Les "nons" de Jésus

Les "nons" de Jésus
Hébr.12:1-4,12-16,25a.
 
INTRODUCTION

Est-ce que Jésus a jamais été négatif? Est-ce qu’Il a jamais dit: “non”? Est-ce qu’Il a jamais refusé de pardonner un pécheur, guérir un malade, délivrer un possédé? Bien-sûre que non. Pourtant: il y a eu des occasions où Jésus, le Fils du Dieu vivant, a dit “non”.

1.  “NON” AU DIABLE

Son premier “non” était contre le satan. Au début de Son ministère, Jésus a passé 40 jours dans le désert en prière et en jeûne. Puis le Satan est venu pour Le tenter: Mt.4:3b “Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains.” Admettons-le: l’idée était attrayante. Après 40 jours de jeûne, Jésus avait très faim. Changer des pierres en pain ne demanderait pas trop - le désert contient des millions de pierres: “Tu es le Fils de Dieu, n’est-ce pas? Tu as des pouvoirs surnaturels, n’est-ce pas? Ne peux-tu pas T’en servir pour Toi-même?” Bien-sûre que Jésus possédait des puissances surnaturelles, et qu’Il pouvait S’en servir. Il l’a fait parfois, d’ailleurs - par exemple lorsqu’Il a marché sur les eaux. Il aurait pu employer Ses pouvoir surnaturels pour changer des pierres en pistolets, mais ce qu’Il ne pouvait pas faire, et ce qu’Il refusait de faire, c’était de dire “oui” au diable, d’obéir au Satan, faire ce que l’ennemi voulait. Voilà pourquoi: v.4 “Jésus répondit: Il est écrit: L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.” Jésus dit “non” au diable. Non seulement Son propre “non”; non seulement des paroles d’homme, mais Jésus répond au diable par des paroles desquelles le diable a très peur, c.à.d. la Parole de Dieu, qui Hébr.4:12 “Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur.” Jésus dit “non” au diable et vainque ainsi la tentation avec la Parole de Dieu.

V.5 “Le diable le transporta dans la ville sainte, le plaça sur le haut du temple”. Satan n’abandonne pas facilement. Il n’accepte pas nos “nons”. Il continue a essayer. Même si nous continuons de réponde “non”, il continue a frapper. V.6 “Si tu es Fils de Dieu” - le voici encore une fois! “Si tu es Fils de Dieu” - “tu es venu avec ça la première fois aussi, Satan” - oui, le diable est très peu inventif; il se sert toujours des mêmes trucs, déjà depuis des siècles. Pourquoi changer, en inventer des nouveaux, aussi longtemps que les vieux jeux font affaire? “Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas; car il est écrit: Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet; Et ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre.”   Satan est peu inventif, mais il est très rusé. Et il apprend très vite. Après son premier échec, lorsque Jésus l’a vaincu avec la Parole, son franc est tombé. Jésus Se sert de la Parole de Dieu, alors le diable va aussi citer la Bible: “Jésus lui dit: Il est aussi écrit: Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu.” 

Attention lorsque le diable cite la Parole de Dieu! Ce n’est pas parce que quelqu’un cite la Bible qu’il parle au nom de Dieu: Mt.7:21 “Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.”. 15-17 “Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. 16 Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons? 17 Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.” Jac.1:25-26 “Mais celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n'étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l'oeuvre, celui-là sera heureux dans son activité. 26 Si quelqu'un croit être religieux, sans tenir sa langue en bride, mais en trompant son coeur, la religion de cet homme est vaine.” - pas “moindre” mais “vaine” - sans aucune valeur! Les pharisiens connaissaient la Parole de Dieu. Ils se promenaient toute la journée en citant la loi à haute voix. Ils portaient des phylactères - des petites boîtes - sur leurs fronts avec des textes bibliques. Mais Jésus disait: Mt.15:7-9a “Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit: 8 Ce peuple m'honore des lèvres, Mais son coeur est éloigné de moi. 9 C'est en vain qu'ils m'honorent, en        enseignant des préceptes qui sont des commandements d'hommes.” Connaître - même croire - la Bible ne vainque pas le diable. Le diable connaît la Parole de Dieu aussi bien que nous - peut-être même mieux! “Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas; car il est écrit: Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet; Et ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre.” “Venez Jésus, commence Ton ministère publique par quelque-chose de spectaculaire. Jète-toi du haut du temple - le point le plus élevé de toute la ville de Jérusalem. Des dizaines de milliers de gens regarderont. Ils retiendront leur halène au moment où Tu avances vers bord du toit - plus que 200m. Au-dessus de la vallée en bas! Ils crieront quand Tu sautes: “Il Se suicide”; “Il va S’écraser”; “Il va Se tuer”. Et puis, tout-à-coup, les anges apparaîtront pour Te sauver. Tu entends l’acclamation de la foule, Jésus? Si Tu veux les convaincre que Tu es le Fils de Dieu, alors voici l’occasion! Qu’est-ce que Jésus va faire? Suivre l’exemple d’Esaü, qui a perdu son héritage parce qu’il se laissait séduire par le diable? Ou suivre l’exemple du prophète Balaam, qui se laissait corrompre et prononçait des paroles du diable au lieu des paroles de Dieu? Non: Jésus dit “non” au diable: v.7 “Jésus lui dit: Il est aussi écrit: Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu.” 

Encore un échec. On penserait que le diable abandonnerait, se rendant compte que Jésus est le plus fort et qu’Il ne cèdera jamais, et qu’Il ne tombera jamais pour ses tentations. Mais non: Satan essaie encore une fois. Le diable n’abandonne jamais! Is semble ne pas comprendre ce que “non” veut dire! Il essaie de nouveau: v.8 “Le diable le transporta encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire” Quel audace! Satan, qui offre les royaumes du monde au Créateur Qui le monde a créé Lui-même! Le Satan offre à Jésus ce qu’Il possède déjà! “Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m'adores..” V.10 “Jésus lui dit: Retire-toi, Satan! Car il est écrit: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.” > Luc.4:13 “Après l'avoir tenté de toutes ces manières, le diable s'éloigna de lui jusqu'à un moment favorable.”   (Retenez cela …)

Jésus dit “non” contre le satan. Jésus dit toujours “non” au diable. Nous devons aussi apprendre à dire “non” au Satan: Éph.4:27 “ne donnez pas accès au diable.”  Comment dire “non” au diable?: vv.26-29 “ne donnez pas accès au diable. 28 Que celui qui dérobait ne dérobe plus; mais plutôt qu'il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin. 29 Qu'il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s'il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l'édification et communique une grâce à ceux qui l'entendent..”; 6:11,14-18 “Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. …   14 Tenez donc ferme: ayez à vos reins la vérité pour ceinture; revêtez la cuirasse de la justice; 15 mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l'Évangile de paix; 16 prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin; 17 prenez aussi le casque du salut, et l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu. 18 Faites en tout temps par l'Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints.

2.  “NON” AUX GENS

Jean 11:1,3,5 “Il y avait un homme malade, Lazare, de Béthanie, village de Marie et de Marthe, sa soeur. … 3 Les soeurs envoyèrent dire à Jésus: Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade. … 5 Or, Jésus aimait Marthe, et sa soeur, et Lazare..” Quelle réponse attendriez-vous du Maître? Qu’Il laisse tomber tout immédiatement pour y aller le plus vite possible. Mais, au contraire, Jésus traîne: v.6 “Lors donc qu'il eut appris que Lazare était malade, il resta deux jours encore dans le lieu où il était”. Étrange: l’un des amis des plus intimes de Jésus est mourant; ses soeurs envoient un télégramme en Le suppliant de venir, et Jésus dit “non”! Marie et Marthe étaient choquées et blessées par ce “non” de Jésus. Quand Il arrive, à la fin, Lazare est déjà mort et enterré depuis 4 jours. Marthe dit: v.21 “Marthe dit à Jésus: Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort.”   Marie dit: v.32 “Lorsque Marie fut arrivée là où était Jésus, et qu'elle le vit, elle tomba à ses pieds, et lui dit: Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort.” Nous les comprenons! “Si Tu étais venu directement quand nous T’avons appelé, notre frère vivrait encore. Tu auras pu nous épargner toute cette tristesse et cette détresse. Nous avons cru que Tu étais notre meilleur Ami. Nous avons toujours fait de notre mieux pour Toi. Toi et Tes disciples ont toujours été bien reçu chez nous. Toujours du manger sur la table. Toujours un lit propre pour Te reposer. Maintenant que nous avions besoin de Toi, pour une fois, Tu ne T’as même pas donné la peine de venir. Au contraire, Tu est resté sur place expressément” “si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort”

La réaction des soeurs est tout à fait compréhensible. Mais quand on est triste, ou en détresse, on ne voit les circonstances que de son propre côté; on ne s’arrête guère pour se demander s’il pourrait y avoir une raison pourquoi le Seigneur agit ainsi. On est aveuglé par sa détresse. Marthe et Marie sont si prises par leur deuil, leur perte, qu’elles tiraient des conclusions erronées. Jésus ne les avait pas abandonné. Au contraire: v.35 “Jésus pleura”; v.33 “Jésus, la voyant pleurer, elle et les Juifs qui étaient venus avec elle, frémit en son esprit, et fut tout ému.” . Pourquoi? Parce que Son ami Lazare est décédé? Qu’est-ce qui a fait tellement mal à Jésus, Fils du Dieu vivant, Sauveur puissant du monde, qu’Il pleure publiquement? Le fait que Marthe et Marie L’ont si mal compris, si mal interpréter Son “non”. 

Car il y avait une raison pourquoi Jésus a dit “non”, pourquoi Il n’est pas venu, pourquoi Il ne l’a pas guéri. Et la raison pour Son “non” n’était point qu’Il ne S’en faisait pas, qu’Il n’aimait pas Lazare et ses soeurs, ni parce qu’Il était impuissant à faire quelque chose. Frères et soeurs, si Jésus nous dit “non”, Il a toujours une raison.  Un “non” de Jésus n’est jamais négatif, mais positif! - une protection contre quelque chose qui nous ferait encore plus mal, une barrière contre un mauvais pas, une porte fermée sur une mauvaise décision. Deux raisons pourquoi Jésus disait “non”: 

a)  pour fortifier la foi des disciples: vv.14-15 “Alors Jésus leur dit ouvertement: Lazare est mort. 15 Et, à cause de vous, afin que vous croyiez, je me réjouis de ce que je n'étais pas là. Mais allons vers lui.”. Nous voulons toujours que Jésus nous dit “oui”. Nous traitons Jésus comme St; Nicolas! Nous Le voyons comme Celui Qui nous donne des cadeaux et des bénédictions, Qui nous pardonne et nous guérit et nous délivre. Et c’est vrai! Mais pas toujours quand nous le voulons ni comment nous le voulons! Dieu veut que nous Lui faisions confiance, que nous L’obéissions, servions, suivions - même lorsque nous ne comprenons pas pourquoi Il nous dit “non”; quand Il n’exauce pas nos prières. Si Jésus nous dit “non”, c’est pour fortifier notre foi: vv.25-26 “Jésus lui dit: Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort; 26 et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela?” 

b)  pour faire un miracle encore plus grand

Si Jésus dit “non”, Il a toujours une raison. Il y a toujours une raison positive pour une réponse négative du Maître: v.38 “Jésus frémissant de nouveau en lui-même, se rendit au sépulcre. C'était une grotte, et une pierre

 était placée devant.” Qu’est-ce que Jésus allait faire au tombeau de Son ami Lazare? Y poser une fleur. Non, le ciel n’envoie pas de fleurs - le ciel envoie la Rose de Saron et le Lis des vallées Lui-même!: vv.41 “Otez la pierre.” … vv.43 “Lazare, sors!” > “Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d'un linge. Jésus leur dit: Déliez-le, et laissez-le aller. 45 Plusieurs des Juifs qui étaient venus vers Marie, et qui virent ce que fit Jésus, crurent en lui.”   Alors, si Jésus vous dit “non”, n’abandonnez pas votre foi, votre espoir - au contraire: 2 Cor.5:7 “nous marchons par la foi et non par la vue”; car: Éph.3:20 “Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au delà de tout ce que nous demandons ou pensons”! Si Jésus vous dit “non” aujourd’hui, c’est parce qu’Il va vous dire “oui” demain, alors que le miracle sera beaucoup plus grand!

3.  “NON” À LUI-MÊME

La plus grande victoire de tous les siècles ne fut pourtant pas lorsque Jésus disait “non” au diable, ni quand Il a dit “non” aux gens, mais lorsqu’Il disait “non” contre Lui-même. Jésus fut à la fois Fils de Dieu et Fils de l’homme. Et alors Il réagissait comme un homme, quand il s’agissait de souffrance: “s.V.p.: non”: Mt.26:39b “Mon Père, s'il est possible, que cette coupe s'éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.” Jésus avait peur de la croix: l’arrestation, le trahison, les mensonges, le procès, les faux témoignages, les moqueries, le fouet, le moment où on Lui enlèverait Son vêtement pour le clouer, nu, au bois infâme. Il avait peur des heures qu’Il passerait pendu à la croix: la souffrance, la nudité, la faim, la soif, la solitude - oui, surtout cela, au moment qu’Il prendrait tous les péchés du monde sur Lui, le moment où Son Père - de Qui Il n’avait jamais été séparé, même pas pour une seconde, depuis l’éternité - Lui tournerait le dos. Même le soleil refuserait de briller pendant ces trois longues heures. Jésus savait qu’Il allait payer le prix de notre rédemption à la croix de Calvaire, le prix ultime payé en sang, Son sang, et qu’Il allait le faire seul - tout seul. Dans Son angoisse d’âme Il crierait: Marc.15:34 “Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?” “Mon Père, s'il est possible, que cette coupe s'éloigne de moi!” “Ne me laisse pas aller à la croix; ne me laisse pas subir cette humiliation; trouve s’il Te plaît une autre manière à sauver les gens, d’ôter les péchés du monde.” Luc.22:44 “Étant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre.”

Entendez-vous le diable venir dans le jardin de Getsemané? Vous vous rappelez, il y a 3½ ans, sur la montagne très haute: Luc.4:13 “Après l'avoir tenté de toutes ces manières, le diable s'éloigna de lui jusqu'à un moment favorable.”: “Jésus, Tu ne dois aller à la croix; Tu ne dois pas supporter la honte; Tu n’es pas obligé de prendre tous les péchés du monde sur Toi. Tu peux demander à Ton Père de te donner Mt.26:53 “à l'instant plus de douze légions d'anges?” Jésus agonisait dans la prière. Les victoires spirituelles sont toujours vaincues sur le champ de bataille de la prière) “Mon Père, s'il est possible, que cette coupe s'éloigne de moi!” Qu’est-ce que Jésus va faire? Dire “non” contre Soi-même, ou appeler les légions d’anges? Il choisit, et dit “non” à Lui-même, “non” à ce que Lui, Il voulait; “non” contre Sa propre volonté, Ses émotions, Son angoisse: v.39c “non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.”

Ces paroles furent le signal de départ de la plus grande victoire jamais connue, lorsque Jésus-Christ, Fils de Dieu, est mort à la croix, où Il a vaincu le diable, le péché et la mort. Les plus grandes victoires dans nos vies viennent lorsque nous prions: “non pas ce que je veux, mais ce que tu veux”, lorsque nous soumettons notre propre volonté à celle du Père. 

CONCLUSION

Disons “non” au diable, aux autres, à nous-mêmes …

  ____________________________________________________________________
Michaël Williams est professeur à temps partiel au Continental Theological Seminary



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires
  • Alexia Eyebe Il y a 4 années

    Seigneur je te remercie d'abord de m'avoir laissée le privilège de tomber sur cette parole de Michael Williams. Bénit le également avec toute sa famille . Seigneur aide moi à dire “non” au diable, aux autres, à moi-mêmes …
  • Bougie Il y a 9 années, 1 mois

    Merci Monsieur Williams... Très profond... Apprenons nous aussi . à dire non , à l' ennemi , à la chair et à nos désirs ou ambitions personnels . Merci aux " Non " que le Seigneur a opposés au menteur lors de toutes ses tentatives à le corrompre , dans le désert et ailleurs , et surtout à la plus ultime pour nous sauver...