Le service de Dieu et la famille

Le service de Dieu et la famille

J’aimerai aborder ici un point sensible pour plusieurs.

Tout comme moi, vous avez sans doute été un jour confrontés à une biographie ou à un témoignage d’homme ou de femme de Dieu célèbres, qui faisaient état de la bénédiction qui leur avait été accordée au cours de leur service, même si cela avait parfois eut un coût élevé au niveau de leur vie de famille.

J’ai ainsi entendu ou lu à plusieurs reprises de telles paroles: «le Seigneur s’occupe de nos enfants quand nous n’en n’avons pas le temps», « Dieu le sait, je fais tout cela pour Lui, Il prend soin de mon couple et de nos enfants pour moi en échange» ou encore : « Le missionnaire X mit sa femme et ses enfants sur le bateau pour les renvoyer au pays et lui permettre ainsi de se consacrer tout entier à l’oeuvre de réveil que Dieu lui confiait» ...

Je suis absolument convaincu que notre Père céleste aime prendre soin de nos familles, et qu’Il répand souvent sa grâce sur nos manquements. Qui peut dire qu’il ou elle n’a jamais commis d’erreurs dans le cadre de son couple ou de l’éducation de ses enfants ?

Mais la question qui se pose ici est différente: Dieu nous demande t’il de placer notre famille sur l’autel de son service et d’être prêt à la sacrifier en Son Nom, le cas échéant ?

Pas plus que le ministère ne puisse justifier que nous nous dispensions d’entretenir une véritable intimité avec Dieu, il ne me semble pas trouver de texte dans l’Ecriture qui justifie que nous ne prenions pas soin des nôtres parce que nous serions appelés à une tâche plus élevée.

L’apôtre Paul est clair quand il écrit: « Si quelqu’un n’a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu’un infidèle» ( 1 Timothée 5:8).

Cependant, certains s’appuient sur deux textes, pour soutenir une position opposée: l’un dans l’évangile de Matthieu, (19:29) : «Et quiconque aura quitté, à cause de mon nom, ses frères, ou ses soeurs, ou son père, ou sa mère, ou sa femme, ou ses enfants, ou ses terres, ou ses maisons, recevra le centuple, et héritera la vie éternelle», et l’autre similaire, dans l’évangile de Marc, (10: 29-30).

Les paroles de Jésus permettraient elles de délaisser femme et enfants pour la cause de l'évangile ? Le ministère prime t’il sur notre cellule familiale ? Regardons ensemble.

Si vous disposez d’une Bible avec des références numérotées, vous verrez qu’ici en dessous du mot «femme» il y a la plupart du temps une note ou un nombre (9999) qui donnent l’explication suivante: « Mot rajouté. Ce mot a été rajouté par les traducteurs pour une meilleure compréhension du texte. Il n’y a pas de mot Grec dans le texte. Le mot peut être présenté en italique ou entre parenthèses de manière à indiquer qu’il n’existe pas dans le texte original»(*) !

Le texte de Matthieu prend ainsi tout son sens: Si il est parfois nécessaire pour obéir à l’appel du Maître de devoir quitter nos parents, frères, soeurs, amis et biens, il n’est pas par contre, possible de se détourner de notre conjoint au motif que nous servons Dieu.

Jésus confirme ces propos : «Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu à uni» (Marc 10:9). Il n’est pas dans son plan originel que notre mariage souffre à cause de notre appel !

De même quand le mot «enfants» apparaît dans ces passages, nous pouvons légitimement nous demander si il serait dans la volonté Divine que nous délaissions nos trésors les plus précieux pour une cause quelconque, fût elle celle de son royaume ?
Ici aussi, l’explication se trouve dans le texte Grec: Le terme utilisé par notre Seigneur ne fait pas référence à des enfants encore jeunes et dépendants de leurs parents, mais en fait à des enfants déjà devenus grands et donc autonomes.

Quel soulagement de réaliser combien la Parole de Dieu est équilibrée et cohérente avec elle-même !

En conclusion, le défi est le suivant pour tous ceux qui servent à plein temps, et aussi pour chaque famille chrétienne:

Prenons grand soin de respecter l’ordre des priorités Divines dans la façon dont nous servons notre Maître et Seigneur: En premier, entretenons notre intimité avec Lui, puis prenons soin de notre relation maritale comme étant le reflet de l’amour de Dieu pour son Eglise et enfin, offrons à nos enfants le meilleur de nous mêmes: notre temps et notre attention, car de la façon dont nous tenons notre famille, dépends entièrement la crédibilité de notre ministère aux yeux de Celui que nous servons ! (1Timothée 3:2-5).



*(Biblesoft’s New Exhaustive Strong’s Numbers and Concordance with expanded Greek-Hebrew Dictionary. Copyright 1994,2003 Biblesoft, inc. and International Bible Translators, Inc).



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Le livre de Rachel Miquel Dufour est sorti !

A l’heure où le mot « sexe » est utilisé pour vendre tout et n’importe quoi et que beaucoup se posent des questions sur comment aborder le sujet en couple, en famille et même entre amis, Rachel Miquel Dufour nous offre une vision de la sexualité équilibrée, avec un angle novateur… Sexualité et spiritualité pourraient donc être associées (?!). Découvrez "Hourra pour le va-jay-jay" (en partenariat avec Paul et Séphora)

10 commentaires