Le secours

Le secours

Suite à un entretien avec quelques séniors confirmés, j’ai retenu quelques déceptions qu’ils ont formulées :

- Je suis seul, je n’ai vu personne aujourd’hui, je sais maintenant que je n’intéresse plus personne, j’ai parfois l’impression d’être transparent. Qui se plairait en ma compagnie !
- Je me sens incomprise quand je parle de mon passé, quel intérêt de vivre encore, d’où le secours me viendra t-il ?
Quelques-uns constatent que les jeunes marchent en groupe, les couples se déplacent ensemble avec leurs jeunes enfants, les ainés marchent seuls.

A tous j’ai répondu que la vieillesse est un compte en banque où on ne retire que ce que l’on a déposé. Il faut y déposer beaucoup de bons souvenirs, ceux qui réjouissent le cœur, pour le jour où celui-ci est triste.

La réponse se trouve dans le psaume 121 :

Je lève les yeux vers les montagnes... D’où me viendra le secours ?
Le secours me vient de l’Éternel Qui a fait les cieux et la terre.


Libère toi de tes soucis, ajoute des années à ta vie, c’est un cadeau de Dieu. Beaucoup n’ont pas eu ce privilège, ils ne sont plus parmi nous.
Ce qui compte dans la vie ce n’est pas toujours le résultat mais l’effort, le sacrifice, la persévérance en fonction des moyens et des capacités pour y arriver, le Seigneur le sait.
Quand on a beaucoup donné de soi, tout ce qu’on pouvait fournir, il faut s’installer dans le contentement que procurent la foi et la paix de Dieu.

Il y a dans notre cœur, nous enseignent les évangiles, un désir ardent et personnalisé que Jésus seul peut satisfaire durablement.
Chaque saison de la vie apporte une raison de se réjouir, l’automne de la vie c’est un été qui joue les prolongations, alors profitons des prolongations.

Le psaume 121 est une mine d’or, dans le sens qu’il révèle à tous que le secours ici bas vient du créateur qui veille sur nous jour et nuit. Notre bon berger, qui se nomme Jésus,a seul la capacité
de garder notre âme de la tristesse, il s’engage à nous prendre en charge pendant tout le voyage et cela jusqu’au bout.

Vivons pleinement ce temps de grâce, séniors, c’est une renaissance.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

8 commentaires