Mais qu’est-ce que j’ai fait là ?!

Mais qu’est-ce que j’ai fait là ?!

Tu te dis : "Mais qu’est-ce que j’ai fait là ?". C’est une réflexion qui vient à ton esprit régulièrement depuis que tu as décidé de suivre Jésus. Une simple phrase, mais qui peut être néfaste.

Pourquoi ? Parce qu’elle pointe vers le passé et porte des racines de regret. Le regret peut être par moment une bonne chose, car il nous amène à faire de meilleurs choix. Par contre, pour toi c’est l’inverse.

Tu as pris la plus belle des décisions. Tu as fait le meilleur choix : celui de suivre Jésus. Maintenant l’ennemi de ton âme est là, essayant de te faire regretter ce choix. Il cherche à te persuader qu’avant, tu avais plus et que tu étais plus important aux yeux des gens, même si tu te savais profondément malheureux.

J’ai une bonne nouvelle pour toi ! En réalité, cette réflexion est plutôt celle que l’ennemi a envers toi, car il réalise qu’il a été vaincu une fois de plus et qu’il a perdu gros! C’est l’ennemi qui se dit te concernant : "mais qu’est-ce que j’ai fait là à le laisser partir dans cette nouvelle vie pour vivre avec Dieu et le servir ?".

Comme dans le livre de l’Exode au chapitre 14, l’ennemi essaie de faire en sorte que sa pensée devienne aussi la tienne sans t’en apercevoir. Dans Exode 14, nous pouvons lire à deux reprises cette déclaration : "qu’est-ce qu’on a fait là ?!"

Le contexte est le suivant : le peuple d'Israël sort enfin de l’Égypte, de l’esclavage et

Pharaon se met à leur poursuite. Pharaon est le premier à dire à ses serviteurs : "Qu'avons-nous fait là ? Nous avons laissé Israël quitter notre service !"

Pharaon dans l'histoire représente l’ennemi. C'est certain, Satan (comme également certaines personnes de ton entourage) ne pensait pas que, comme le peuple d'Israël, tu sortirais de ton Égypte et que tu irais jusqu'au bout pour Jésus.

Ici, si tu remarques bien, c'est une question de service : " ils ont quitté notre service". Et oui, tu ne sers plus le même royaume. Avant tu faisais prospérer les affaires de l'ennemi et influençais bien des gens à faire le mal. Tu as décidé de manger l'agneau (Jésus) comme Israël (les princes avec Dieu 😉) et Dieu t'a fait sortir de l'Égypte . Mais comme le peuple, pour toi aussi cette pensée monte dans ton coeur :  Le peuple déclare à Moïse ( une image de Christ ) : " Que nous as-tu fait là , en nous faisant sortir D’Égypte ? Laisse-nous servir les Égyptiens. Mieux vaut pour nous servir les Égyptiens que mourir au désert “ (verset 11).

Remarque bien : le peuple a la même réflexion que Pharaon et en plus, il se retourne contre Moïse leur libérateur pour mettre en Lui la même pensée. C’est contagieux ce truc ! Malgré les 400 ans d’esclavage, ils semblent oublier rapidement l’esclavage et préfèrent adopter le mensonge de l’ennemi , qu’il est mieux et plus rassurant d’être esclave en Égypte que d’être libre avec Dieu.

Ce qu'il te faut discerner, c’est la porte d’entrée que l’ennemi utilise. Qu’est-ce qui motive ce genre de réflexion ? Ici, pour le peuple d'Israël , tout comme pour bien des personnes , c’est la peur … peur de manquer , peur que le plan de Dieu ne fonctionne pas , peur qu'Il te laisse tomber en chemin.

La porte, c’est la peur. Mais toi, n’aie plus peur ! Entends Dieu dans ton coeur te dire : "n’aie pas peur". Tout comme Moïse a pu déclarer au peuple : "N'ayez pas peur ! Tenez bon ! Et voyez le salut que Le Seigneur réalisera pour vous aujourd'hui". Plus loin, Dieu dira à Moïse de dire au peuple : "qu'on se mette en route" …alors qu'ils sont bloqués devant la mer ! Dieu ne semble pas voir les obstacles comme nous ! Dieu n’a pas peur !

Comment puis-je me mettre en route alors qu’il y a une mer d’impossibilités qui m’empêche d’avancer ? Mon passé, mes péchés, les conséquences de mes mauvais choix, ce qui m’influence et  dont je n’arrive pas à me détacher…..Ne t’inquiète pas, Dieu est bon et Il est grand….

Dieu me fait écrire cette pensée pour toi aujourd’hui et te dit : "N’aie pas peur , tiens bon !". De semaine en semaine, tu verras Le salut que le Seigneur réalisera pour toi. Remets-toi en route à 100 % avec Jésus. La Croix te suffit !

Le bâton que Moïse a levé devant la mer était une image de la puissance de la Croix face aux impossibilités ! L’oeuvre rédemptrice à la croix te suffit pour tout, en tout et à tout moment.

Lève-toi et remets-toi en route. Dieu sera au rendez-vous. Il n’y a pas de plus belle façon de commencer ce début d’année. La  question à ruminer dans ton esprit n’est plus : " mais qu’est-ce que j’ai fait là ?” Pense plutôt à Jésus et déclare :

"Merci pour ce que tu as fait là pour moi sur cette croix ! En toi, rien n’est perdu".



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires