Prêcher un message positif

Prêcher un message positif

Prêcher un message positif est une de mes passions. Il y a trop de sermons négatifs. Les gens ont faim de bonnes nouvelles. Marc nous dit au commencement de son évangile : « Jésus alla dans la Galilée, il prêchait la bonne nouvelle de Dieu et disait : Le temps est accompli et le royaume de Dieu est proche. Repentez–vous et croyez à la bonne nouvelle. » ( Marc 1 :14-15).  

John Chrysostome (347-407), connu sous le nom « bouche dorée », était un homme considéré par beaucoup comme un de plus grands prédicateurs dans l’histoire de l’église. Il construisait ses prédications sur cinq principes :

-      Une excellente connaissance de la Bible

-      Une bonne maîtrise du langage

-      Un cœur plein de compassion pour les âmes

-      Une capacité à relier la théologie à la vie quotidienne

-      Un enthousiasme passionné pendant la prédication 

Une excellente connaissance de la Bible.

L’autorité et le caractère central de la Bible ne peuvent être compromis dans une prédication persuasive qui changera les vies. La Parole de Dieu est puissante dans les mains du Saint Esprit. Elle produit la foi chez les auditeurs. Elle devient source de direction, de sagesse, d’assurance et d’espoir pour le futur. Elle encourage, console et lance des défis. Elle transforme les vies et reconstruit les individus dans leur relation avec Dieu et avec les autres. Pendant plusieurs décennies, au cours du vingtième siècle, l’évangéliste Billy Graham a été connu pour son expression familière « La Bible dit ».  

Une bonne maîtrise du langage.

Les prédicateurs doivent travailler dur sur leur langage ; il est si facile de glisser vers une sorte de «  langage pieux ». Trois erreurs sont généralement faites. La première est de parler en termes théologiques qui sont familiers aux chrétiens matures, mais pas nécessairement aux jeunes croyants et aux in convertis.

La deuxième erreur est de penser que nous employons un langage courant, alors qu’en réalité nous utilisons un  langage « d’église » du passé, pas nécessairement théologique mais très religieux.  

La troisième erreur est d’utiliser un style particulier de prédication. Un des responsables de l’aéroport de Gatwick de Londres m’a expliqué pourquoi ils ne faisaient plus d’annonces de départ de vol. «  Si vous devez faire beaucoup d’annonces au micro, les passagers deviennent ce que l’on appelle « sourds au micro » et ne les entendent plus tout simplement. » Quelques membres de notre congrégation sont devenus « sourds aux sermons » parce que le style et le langage leurs sont trop familiers. Le contenu de différents sermons appelle souvent pour différents styles et langages.  

Un cœur plein de compassion pour les âmes.

Dans la plupart des congrégations, il y a des personnes meurtries et souffrantes. Certaines ont eu un semaines difficile et elles se demandent comment elles vont aborder la semaine suivante. Les églises devraient être des lieux où des vies brisées pourront être reconstituées ; où des personnes perdues pourront trouver un but et un sens à leur vie par la foi en Christ.  

Matthieu 9 :36 nous rappelle : « A la vue des foules, il en eut compassion, car elles étaient lassées et abattues. » 

Une capacité à relier la théologie à la vie quotidienne.

Un de mes associés a dit que trop de sermons pendant trop de dimanches dans trop d’églises sonnent de façon théologique, sont  précis dans l’ exégèse mais sont sans rapport avec la pratique. 

Un sermon peut être considéré «  excellent » par quelques congrégations, mais il peut manquer de sens pratique. Par exemple, au Royaume Uni, 50% des évangéliques interrogés n’ont jamais entendu un sermon sur le travail.  

Un enthousiasme passionné pendant la prédication.

L’effet potentiel d’un bon contenu peut être perdu quand la façon de délivrer le message est ennuyeuse et sans vie. Les gens regardent celui qui délivre le message aussi bien que le contenu de ce message. Provient-il du cœur ?

Si  le prédicateur est emballé et enthousiasmé par son message, alors la congrégation est plus à même d’être saisie et motivée par ce message également.

Prêcher avec un enthousiasme passionné ne signifie pas que nous devons crier, mais l’enthousiasme, la passion et la conviction doivent toujours être présents.

Source : « 50 Ways to Help Your Church Grow » ( 50 manières d’aider votre église à croître) par David Beer(En tant que pasteur de Frinton Free Church, dans le sud-est de l’Angleterre, David Beer a connu une formidable croissance dans sa congrégation depuis qu’ils sont devenus une Eglise Conduite par un But. Il dit que votre prédication doit être positive pour atteindre les in convertis.)



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire