Politique et vie Chrétienne 1

Politique et vie Chrétienne 1

Ca y est, elle est là...! Qu’est-ce qui est là ? La saison des élections !

 

Nous en «mangeons» à tous les repas, matin, midi et soir, même au goûter ! Nous risquons tous l’indigestion, mais c’est comme cela tous les 5 ans en France: Nous élisons notre Président de la République et dans la foulée, nos nombreux députés !

 

Voici une excellente occasion pour réfléchir à certaines questions sur les rapports entre foi et politique, cela, quelle que soit notre nationalité: 

 

En tant que pasteurs et responsables d’oeuvres chrétiennes, quelle attitude devons nous suivre, quel code de conduite tenir ?

 

Avons-nous le droit de partager nos opinions politiques ? Devons-nous rester dans un devoir de réserve et ne pas aborder ces questions à l’église ?

 

La première réponse qu’il soit possible d’apporter ici, est celle du respect du droit de vote. 

 

Ne nous y trompons pas: voter est un privilège. Notre démocratie est peut-être remplie de défauts, elle a sans doute besoin de nouveaux visages et d’avancées, mais elle a le mérite d’exister et voter, même si nous ne sommes pas d’accord avec les partis politiques existants, y est toujours un droit. 

 

Pour avoir passé 8 années, dans un pays communiste, je sais que le droit de vote, est un honneur rare. Que le résultat des élections ne soit pas connu à l’avance, pouvoir exprimer librement ses divergences de points de vue sans risquer l’arrestation, avoir le choix entre plusieurs partis... sont autant d’éléments qui semblent normaux en France, mais qui malheureusement ne le sont pas dans beaucoup d’autres pays.

 

Oui, nous avons le droit (et le devoir?) en tant que croyants, d'avoir des opinions politiques, même si, pour paraphraser les paroles de notre Seigneur Jésus: «notre royaume n’est pas de ce monde».

 

 Oui, comme le mentionne Hébreux (11:13-16): 

«...ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre. Ceux qui parlent ainsi montrent qu'ils cherchent une patrie. S'ils avaient eu en vue celle d'où ils étaient sortis, ils auraient eu le temps d'y retourner. Mais maintenant ils en désirent une meilleure, c'est-à-dire une céleste. C'est pourquoi Dieu n'a pas honte d'être appelé leur Dieu, car il leur a préparé une cité.»

 

Cependant, nous avons été établis sur cette terre pour porter Sa lumière dans ce monde de ténèbres: 

 

Jean 17:15-17: 

«Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal. Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Sanctifie-les par ta vérité: ta parole est la vérité

 

Notre mission est d’être Ses témoins, «le sel de la terre et la lumière du monde» pour influencer le pays où nous habitons !

 

Ainsi, au nom de nos frères et soeurs dans la foi, persécutés; au nom de ceux et celles qui se battent et meurent pour que leurs enfants aient un jour ce droit; au nom de nos ancêtres qui ont donné leur vie pour que nous jouissions de cette liberté...

Si vraiment personne ne vous plait, votez blanc, mais votez !

 

Oui, en tant que responsables du corps de Christ nous devons montrer l’exemple et encourager à aller voter, quand ces élections sont libres et démocratiques ! 

 

 

Quel dirigeant choisir ? Un dirigeant chrétien est-il automatiquement meilleur qu’un non-chrétien ? 

 

En tant que pasteur, je n’ai pas le droit de donner mon avis politique personnel pour influencer les croyants qui sont sous ma responsabilité. Nous sommes les bergers du troupeau de Dieu, pas ses propriétaires. De plus, l’histoire de l’Eglise prouve qu’il est toujours extrêmement dangereux de mélanger politique et foi, dans l’intérêt même de la construction du Royaume de Dieu.

 

Cependant, quelques réflexions sont possibles:

 

L’histoire montre que le fait pour un gouvernant d’être «né de nouveau» ne signifie malheureusement pas qu’il ou elle sera automatiquement un excellent dirigeant. De la même façon, le fait de ne pas être chrétien, n’est pas non plus synonyme de mauvais leadership...

 

Mais à tout prendre, si j’ai le choix, je préférerai pour diriger ma Nation, que ce soit quelqu’un pour qui, les valeurs de l’évangile signifient quelque chose.

 

Je préférerai quelqu’un qui croit que la vie est sacrée de la conception à la mort naturelle. Quelqu’un qui ne trouve pas normal que les hommes aient le droit de «jouer à Dieu». 

Un dirigeant pour qui le respect des droits de chaque individu, des libertés d’expression et du libre exercice du culte, ne soient pas les otages de courants intolérants ou «bien pensants», mais soient garantis pour tous équitablement.

 

Si notre pays devait passer par des temps de crise, j’aimerais que ce soit un dirigeant qui puisse s’humilier devant Dieu et l'appeler à l’aide comme le fit Salomon (1 Rois 3:9-10)...

 

 

Nous faut-il accepter les résultats des élections ? Devons-nous respecter un dirigeant opposé aux valeurs de l’évangile ? Ai-je le droit d’insulter, ou de désobéir à un dirigeant pour qui je n’ai pas voté ?

 

La Bible est claire à ce sujet que ce soit dans l’Ancien ou le Nouveau Testament:

 

Notre première responsabilité en tant qu’enfants de Dieu est de prier pour nos dirigeants, quels qu’ils soient, bons ou mauvais !

 

1Timothée 2:1-4: «J'exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité.»

 

Esdras 6:10: «...qu'ils offrent des sacrifices de bonne odeur au Dieu des cieux et qu'ils prient pour la vie du roi et de ses fils.» 

 

Jérémie 29:7: «Recherchez le bien de la ville où je vous ai menés en captivité, et priez l'Eternel en sa faveur, parce que votre bonheur dépend du sien.»

 

 

 

A suivre ... !



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Le livre de Rachel Miquel Dufour est sorti !

A l’heure où le mot « sexe » est utilisé pour vendre tout et n’importe quoi et que beaucoup se posent des questions sur comment aborder le sujet en couple, en famille et même entre amis, Rachel Miquel Dufour nous offre une vision de la sexualité équilibrée, avec un angle novateur… Sexualité et spiritualité pourraient donc être associées (?!). Découvrez "Hourra pour le va-jay-jay" (en partenariat avec Paul et Séphora)

Merci, sincèrement merci...

Merci car c’est grâce à vous que le TopChrétien et ses contenus existent et sont disponibles gratuitement. Grâce à vous qui priez... qui nous soutenez... qui utilisez nos services... Nous vous aimons et prions que Dieu vous bénisse en toute chose !

David Nolent, Directeur du TopChrétien et son équipe

 

20 commentaires
  • ELIO Il y a 7 années, 3 mois

    Bonjour stalt. S’agissant « du politique » (avec notre part : prier, alerter) je lui laisserai donc son chemin, son devenir car rien ne se fait sans la volonté de Dieu. Mon propos était surtout de montrer qu’il vaut mieux être ‘’prisonnier de l’Evangile ‘’, car le joug du Seigneur est doux, sachant qu’il nourrit son peuple dans sa longue marche dans le désert (Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu'elle s'envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d'un temps, loin de la face du serpent. Ap. 12 :14) le préparant à entrer dans la vraie terre promise, son Royaume qu’il lui a promis. Quant à votre questionnement : « N'auriez vous pas voulu vivre sous Moîse ? Le véritable régime Théocrate. » Je dirais Oui, parce que j’aurai vu des choses grandioses. Non, parce qu’étant pécheur je n’aurais pas vécu longtemps sous cette loi, préférant donc de loin la loi de l’Amour (mais de la sainteté) instaurée par Jésus. Et : « n'auriez vous pas voulu vivre sous le reigne du roi David ? un Roi donc un gouvernement Royaliste. Ne pensez-vous pas que le gournement du roi David était plus juste que n'importe quel démocratie ? » L’Histoire de David, son parcours qui laisse é désirer, nous montre surtout que se reconnaissant pécheur il aspirait grandement à ce Salut à venir en Christ. S’il attendait, par la foi, ce que nous possédons maintenant, la question ne se pose donc même pas. Mais je précise quand même : non ! Car le même Esprit qui animait sa foi et son espérance me garantit la certitude de mon salut dans cette loi parfaite manifestée sur la croix. Salutations.
  • ELIO Il y a 7 années, 3 mois

    1) Ma réponse à stalt Tout d’abord, il est plusieurs types de démocraties : A la base, c’est un système de gouvernement dans lequel le peuple exerce sa souveraineté, lui-même, directement sans intermédiaire représentatif ; ce qui en réalité ne peut être, étant donné que déjà avec deux personnes les avis ou la réflexion diffèrent sur un sujet donné. Alors avec un groupe ou un peuple entier…Ce qui conduit forcément à une démocratie représentative (gouvernement) issue d’une majorité. Car autant il y a eu de gouvernements, autant il y a eu de démocraties. Si à la base il y a bien des thèmes établis comme valeurs immuables, l’édifice peut s’effriter par les apports des uns et des autres. Car en réalité, une démocratie se construit des désirs des uns et des autres avec une résultante bonne ou mauvaise au regard de « l’arbre de la connaissance du bien et du mal ». C’est pourquoi tout système démocratique est malléable dans le temps. Et on le voit bien de nos jours lorsqu’une représentativité, sensé être la voix du peuple, opte pour la légalisation de l’avortement (Un exemple parmi d’autres). Si chaque gouvernement a sa vision ‘’démocratique’’, d’où ses décrets et ses lois, il va sans dire que chaque pays, chaque civilisation a la sienne.
  • ELIO Il y a 7 années, 3 mois

    2) Une démocratie est donc bonne, juste, équitable lorsqu’elle exprime un esprit qui tient compte de la loi Divine (les valeurs positives) qui est à son origine et que nul n’est sensé ignorer. Ceci pour dire que la démocratie par excellence, n’est pas sans sa représentativité Divine. On a alors la relation : Volonté de Dieu = voix du peuple, ou un même esprit. C’est donc ce qui sera car il est bien écrit « De David. Psaume. Parole de l'Éternel à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, Jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied. » (110 :1). Alors, pourquoi donc ‘’imposer une théocratie’’* ? Nous savons bien que notre Dieu ne force personne, sa liberté étant bien le libre choix (L’Amour ne force point), la décantation se fait d’elle-même.
  • Afficher tous les 20 commentaires