À mi-chemin

À mi-chemin

En Suisse, un guide de montagne organisait des excursions pour amateurs. Le groupe partait le matin, s’arrêtait pour déjeuner dans un refuge et reprenait l’ascension après le repas afin d’atteindre le sommet. À ce moment-là, certains participants préféraient se reposer au refuge pendant que les plus courageux reprenaient la difficile ascension. Toutefois, quand le guide repassait par le refuge dans la soirée, il remarquait que ceux qui s’étaient arrêtés à mi-chemin, et qui avaient manqué le panorama grandiose du sommet de la montagne et la joie d’être allés jusqu’au bout, avaient l’air penaud. Ils savaient qu’ils avaient laissé passer un moment unique, une occasion qui ne se représenterait sans doute plus jamais à eux.

Heureusement pour nous tous, Jésus ne s’est pas arrêté à mi-chemin. Il a gravi Golgotha jusqu’au bout. Il a enduré le pire des supplices sans jamais faillir et à la fin, il a pu s’écrier : « Tout est accompli » (Jean 19.30). À travers son sang et ses larmes, il a alors pu contempler le plus merveilleux des panoramas : une multitude d’âmes sauvées de l’enfer grâce à lui, des myriades de personnes de tous les temps et de toutes les races rachetées pour l’éternité.

Il n’y a pas de gloire dans ce qui n’est pas achevé. Nous arrêterons-nous à mi-chemin ou poursuivrons-nous l’ascension jusqu’au bout, comme l’apôtre Paul qui a pu dire : 

« J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi » (2 Timothée 4.7) ? 

Le choix nous appartient !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire