L'échec n'est pas une fatalité!

L'échec n'est pas une fatalité!

Job 22 verset 28 : A tes résolutions répondra le succès.

Pour certains enfants, la rentrée scolaire est un moment très enthousiasmant, alors que pour d’autres, un sentiment d’appréhension domine. Ce sont surtout ceux qui ont eu un parcours scolaire difficile et qui ont perdu confiance en eux-mêmes. L’échec n’est pas tolérable dans notre société. Les enfants, notamment, le comprennent très vite. Il convient, pour être apprécié des autres, de réussir, sinon gare au rejet!

L’intransigeance de notre société est telle que si vous avez un enfant ou un adolescent en difficulté scolaire, vous pouvez en tant que parent être amené à en éprouver un sentiment de culpabilité. Sachez toutefois que l’échec n’est pas une fatalité. Il peut être lié à de nombreuses raisons: un mal-être passager de l’enfant, une conséquence d’un choc émotionnel…

En tant que parents, nous pouvons prendre des résolutions en nous appuyant sur des principes bibliques:

Demander à Dieu la sagesse
nécessaire (Jacques 1 verset 5), pour identifier les principales causes de l’échec et mettre en place un plan d’action en vue d’être une aide efficace. Une stratégie d’aide pourra faire intervenir d’autres personnes compétentes du système éducatif ou autres.

Encourager l’enfant et le valoriser pour l’aider à dépasser ses limites en faisant preuve de patience (Colossiens 3 verset 12) . Un retard scolaire ne se rattrape pas en un jour et chaque petit succès est à relever pour l’aider à retrouver une meilleure estime de soi. L’enfant apprend ainsi à faire de son mieux et à persévérer. Il est important d’éviter de mettre la « barre trop haut », ce qui risquerait de le décourager.

Exercer une discipline aimante
(Ephésiens 6 verset 4) pour que l’enfant consacre du temps à ses études en vue de développer le sens des responsabilités.

Veiller aux fréquentations
, car elles peuvent exercer un pouvoir considérable sur l’implication de l’enfant dans sa scolarité (Proverbes 13 verset 20).

Manifester la foi
en parallèle à l’action, et prier si besoin avec l’enfant, afin qu’il expérimente l’action de Dieu dans sa vie (Marc 11 verset 24).

Si votre enfant est en échec scolaire: prenez courage ! Croyez que vous pouvez devenir un partenaire efficace de la réussite de votre enfant et conjuguez l’action à la prière.
5 commentaires