Les disciples

Les disciples

JN.14:1-11

INTRODUCTION 

Cette période de l'année académique est caractérisée par les examens et les résultats. Si les disciples de Jésus avaient pris un dernier examen, je me demande ce que leurs résultats auraient été? Quelles notes est-ce qu'ils auraient reçu pour leur compréhension du contenu du cours? Je doute qu’ils aient marqué des points très hauts. À la fin de 3½ années d'étude du meilleur professeur qui a jamais enseigné, l’un des douze étudiants a demandé : v.5 « Seigneur, nous ne savons où tu vas; comment pouvons-nous en savoir le chemin ? », et un autre : v.8 « Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. ». Ces deux peuvent dire « adieu » à leur B.A. sans aucun doute ! Et quelle note leur donnerions-nous pour le cours de fidélité : Mk.14:50 « tous l’abandonnèrent, et prirent la fuite. » ? Ça, c'est au moins douze réexamens ! À cause de la pénurie de temps nous ne regarderons que trois des douze échecs ce matin.   

1. JUDAS ISCARIOT 

Le plus grand, et le seul échec total et permanent est Judas Iscariot. 0 sur 10 ! Appelé à être un disciple et un apôtre, le « business manager » du collège, envoyé au moins deux fois en ministère estudiantin par le Président du séminaire Jésus Christ avec autorité : Mt.10:1 « le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité. », Judas était un homme qui avait si bien dupé tous ses co-étudiants avec succès que lorsque Jésus a déclaré lors de leur dernier repas : Jn.13:21-22 « En vérité, en vérité, je vous le dis, l’un de vous me livrera. 22 Les disciples se regardaient les uns les autres, ne sachant de qui il parlait. », ils ne pourraient pas croire que quelqu’un aurait pu échouer tant : Mt.26:22 « chacun se mit à lui dire: Est-ce moi, Seigneur ? ». À ce moment Judas avait probablement les 30 pièces d'argent dans le porte-monnaie attaché à sa ceinture, et juste quelques heures plus tard, pendant que Jésus était agonisait dans la prière dans le Jardin de Gethsemané et Ses disciples ne veillaient pas et ne priaient pas avec Lui: Mk.14:43,45 « arriva Judas l’un des douze, et avec lui une foule armée d’épées et de bâtons, envoyée par les principaux sacrificateurs, par les scribes et par les anciens. … 45 Dès qu’il fut arrivé, il s’approcha de Jésus, disant : Rabbi ! Et il le baisa. » ; Mt.27:2-5 « Après l’avoir lié, ils l’emmenèrent, et le livrèrent à Ponce Pilate, le gouverneur. 3 Alors Judas, qui l’avait livré, voyant qu’il était condamné, se repentit, et rapporta les trente pièces d’argent aux principaux sacrificateurs et aux anciens, 4 en disant: J’ai péché, en livrant le sang innocent. Ils répondirent : Que nous importe ? Cela te regarde. 5 Judas jeta les pièces d’argent dans le temple, se retira, et alla se pendre. ». Un échec total et irrévocable; aucun réexamen; aucune deuxième chance; aucun futur; aucun futur éternel; un échec total, désespéré.   

2. PIERRE 

Le deuxième échec est appelé Simon Pierre. Étrange, car il était absolument confiant d'obtenir la note la plus élevée de toute la classe entière. Quand Jésus a prédit : Mk.14:27 « Vous serez tous scandalisés », Pierre, comme d'habitude, savait mieux que le Professeur : v.29 « Quand tous seraient scandalisés, je ne serai pas scandalisé. » - « Tout le reste de la classe obtiendra des mauvais points probablement, mais pas moi. Tu peux compter sur moi – Tu me connais, n’est-ce pas : Pierre - le roc ! Ils vont tous obtenir des mauvais points, sauf moi ; moi, j'obtiendrai une distinction : v.31 « Quand il me faudrait mourir avec toi, je ne te renierai pas. ». L’université du Pays de Galles n'avait pas encore été inventé et les examens à Jérusalem étaient oraux : Mt.26:69-75 « Toi aussi, tu étais avec Jésus le Galiléen. 70 Mais il le nia devant tous, disant: Je ne sais ce que tu veux dire. ». Pierre a été autorisé trois tentatives à répondre la même question. La deuxième fois: « 72 Il le nia de nouveau, avec serment: Je ne connais pas cet homme. » ; et la troisième : « 74 Alors il se mit à faire des imprécations et à jurer: Je ne connais pas cet homme. Aussitôt le coq chanta. 75 Et Pierre se souvint de la parole que Jésus avait dite: Avant que le coq chante, tu me renieras trois fois. Et étant sorti, il pleura amèrement. ». Quelle est ta note, Pierre ? Tu as échoué atrocement mon frère ! 

3. THOMAS 

L'échec no. 3 ne rate pas seulement le cours de fidélité ; il rate le sujet le plus important de tous. S'il y a un cours que tous les étudiants de Jésus Christ doivent passer, c'est le cours sur la foi, car : Hébr.11:6 « sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe. ». Et une des sections les plus importantes du cours sur la foi qui est obligatoire aux étudiants de Jésus Christ à croire, est la doctrine de la résurrection, car : 1 Cor.15:14,17 « si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine. … 17 Et si Christ n’est pas ressuscité, votre foi est vaine ».   

Jn.20:19-20 « Le soir de ce jour, qui était le premier de la semaine, les portes du lieu où se trouvaient les disciples étant fermées, à cause de la crainte qu’ils avaient des Juifs, Jésus vint, se présenta au milieu d’eux, et leur dit : La paix soit avec vous ! 20 Et quand il eut dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent dans la joie en voyant le Seigneur. ». Pas tous les disciples : vv.24-25 « Thomas, appelé Didyme, l’un des douze, n’était pas avec eux lorsque Jésus vint. 25 Les autres disciples lui dirent donc : Nous avons vu le Seigneur. Mais il leur dit : Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets ma main dans son côté, je ne croirai point. ». Il doit paraître à Thomas que ses dix collègues sont toutes des victimes d'hallucination collective. Qu'est-ce que le professeur a appelé ceci dans la classe de la psychologie ? Le reniement ? Ils ne veulent pas croire que Jésus est mort, donc ils refusent de le croire. Ils ne veulent pas accepter que le rêve n’était qu’un mirage donc ils déclinent pour l'accepter. Thomas, lui, a ses deux pieds fermement sur la terre. Il a vu Jésus mourir. Il a aidé à porter Son corps mort au sépulcre. Il a aidé à Le préparer pour l’enterrement. Il a vu la pierre fermer l'entrée à la tombe. Mort est mort ! Thomas ne va pas participer à leur euphorie artificiellement provoquée. Ils ne vont jamais le convaincre que Jésus a traversé le mur pour paraître soudainement dans la chambre haute, et encore moins que Son corps mort a mangé un morceau de poisson grillé ! O, Thomas peut comprendre que Philippe le croit. Philippe n'était pas très intelligent, n’est-ce pas ? C'était lui qui, dans la dernière leçon, a demandé à Jésus : Jn.14:8 « montre-nous le Père ». Il peut comprendre qu’André tomberait pour cela. Est-ce que ce n’était pas lui qui, brièvement et naïvement, a entretenu la possibilité de nourrir 5.000 personnes avec seulement 5 petits pains et 2 petits poissons ? Thomas peut même comprendre que Pierre, qui a souvent prouvé être sceptique de nature, croit ce mythe. Le pauvre homme essaie toujours de se redresser du fiasco de son reniement. Mais lui, Thomas, ne participera point à cette illusion : « Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets ma main dans son côté, je ne croirai point. ». Thomas, tu rates le cours ! Aucun B.A. pour toi, mon frère : « si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine. … 17 Et si Christ n’est pas ressuscité, votre foi est vaine ».   

3. LE JOUR DE LA REMISE DES DIPLÔMES 

Passons maintenant au jour de la remise des diplômes. Le jour de la remise des diplômes ? Ils feraient mieux de l'annuler ! Un des 12 étudiants de la classe des diplômés de l’an 30 après Jésus-Christ s’est suicidé parce qu'il ne pouvait pas vivre avec la honte de l'échec, et aucun des 11 autres n'a réussi leurs derniers examens. Il n'y a pas de diplômés ! Mais le Séminaire Théologique du Ciel n'annule pas le jour de la remise des diplômes. Jésus Christ ne rejette pas les échoués ! Même si nous gagnons moins que le 40% de l’université du Pays de Galles constamment, Jésus nous accorde toujours un réexamen. Et une seconde chance a aussi été donnée aux trois étudiants ratés dans ce sermon. Asseyons-nous avec eux quand ils reviennent à collège pour leur réexamen. 

Le premier échoué, Judas Iscariot, ne s’est même pas présenté pour son réexamen. Il semblait initialement qu’il allait être là : Mt.27:3-4a « Judas, qui l’avait livré, voyant qu’il était condamné, se repentit, et rapporta les trente pièces d’argent aux principaux sacrificateurs et aux anciens, 4 en disant : J’ai péché, en livrant le sang innocent. ». Très bien, Judas ! Tu te rends compte que tu as mal agi. Ton co-étudiant, Jean, écrit en un de ses papiers : 1 Jn.1:9 « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. ». Judas s'est repenti ; il a confessé ; mais il n'a pas obtenu son B.A. Pourquoi pas ? Parce qu'il a confessé aux hommes au lieu de Dieu. Il s'est repenti devant les prêtres mais pas devant Dieu. Il paraît avoir cru dans l’innocence de Jésus, mais est-ce qu'il croyait dans Sa divinité ? Les Évangiles ne témoignent nulle part que Judas ait jamais reconnu que Jésus est le Fils de Dieu. La repentance est un composant essentiel de la conversion, mais pas le seul. Tous les pécheurs dans toutes les religions se repentent. Mais la vraie conversion à Jésus Christ a lieu seulement quand la repentance sincère est accompagné par la foi personnelle dans le Fils de Dieu crucifié et ressuscité. Les prêtres ne pouvaient pas, et ne voulaient pas, aider Judas : « Ils répondirent: Que nous importe? Cela te regarde. ». Satan ne récompense jamais la contrition. Quand ses serviteurs ont exécuté ses ordres docilement et complètement, il les détruit : « Judas jeta les pièces d’argent dans le temple, se retira, et alla se pendre. ».      

Le deuxième étudiant s’est bien présenté pour son réexamen, programmé : Jn.20:26-27 « Huit jours après, les disciples de Jésus étaient de nouveau dans la maison, et Thomas se trouvait avec eux. Jésus vint, les portes étant fermées, se présenta au milieu d’eux, et dit : La paix soit avec vous ! 27 Puis il dit à Thomas : Avance ici ton doigt, et regarde mes mains; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté ; et ne sois pas incrédule, mais crois. ». J'ai aussi bien de l’admiration que de la sympathie pour Thomas – de l’admiration parce qu'il s’est présenté pour son réexamen – qu’il a réussi « summa cum laude » ; de la sympathie parce que 2.000 années plus tard le pauvre homme porte toujours le surnom « le douteux » - bien que son doute n’ait duré qu’une semaine. En effet, son surnom anglais est inexact. Les Flamands font mieux : ils le surnomment : « Thomas l’incrédule ». Thomas ne doutait pas ; il a refusé de croire. Le doute est pardonné, l'incrédulité pas. Quand Pierre a commencé à couler parce qu'il a tourné ses yeux de Jésus pendant qu’il marchait sur l'eau : Mt.14:31 « Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit, et lui dit: Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? ». Mais Jésus a averti Nicodème : Jn.3:18 « Celui qui croit en lui n’est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. ». Il y a une différence intrinsèque entre le doute et l’incrédulité. La croyance et l’incrédulité sont des décisions de la volonté. Nous choisissons de croire en Dieu ou pas, se repentir ou pas, se convertir ou pas, poursuivre la sainteté et la justice ou pas. Le doute a rarement à faire avec le choix, mais il est habituellement une conséquence de peur, manque de compréhension, influences extérieures, opinions des autres etc. Jésus encourage les douteurs mais Il condamne les incrédules : Mk.16:14 « il leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur coeur, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient vu ressuscité. ». Et, comme Zacharie, le père de Jean-Baptiste a découvert, l'incrédulité peut avoir des conséquences sérieuses : Luc 1:20 « voici, tu seras muet, et tu ne pourras parler jusqu’au jour où ces choses arriveront, parce que tu n’as pas cru à mes paroles, qui s’accompliront en leur temps. ».   

Pourquoi est-ce que Thomas a refusé de croire ? Parce que sa foi était conditionnelle : il croirait seulement si Jésus accomplit certaines conditions - ses conditions à lui : « Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets ma main dans son côté, je ne croirai point. ». Thomas voulait voir et sentir. Mais la vraie foi n'est pas basée sur voir et sentir : Hébr.11:1 « la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. ». Voir et sentir peuvent encourager la foi, mais pas la produire : 2 Cor.5:7 « car nous marchons par la foi et non par la vue ».   

Avançons une semaine et regardons Thomas qui repasse son examen dans la chambre haute : vv.26-27 « Huit jours après, les disciples de Jésus étaient de nouveau dans la maison, et Thomas se trouvait avec eux. Jésus vint, les portes étant fermées, se présenta au milieu d’eux, ». Je voudrais pouvoir voir le visage de Thomas à ce moment.  Est-ce que vous avez jamais dit quelque chose que commence avec « je ne ferai pas … » (comme Thomas) ou « je ne ferai jamais » (comme Pierre) et vous l’avez regretté après ? Qu'est-ce que Jésus va faire maintenant ? Il sait Thomas ne croit pas. Sa note est si basse qu'il mérite d’être jeté hors du séminaire plutôt que d'être permis un réexamen !  « Jésus dit : La paix soit avec vous ! 27 Puis il dit à Thomas » Quoi ? 0% Thomas. Pas de B.A. pour toi, Thomas » ? Non, voici ce qui est écrit sur le réexamen : « Avance ici ton doigt, et regarde mes mains; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté ; et ne sois pas incrédule, mais crois. ». Thomas n'aurait pas pu faire l'examen plus facile s'il avait écrit la question lui-même : « Avance ici ton doigt, et regarde mes mains; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté ; et ne sois pas incrédule, mais crois. ». L’a-t-il fait ? Est-ce que Thomas a mis son doigt réellement dans la main de Jésus et sa main dans Son côté? Nous ne savons pas ce qu'il a fait. Mais nous savons bien ce qu'il a dit : v.28 « Mon Seigneur et mon Dieu ! ». Sa note finale ? Cumma sum laude !    

Pour terminer, regardons l’étudiant no. 3. (Vous voyez que j'applique le système de Wales de l’anonymat. Cependant, puisque la classe est tellement petite nous savons tous qui il est !). Comment est-ce que Pierre réussira son réexamen ? Il a raté son examen original 3 jours avant Thomas. Pierre venait de dire « je ne le connais pas » la troisième fois alors que : Luc 22:60b-62 « Au même instant, comme il parlait encore, le coq chanta. 61 Le Seigneur, s’étant retourné, regarda Pierre. Et Pierre se souvint de la parole que le Seigneur lui avait dite: Avant que le coq chante aujourd’hui, tu me renieras trois fois. 62 Et étant sorti, il pleura amèrement. ». Pierre savait qu'il avait raté son examen. Il savait ce que serait sa note.   

Nous avançons encore à peu près une autre semaine. Pierre et au moins six autres disciples sont maintenant en Galilée. Après le petit déjeuner avec Jésus, avec du poisson attrapé dans un miracle revisité : Jn.21:15 « Jésus dit à Simon Pierre: » Quoi ? Voici ta lettre de démission. J'ai déchiré le contrat au nom de Pierre, le roc. Désormais tu redeviens seulement Simon, le roseau ». Non, Jésus ne donne pas une lettre de démission à Pierre. Il pose à Pierre une nouvelle question d’examen : « Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu … ? Il lui répondit: Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. ». Quelle note est-ce que vous donneriez à cette réponse ? Est-ce qu'il mérite de réussir ? 40% peut-être ? Ou même 50 ? Jésus accorde des points plus élevés que Wales nous permet : Pierre obtient 100% - et un nouveau contrat : « Jésus lui dit: Pais mes agneaux. ».      

CONCLUSION 

Échecs parmi nous ce matin - et je ne veut pas dire seulement ceux qui ont littéralement manqué un cours à CTS, mais à tous qui ont trahi, nié ou refusé de croire à Jésus par notre comportement, nos paroles ou nos attitudes – combien de points est-ce que nous allons recevoir sur notre réexamen ? Après le « break » de sept semaines entre Pâques et Pentecôte 11 des 12 échecs sont devenus les meilleurs serviteurs de l'Évangile qu’un Collège Biblique ait jamais produit - pas parce qu'ils ont étudié mieux, mais parce que le Saint-Esprit les a baptisés avec le pouvoir de Dieu pentecôtiste ! Préparons-nous tous à la remise des diplômes ! Par la puissance du Saint-Esprit nous réussirons tous « summa cum laude ». Pour terminer, je vous rappelle que les chrétiens ne sont jamais des échecs ! Éph.2:8-9 « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. 9 Ce n’est point par les œuvres ». Personne ici, dans cette chapelle ce matin, ne passera l'éternité au ciel sur base de ses notes. Il y a Un seul au ciel parce qu'Il a reçu un diplôme summa cum laude, Celui à Qui le Père a dit Mt.3:17 « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. ».

____________________________________________________________________
Michaël Williams est professeur à temps partiel au Continental Theological Seminary



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire