notre travail efficace, nos paroles percutantes. L’onction nous permet de toucher les cœurs et de voir des délivrances s’opérer, des malades guérir. Souvenez-vous de ce Jésus nous dit : Sans moi, vous ne pouvez rien faire.

Si vous avez pu faire un travail efficace pour le Seigneur, ce n’est pas vous qui l’avez fait, mais l’onction l’a fait au travers de vous

 

Un grand danger : perdre l’onction

Paul rappelle solennellement aux Corinthiens une vérité à ne pas oublier : Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu. 1 Corinthiens 6 : 19  A cause de la mauvaise conduite des chrétiens de Corinthe, Paul rappelle que la demeure du Saint Esprit est en nous, et qu’une telle demeure doit être respectée et respectable. Si le Saint Esprit habite notre corps, il en est aussi le maître et nous devons vivre dans la soumission à l’Esprit Saint, rejetantle péché et la vaine manière de vivre de ce monde. Est-ce que le Saint Esprit va accepter de cohabiter avec le péché ? Il faut choisir.

Le roi David a commis un horrible péché avec Betscheba. Il est devenu conscient de l’énorme perte que ce péché lui faisait subir. Ecoutez sa prière : Ne me retire pas ton Esprit Saint ! Psaume 51 : 13 La crainte de David était de perdre l’onction qu’il avait reçu dans sa jeunesse. Il s’est humilié publiquement, il a demandé pardon à Dieu et il a pu garder son onction jusqu’à la fin de sa vie.

Par contre, son prédécesseur, le roi Saül est tombé dans l’orgueil et dans la désobéissance à la Parole de Dieu. Il a perdu son onction et il est mort misérablement, malgré toutes ses qualités humaines. Dans le cantique funèbre que David composera après sa mort, voici ce qu’il est dit : Comment des héros sont-ils tombés ? L’huile (d’onction) a cessé d’oindre les boucliers ! Ils étaient plus légers que les aigles, ils étaient plus forts que les lions ! 2 Samuel 1 : 19, 21, 23 Malgré les qualités physiques, morales, intellectuelles, quand l’onction cesse, l’homme perd toute sa valeur et son efficacité. Quel drame quand l’huile cesse de nous oindre ! Vite revenons à la source Jésus, demandons le renouvellement de l’Esprit, demandons une nouvelle fraîcheur dans nos vies… Nous avons pu assister à la faillite de certains chrétiens qui étaient remarquables. Que s’est-il passé dans leur vie ? Négligence, relâchement, péché ? L’huile a cessé de les oindre.

Je reviens à David, après sa chute, il a fait cette remarquable prière qui doit être aussi la nôtre : O Dieu crée en moi un coeur pur, renouvelle en moi un esprit bien disposé ! Psaume 51 : 12

 
Le prix de l’onction

-          Il y a un prix à payer pour que l’onction demeure. Dans la parabole des dix vierges, il y a une expression employée par Jésus qui nous interpelle. Quand les vierges folles s’aperçoivent que l’huile leur manque, elles en demandent aux sages qui leur répondent : Allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Matthieu 25 : 9 Jésus dit bien qu’il est question d’acheter l’huile, qui représente l’onction. Le prix à payer, ce n’est pas de l’or ou de l’argent, mais c’est le temps à prendre pour le Seigneur. Si vous ne prenez pas le temps de prier, de lire votre Bible, d’aller régulièrement à votre église, votre lampe va s’éteindre par manque d’huile. Dans sa vie de chaque jour, un enfant de Dieu doit trouver du temps chaque jour pour rencontrer son Seigneur. Il y a des priorités dans la vie du chrétien et il faudra peut être offrir certains de nos loisirs pour garder cette onction.

-          Il nous faut reconnaître nos limites et nos faiblesses. Si nous nous croyons fort, pourquoi aurions-nous besoin de l’aide de l’Esprit. Quand nous nous sentons petits, insuffisants, nous attendons le secours de l’onction : De même aussi, l’Esprit nous aide dans notre faiblesse… Romains 8 : 26  L’Esprit va venir au secours de ceux qui sont humbles.

-          Ce doit être l’objet de notre prière quotidienne. Un disciple demande à Jésus de lui enseigner à prier, et voici la conclusion de cet enseignement : à combien plus forte raison le Père céleste donnera t-il le Saint Esprit à ceux qui le lui demandent. Luc 11 : 13 Après avoir donné le célèbre « Notre Père » en modèle de prière, Jésus conclut avec le besoin le plus vital pour l’enfant de Dieu. Combien la personne du Saint Esprit doit être heureuse que nous fassions appel à son aide, et combien Jésus doit être satisfait de voir que nous honorons sa prière.

-          C’est aussi la consécration de notre vie, la sanctification, c'est-à-dire la mise à part. Ce monde est gouverné par le Malin. Il faut nous séparer de l’esprit du monde, de certaines fréquentations. Un homme de Dieu, héros de la foi cité dans Hébreux 11, a perdu pour un temps son onction : il a cherché refuge chez une femme de mauvaise vie, Delila. Elle l’endormit, elle rasa ses tresses et commença à le dompter. Il perdit sa force. Juges 16 : 19

En perdant sa consécration, pour un temps Samson a perdu la force que lui donnait l’onction. Recherchez la sanctification sans laquelle nul ne verra le Seigneur. Hébreux 12 : 14

 

Ce que nous enseigne l’Esprit Saint

L’onction de l’Esprit va nous enseigner nous dit l’apôtre Jean. Elle va rendre vivante la Parole de Dieu. Jésus a dit que l’Esprit nous rappellera les choses qu’Il a dit. L’onction va nous rappeler que celui qui est en nous est plus grand que celui qui est dans le monde. Nous avons besoin de nous souvenir dans toutes les circonstances de notre vie qu’en toutes choses nous sommes plus que vainqueur. Les apparences, les sentiments sont trompeurs et l’Esprit va nous rappeler que lorsque nous sommes faibles, c’est alors que nous sommes forts. Jésus a dit que l’Esprit prendrait ce qui est à Lui pour nous le communiquer. Comme enfant de Dieu, nous avons une position privilégiée, que l’onction qui demeure en nous, nous le rappelle sans cesse.

16 commentaires