Les guérisons instantanées et les guérisons progressives (2ème partie) N° 9

Les guérisons instantanées et les guérisons progressives (2ème partie)  N° 9

Un médecin, rempli de l’Esprit et responsable des GBH pour plusieurs pays, me disait qu’avant de saisir ces deux aspects, il était terriblement gêné face à ses malades. D’une part il se sentait conduit à prier avec plusieurs d’entre eux; mais d’autre part, lorsqu’il le faisait, il n’osait presque plus les visiter de peur de constater un échec.

Depuis, il vit la prière d’une tout autre manière: il est détendu, il sait qu’il a le temps et ne se laisse plus enfermer dans un rôle quelconque. Il marche dans la vérité et la transparence avec les souffrants qu’il accompagne. Si le malade est guéri rapidement ou instantanément il s’en réjouit et donne gloire à Dieu; si la guérison est plus lente, il accompagne le malade avec compassion. S’il n’y a pas de guérison, le malade aura eu à ses côtés un être humain plein de sollicitude qui n’a pas joué le rôle du grand " manitou ", mais qui, sans prétention, a pleuré avec celui qui pleure, souffert, et partagé beaucoup d’amour.

Je me trouvais à Bamako, capitale du Mali, pour une campagne d’évangélisation. Avec le responsable national de Jeunesse en Mission nous avions prié jusque tard dans la nuit pour beaucoup de malades. Ce soir-là, rien n'avait été facile. Des personnes qui avaient des bras et des jambes tordus ou souffraient d’insomnies et de maux divers, s’étaient approchées. Nous avions imposé les mains et prié nominativement pour chacune d’elles. Comme d’habitude je leur avais demandé ensuite comment elles se sentaient, si elles pouvaient faire quelque chose qu’elles ne pouvaient pas faire avant la prière...? Les réponses avaient été très largement négatives. Vers minuit, nous sommes repartis la tête basse, quelque peu découragés.

Le lendemain soir, dès notre arrivée sur le lieu de la campagne et alors que nous installions le matériel, se produisit ce qui ne m’est jamais arrivé en plus de six cent soirées d’évangélisation: une première dame vint spontanément vers nous pour nous dire: " Vous avez prié pour moi hier soir et, pour la première fois, j'ai pu porter aujourd'hui de l'eau sur ma tête. " Elle n'avait pas terminé qu'une deuxième dame intervint: " Aujourd'hui, j'ai pu puiser pour la première fois de l'eau au puits. " Une troisième, interrompant notre travail, affirma: " Je n'ai pas eu besoin des quatre médicaments que je dois prendre quotidiennement pour ne pas souffrir " (nous ne lui avions nullement suggéré d’abandonner ses médicaments, mais elle n'en avait pas eu besoin). Finalement une quatrième témoigna: " J'ai dormi comme je n’avais pas pu le faire depuis des mois. "

J'aurais probablement déjà pu partager le principe de la guérison progressive avant de vivre cette seconde soirée, mais désormais j’en avais eu la preuve tangible!

Carlo Brugnoli est disponible pour enseigner dans votre groupe de jeunes, votre église, votre région. Cet enseignement est gratuitement à votre disposition en vidéo sur le site: carlobrugnoli.net


Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com


3 commentaires
  • Faustin Etutu K Alome Il y a 15 années, 1 mois

    Jésus-Christ est le même hier,aujourd'hui et éternellement et sa puissance ne s'est jamais dégénérée.Bien qu'Il n'est pas physiquement au milieu de nous mais spirituellement Il est avec nous et est toujours sensible à nos supplications.La guérison miracle existe et nous experimentons chaque fois que invoquons Son nom
  • Josefa Il y a 15 années, 1 mois

    Gloire à Dieu ! notre Dieu est fidèle et vrai : persévérons à vivre selon l'Evangile et dans une vie de prière et de foi.
  • zisther Il y a 15 années, 1 mois

    le Dieu de l ' eternite' te benisse pour cet enseignement et qu ' il te donne encore des grandes inspirations pour l 'avancement de son oeuvre.