L’histoire de Cindy

L’histoire de Cindy

Il y a une quarantaine d’années (ce qui ne me rajeunit pas…) j’ai fait la connaissance d’Anne-Marie, une jeune femme de ménage courageuse qui avait connu de terribles épreuves dans son enfance. 

À l’époque, mon mari et moi nous désespérions de ne pas avoir d’enfants et si je lui parlais du Seigneur, c’était certainement de façon timide, étant moi-même en pleine tourmente… et puis, au bout d’une dizaine d’années, Anne-Marie s’est séparée de son mari et elle est partie vivre aux États-Unis avec ses deux enfants. Nous nous sommes écrit de temps en temps et les années ont passé. 

Quelle n’a pas été ma surprise, récemment, de recevoir un message de sa fille Cindy, que j’avais connue toute petite ! Elle m’apprenait qu’à la suite d’un cancer, elle avait éprouvé une grande soif spirituelle, ce qui l’avait poussée à chercher une église. Elle s’était rendue dans une petite assemblée évangélique de son quartier et là, à sa grande surprise, elle avait rencontré l’une des infirmières qui l’avaient soignée à l’hôpital. Touchée par la gentillesse et le bon accueil des chrétiens, elle avait ouvert son cœur au Seigneur ! Quelques jours plus tard, elle m’a aussi écrit ce touchant petit mot :

« Depuis que j’ai mis Dieu au centre de ma vie, il ne m’arrive que de belles choses. Mon chemin se trace tout seul. » 

C’est maintenant elle qui pousse sa maman à se tourner à son tour vers le Seigneur, et je crois qu’elle y parviendra !

Cette histoire m’a bouleversée et m’a rappelé :

  • Que même si nous ne sommes pas en grande forme, nous devons parler du Seigneur à ceux qui nous entourent, car ils ont besoin du Seigneur, que nous nous sentions aptes à parler de lui ou pas. (« Dès le matin sème ta semence, et le soir ne laisse pas reposer ta main; car tu ne sais point ce qui réussira », Ecclésiaste 11.6)
  • Que le temps de Dieu est très différent du nôtre et que nos prières sont parfois exaucées au bout de très longues années, puisque pour le Seigneur, « mille ans sont comme un jour » (2 Pierre 3.8).
  • Que souvent, c’est par la souffrance que Dieu attire les hommes et les femmes à lui. Selon Job 36.15, « Dieu sauve le malheureux dans sa misère, et c'est par la souffrance qu'il l'avertit. »

Autour de nous, de multiples Anne-Marie, Cindy, Christophe, Sophie, Benoît, etc. ont soif de Dieu. Qu’il nous aide à transmettre son beau message à un monde qui en a cruellement besoin !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

👓  En cette période de crise : Change ton regard ! Regarde cette vidéo puis partage-la largement autour de toi ! #Changetonregard ❤️

1 commentaire