2/2 - Que se passe-t-il lors de la nouvelle naissance ?

2/2 - Que se passe-t-il lors de la nouvelle naissance ?

Seconde partie. (Lire la première partie.)

Jean 3.1–10

Mais il y avait parmi les Pharisiens un chef des Juifs, nommé Nicodème;
il vint de nuit auprès de Jésus et lui dit: Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de la part de Dieu; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui.
Jésus lui répondit: En vérité, en vérité je te le dis, si un homme ne naît de nouveau il ne peut voir le royaume de Dieu.
Nicodème lui dit: Comment un homme peut-il naître quand il est vieux? Peut-il une seconde fois entrer dans le sein de sa mère et naître?
Jésus lui répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu.
Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit.
Ne t’étonne pas que je t’aie dit: il faut que vous naissiez de nouveau.
Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi de quiconque est né de l’Esprit.
Nicodème reprit la parole: Comment cela peut-il se faire?
Jésus lui répondit: Tu es le docteur d’Israël, et tu ne sais pas cela! 

Nous terminons le message intitulé « que se passe-t-il lors de la nouvelle naissance ? »

Jésus dit à Nicodème dans Jean 3.7 : « Ne t’étonne pas que je t’aie dit : il faut que vous naissiez de nouveau. » Et dans le verset 3 il dit à Nicodème comme à nous : « En vérité, en vérité je te le dis, si un homme ne naît de nouveau il ne peut voir le royaume de Dieu. »

Il ne s’agit donc pas de quelque chose de marginal ou d’optionnel ou d’une façade de la vie chrétienne. La nouvelle naissance n’est pas comme le maquillage que les pompes funèbres utilisent pour donner à un mort l’apparence d’un vivant. La nouvelle naissance est la création de la vie spirituelle, et non une imitation de la vie.

Nous avons commencé à répondre à la question : Que se passe-t-il lors de la nouvelle naissance ?

Dans la première partie, nous avons vu deux affirmations :

1) Ce qui se passe dans la nouvelle naissance n’est pas l’acquisition d’une nouvelle religion, mais d’une vie nouvelle.

2) Ce qui se passe dans la nouvelle naissance n’est pas seulement l’affirmation du surnaturel qui est en Jésus mais l’expérimentation du surnaturel dans notre vie.

LA VIE NOUVELLE PAR LE SAINT-ESPRIT

Nicodème était un Pharisien très religieux, mais il n’avait pas de vie spirituelle. Il a cependant vu l’œuvre surnaturelle de Dieu en Jésus, mais il n’a pas expérimenté l’œuvre surnaturelle de Dieu en lui-même. En joignant deux points mentionnés dans la première partie, nous pouvons dire que Nicodème avait besoin, selon Jésus, d’une nouvelle vie spirituelle transmise de manière surnaturelle par le Saint-Esprit. Ce qui rend cette nouvelle vie spirituelle et ce qui la rend surnaturelle, c'est qu’il s’agit de l’œuvre de l’Esprit de Dieu. C’est une chose qui dépasse notre vie naturelle, notre cœur physique et notre cerveau.

Dans le verset 6, Jésus dit : « Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. » Dans un sens, la chair a une vie. Chaque être humain est vivant dans la chair. Mais chaque être humain est aussi un esprit vivant. C'est-à-dire qu’il a une vie spirituelle. Jésus dit « nous devons naître dans l’Esprit. » La chair donne un certain type de vie et l’Esprit donne un autre genre de vie. Si vous n’avez pas le deuxième vous ne verrez pas le royaume de Dieu.

PAR L’ESPRIT, EN JÉSUS

Dans la première partie, nous avons remarqué deux choses très importantes : Le lien avec la naissance de Jésus et la nouvelle naissance à la foi.

Jésus dit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie » (Jean 14.6). L’apôtre Jean dit : «Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est en son Fils. Celui qui a le Fils a la vie; celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie. » (1 Jean 5.11-12). D’un côté, la nouvelle vie dont nous avons besoin est « dans le Fils » - Jésus est cette vie. Si vous avez Jésus, vous avez une nouvelle vie spirituelle et éternelle. Et d’un autre côté, dans Jean 6.63, « C’est l’Esprit qui vivifie. » et à moins que vous soyez né de l’Esprit, vous ne pouvez pas entrer dans le royaume de Dieu (Jean 3.5).

Nous recevons la vie en étant connectés avec le Fils de Dieu qui est notre vie, et nous avons la vie par l’œuvre du Saint-Esprit. Nous concluons que l’œuvre de régénération de l’Esprit a un impact sur notre nouvelle vie en nous liant à Christ. Comme Jean Calvin le dit : « Le Saint-Esprit est le lien par lequel Christ nous unit effectivement à lui. » (Institution de la religion chrétienne, IIIn1,1).

UNIS À JÉSUS PAR LA FOI

Puis, nous avons établi une connexion avec la foi de la façon suivante. Jean 20.31 dit : « Mais ceci est écrit afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom. » Et 1 Jean 5.4 dit : « parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde, et voici la victoire qui triomphe du monde : notre foi. » Née de Dieu – la clé de la victoire. La foi – la clé de la victoire. La foi est le moyen par lequel nous expérimentons que nous sommes nés de Dieu.

Dans la nouvelle naissance, le Saint-Esprit nous donne une nouvelle vie spirituelle de façon surnaturelle en nous connectant avec Jésus-Christ par la foi.

LA NOUVELLE NAISSANCE : UNE NOUVELLE CRÉATION, ET NON UNE AMÉLIORATION DE L’ANCIENNE

Ce qui nous amène au troisième point de description de ce qui se passe lors de la nouvelle naissance. Il ne s’agit pas de l’amélioration de notre nature humaine, mais de la création d’une nouvelle nature humaine, une nature pardonnée et purifiée qui correspond à qui nous sommes vraiment. Il s’agit d’une nature réellement nouvelle, qui est formée en nous par la présence du Saint-Esprit en vous.

Je vais vous donner une version courte du cheminement qui m’a conduit à cette observation. Dans Jean 3.5, Jésus dit à Nicodème : « En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. » Que veut dire Jésus par ces deux expressions : « naître d’eau et d’Esprit » ? Certaines dénominations croient que ceci est une référence à l’eau du baptême comme étant un moyen que l’Esprit utilise pour nous unir à Christ. Par exemple, un site web donne l’explication suivante :

Le saint baptême est le fondement de toute la vie chrétienne, la porte de la vie dans l’Esprit et la porte qui nous donne accès aux autres sacrements. Au travers du baptême nous sommes libérés du péché et nous naissons de nouveau en tant que fils de Dieu; nous devenons membres du Christ, inclus dans l’Eglise et partageant sa mission : « Le baptême est le sacrement de la régénération par l’eau de la parole. »

Des millions de personnes ont été enseignés selon le principe que leur baptême les a faits naître de nouveau. Si cela n’est pas vrai, c’est une grande tragédie. Et je ne crois pas que ce soit vrai. Alors que veut dire Jésus ?

POURQUOI « L’EAU » N’EST PAS UNE RÉFÉRENCE AU BAPTÊME DANS JEAN 3

Voici plusieurs raisons pour lesquelles je pense que l’eau n’est pas, dans ce passage, une référence au baptême chrétien. Ensuite nous verrons où nous conduit le contexte.

1) Il n’y a pas de mention du baptême dans le reste du chapitre

Premièrement, si c’est une référence au baptême chrétien et si c’est essentiel pour la nouvelle naissance comme certains le disent, il semble étrange que cela ne figure pas dans le chapitre où Jésus nous parle de la vie éternelle. Verset 15 : « Afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle. » Verset 16 : « afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle. » Verset 18 : « Celui qui croit en lui n’est pas jugé. » Si le baptême était si essentiel, il est étrange qu’il ne soit pas mentionné à côté de la foi.

2) La notion de baptême ne colle pas avec l’analogie du vent

Deuxièmement, l’analogie du vent dans le verset 8 semble étrange si le fait d’être né de nouveau est si fermement lié à l’eau du baptême. Jésus dit : « Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi de quiconque est né de l’Esprit. » Cela semble dire que Dieu est aussi libre que le vent pour causer notre régénération. Mais il est peu probable que cela se passe chaque fois qu’un enfant reçoit les quelques gouttes de l’eau du baptême. Donc dans ce cas le vent serait restreint par le sacrement.

3) L’idée du baptême ne correspond pas aux réprimandes que Jésus fait à Nicodème

Troisièmement, si Jésus fait référence au baptême chrétien, il semble étrange qu’il dise à Nicodème, le Pharisien dans le verset 10 : « Tu es le docteur d’Israël, et tu ne sais pas cela ! » Cela a du sens si Jésus fait référence à un sujet enseigné dans l’Ancien Testament. Mais s’il fait référence au baptême, le sujet viendra plus tard et tirera sa signification de la vie et de la mort de Jésus. Il ne semble pas plausible qu’il reprenne Nicodème parce qu’un enseignant en Israël ne comprenait pas ce qu’il disait.

4) Eau et Esprit sont liés aux promesses de la Nouvelle Alliance

Enfin, cette affirmation du verset 10 nous renvoie à l’Ancien Testament. Nous trouvons que l’eau et l’Esprit sont très liés dans les promesses de la Nouvelle Alliance, particulièrement, dans Ezéchiel 36.

Lisons ce texte, il est le fondement du reste de ce message.

L’EAU ET L’ESPRIT DANS EZÉCHIEL 36

Ezéchiel prophétise ce que Dieu fera pour son peuple lorsqu’il le ramènera de son exil à Babylone. Les implications sont très étendues et ne concernent pas seulement le peuple d’Israël. En effet, dans Luc 22.20, Jésus affirme que la Nouvelle Alliance sera scellée par son sang pour tous ceux qui croiront en lui. Ceci est une version des promesses de la Nouvelle Alliance comme celle qui se trouve dans Jérémie 31.31 ff. 

Ezéchiel 36.24-28:

Je vous retirerai d’entre les nations, je vous rassemblerai de tous les pays et je vous ramènerai sur votre territoire. Je ferai sur vous l’aspersion d’une eau pure, et vous serez purifiés; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. Je vous donnerai un cœur nouveau et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de votre chair le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai mon Esprit en vous et je ferai que vous suiviez mes prescriptions, et que vous observiez et pratiquiez mes ordonnances. Vous habiterez le pays que j’ai donné à vos pères; vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu.

Je crois que ce passage est l’origine des paroles de Jésus :« Si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu » (Jean 3.5).

A qui dit-il : « vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu. » (Verset 28) ? A ceux à qui il dit dans le verset 25 : « Je ferai sur vous l’aspersion d’une eau pure, et vous serez purifiés; je vous purifierai de toutes vos souillures. » Et au verset 26 à ceux à qui il dit : « Je vous donnerai un cœur nouveau et je mettrai en vous un esprit nouveau. » Autrement dit, ceux qui entreront dans le royaume de Dieu sont ceux qui auront été renouvelés, ce qui implique la purification du vieil homme et la création d’un cœur nouveau.

J’en conclus que l’eau et l’Esprit sont deux aspects du renouvellement qui a lieu au moment de notre nouvelle naissance. Et voici la raison pour laquelle ceci est si important : Lorsque nous disons qu’un nouvel esprit ou un nouveau cœur nous est donné, nous ne voulons pas dire que nous cessons d’être des êtres humains, redevables moralement comme nous l’avons toujours été. J’étais l’être humain unique John Piper avant d’être né de nouveau, et je suis l’homme John Piper après être né de nouveau. Il y a là une continuité, c’est pourquoi il doit y avoir purification. Si le vieil homme, John Piper, était totalement anéanti, tout le concept du pardon et de la purification serait hors de propos. Il ne resterait rien du passé à pardonner ou à purifier.

Nous savons que la Bible dit que notre vieille nature a été crucifiée (Romains 6.6), que nous sommes morts avec Christ (Colossiens 3.3), et que nous devons « nous considérer comme morts » (Romains 6.11), et nous « dépouiller de notre vieille nature » (Ephésiens 4.22). Mais rien de tout cela ne signifie que notre nature humaine disparaît au cours de notre vie. Cela signifie qu’il y avait une ancienne nature, une ancienne façon d’être, ou des principes anciens ou tordus qui ont eu besoin d’être modifiés.

Nous devons considérer que notre nouveau cœur, notre nouvel esprit, notre nouvelle nature fait toujours de nous la même personne et qu’elle a donc besoin d’être pardonnée et purifiée. C’est la raison de la référence à l’eau. Ma culpabilité doit être lavée. La purification par l’eau en est une image.

Voici comment Jérémie 33.8 exprime cela : « Je les purifierai de toutes les fautes par lesquelles ils ont péché contre moi. Je leur pardonnerai toutes leurs fautes par lesquelles ils ont péché contre moi, par lesquelles ils se sont révoltés contre moi. » La personne que nous sommes et qui continue à exister doit donc être pardonnée, et notre culpabilité enlevée. 

LE BESOIN D’ÊTRE RENOUVELÉ

Mais le pardon et la purification ne sont pas suffisants. Je dois être renouvelé. J’ai besoin d’être transformé. J’ai besoin de la vie. J’ai besoin de voir, de penser d’une nouvelle façon et d’évaluer à nouveau de qui a de la valeur. C’est pourquoi Ezéchiel parle d’un cœur nouveau et d’un esprit nouveau dans les versets 26 et 27 : « Je vous donnerai un cœur nouveau et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de votre chair le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai mon Esprit en vous et je ferai que vous suiviez mes prescriptions, et que vous observiez et pratiquiez mes ordonnances. » 

Voici comment je comprends ces versets : Le cœur de pierre signifie que l’ancien cœur était insensible à la réalité spirituelle, c’est le cœur que vous possédiez avant la nouvelle naissance. Il réagissait avec passion et exprimait de nombreux désirs. Mais il était de pierre face à la vérité spirituelle et à la beauté de Jésus-Christ, à la gloire de Dieu et au chemin de la sainteté. C’est cela qui doit changer si nous voulons voir le royaume de Dieu.

Dans la nouvelle naissance, Dieu prend notre cœur de pierre et le remplace par un cœur de chair. Le mot « chair » ne signifie pas « simplement humain » comme dans Jean 3.6. Il signifie « tendre, vivant, sensible et réactif » au lieu d’une pierre sans vie. Notre indifférence face à Christ, alors que nous étions comme une pierre morte, est remplacée, dans la nouvelle naissance, par un cœur qui ressent (spirituellement) la valeur de Jésus.

Puis, lorsqu’Ezéchiel dit dans les versets 26 et 27, « je mettrai en vous un esprit nouveau… Je mettrai mon Esprit en vous et je ferai que vous suiviez mes prescriptions, » je pense qu’il veut dire que par notre nouvelle naissance, Dieu met en notre cœur une vie spirituelle vivante et surnaturelle. Et cette nouvelle vie, ce nouvel esprit est l’œuvre du Saint-Esprit qui donne lui-même forme et spécificité à notre nouveau cœur.

L’image présente dans mon esprit est celle d’un nouveau cœur vivant, réactif, sensible et chaleureux semblable à une boule de terre modelable, et le Saint-Esprit venant à l’intérieur lui donne une forme morale et spirituelle à sa propre image. Puisqu’il est lui-même en nous, notre cœur et notre esprit s’imprègnent de son caractère et de son esprit (cf. Ephésiens 4.23).

RECEVEZ-LE COMME VOTRE TRÉSOR

Prenons maintenant du recul et résumons ces deux derniers messages.

Que se passe-t-il lors de la nouvelle naissance ? Le Saint-Esprit nous donne une vie spirituelle de façon surnaturelle en nous connectant avec Jésus-Christ par la foi. Ou encore, pour dire les choses différemment, l’Esprit nous unit à Christ lorsqu’il y a purification de nos péchés, et il remplace notre cœur dur et insensible par un cœur tendre qui accorde beaucoup de valeur à Jésus, par-dessus toute autre chose. Ce cœur se laisse transformer par la présence de l’Esprit à l’intérieur d’un cœur qui aime faire la volonté de Dieu (Ezéchiel 36.27).

Puisque tout ceci est vécu par la foi, je vous invite maintenant, au nom de Jésus et par la puissance de son Esprit, à le recevoir comme le trésor de vie qui pardonne les péchés et qui nous transforme.

 

Lire la première partie.

Avec autorisation de notre partenaire DesiringGod.org

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

6 commentaires
  • Michel BLUM Il y a 2 mois, 3 semaines

    Bonjour, je partage un document sur la nouvelle naissance, qu'en pensez-vous ? 1/9 LA NOUVELLE NAISSANCE Préambule : Dans un jour unique, un événement majeur se produisit jadis, exceptionnel et mémorable, il donna enfin un sens réel à la vie, une raison d’être à l’existence, véritable, comme enfouie sous les décombres de la destruction, exterminée par le souffle ravageur du désir et que l’arbre de la séduction a libéré par son fruit si beau et délectable en apparence. Il fût si puissant qu’il fit sourdre du milieu de la nuit, la résurgence de la vie perdue, cet espoir usé, affaiblit et fatigué par le temps, noyé dans les larmes, les soupirs de l’âme des prières inexaucées. Devenu semblable à une chimère, à un mirage qui parait ne faire que reculer, une onde devenue imperceptible, celle d’un caillou jeté dans l’eau depuis trop longtemps déjà, le cri du Roi qui venait de naître manifestant sa gloire. Certains sans doute, présument qu’ici, il est parlé de la naissance de celui qui est appelé l’enfant Jésus, tandis qu’en vérité, il n’est pas vraiment question d’un bœuf et d’un âne, de bergers où de rois mages, de consternantes, mais plutôt d’essence et d’éther distillés par les cieux, par la senteur du parfum au nard le plus raffiné et l’agrément divin d’une offrande de bonne odeur. Cette forme de naissance est issue et engendrée par l’amour du Dieu très haut, allant jusqu’à se frayer un passage par la céleste matrice, pour descendre jusqu’à nous, tête la première, couronnée de gloire et d’honneur, une gloire unique, celle du fils manifesté dans la splendeur de son Père. 2/9 L’objectif : Voilà où nous voulons en venir, vous faire connaître le véritable en qui nous sommes, empreinte d’une connaissance donnée en toute sagesse, issue d’une expérience nouvelle, ancienne et intégralement restaurée et que Michel aussi, nous a fait connaître, celle de la vie qui vient au monde. Pour vous laisser une trace de ce qui a été fait, de ce qui est et de ce qui se fera sous peu, pour notre plus grand bonheur, pour le vôtre et celui de tous ceux qui auront la faveur de la voir et de la suivre. Pour vous informer dans le détail, vous révéler la marche à suivre et la divine procédure de l’Esprit. Il entre dans sa demeure par la lumière et partage son repas, il va dans la chambre et pointe alors son doigt sur des choses qui ne pouvaient être vues dans l’obscurité, ces trésors cachés, ces merveilles ineffables qui ne peuvent être volées et qui pourtant sont là, sous les yeux même des aveugles avides et qui ne peuvent ni les voir ni les comprendre. C’est là où il veut vous emmener, c’est ce qu’il veut faire pour nous et qu’il nous donne aujourd’hui encore, gratuitement et à tous les petits enfants qui veulent apprendre et recevoir de lui. Cependant, une chose est sûre, mais celle-ci en revanche n’est ni joyeuse, ni heureuse. Mais néanmoins, elle est couverte par son amour, par l’arc-en-ciel dans la nuée céleste, afin qu’il se souvienne de sa promesse, pour ne plus détruire la terre à cause de la méchanceté de nos cœurs. Car rien ne change, nous sommes toujours ce que nous étions, fidèles à nous-mêmes, une espèce lente à croire et à comprendre et n’allez pas penser qu’il s’agit ici de ceux qui sont mort, car c’est bien de ceux qui sont vivants dont il est question. En effet, qui se serait levé pour croire en Christ et le suivre sur son chemin, pour comprendre qu’il était Emmanuel s’il n’avait pas manifesté sa gloire ? Mes amis, de simples paroles, même divines soient-elles, nous auraient-elles suffi pour croire la vérité et marcher en elle au milieu de tant de perversions ? Ne pensez-vous pas qu’elles auraient résonnées à nos oreilles comme étant celles d’un fou bon pour l’asile et qu’il se serait retrouvé seul, avec une tête ayant un corps sans vie ? 3/9 L’enfantement : Cependant, le royaume des cieux quant à lui, a toujours été là, au-dedans de nous. Et c’est un fait et c’est un trésor caché qui est inaccessible pour beaucoup de monde, trop de monde. Là aussi la divine matrice, celle-là même de laquelle Christ est sortie et d’ailleurs, où est-il le sage, où est-il l’intelligent, celui qui est en mesure de pouvoir nous faire connaître ce mystère et nous expliquer dans le détail le plus précis, de quelle manière le Christ est sorti d’elle, n’y a-t-il personne ? Point de sage, point d’intelligent en effet, si ce n’est l’Esprit de Christ. À lui le poids et la mesure de ce qui s’est passé, de ce qu’il nous explique pour la gloire de son nom. Mes amis comprenez et saisissez ce qui s’est passé en ce jour où son précurseur, de ses mains mouillées, lui donna son destin. Pouvez-vous voir comme les nuages soudain s’écartèrent, sentir comme le soleil brillant de lumière se mit à resplendir sur lui pour lui révéler qu’il était la lumière qu’il avait toujours été ? Gardez vos yeux fixés sur lui car vous ne serez pas déçu, vous allez enfin voir ce qui aurait pu être vu depuis longtemps, la tête sortant de la matrice. Et moi, qu’en ai-je fait de cette lumière du premier jour, lorsque je vivais heureux dans le plus beau jardin, écoulant des jours paisibles ? Car lorsque je la vis, la douceur de ses rayons caressait mon âme, tous les jours elle faisait mes délices, je me délectais de son succulent nectar, j’étais ravi de jeunesse par une seule goutte de ce breuvage exquis, j’étais sans cesse ivre d’allégresse, je chantais ses louanges, je n’avais pas conscience que je n’étais pas revêtu et que le monde me prenait pour un nigaud qu’on essayait d’aider par une sagesse que je ne connaissais pas et qui m’apporta tant de maux au jour où je me laissai séduire par elle. Lorsque mes yeux se sont ouverts, ils se sont alors fermés car j’ai vu ce que je n’aurai pas dû voir et j’ai compris, amer, ce que je n’aurai pas dû comprendre. Je n'arrivais alors plus à croire en la lumière, je ne pouvais ni n’osais plus la regarder, elle était devenue aveuglante, car comment pouvais-je encore croire que j’étais la lumière alors que j’étais nu, la lumière n’est-elle pas revêtue de tous les pouvoirs et moi, le suis-je ? 4/9 Je me sentais troublé, trompé et désabusé, la lumière m’apparaissait comme étant un mensonge irréfutable, mes yeux étaient baignés de larmes, je n’étais plus dans le jardin, j’étais dans la matrice, le souffle s’en était allé. Tandis que parfois, il m’arrivait d’y songer encore, la flamme brûlante de l’épée tournait cela en moi, encore et encore, m’empêchant de le croire, brûlant cela dans mon âme. J’étais maintenu prisonnier dans ma condamnation, je ne pouvais plus revenir, plus moyen de m’en sortir, s’en était fait de moi. Désormais, il y avait lui qui était là dans le ciel, et il y avait moi qui étais là, prisonnier sur la terre et les nuages quant à eux, dansaient le jour, dansaient la nuit, tournant, et tournant encore sur le plafond des cieux, comme un masque, un manteau blanc qui me forçait à rester caché dans les profondeurs. Je fis alors ce que je fis, travaillant ici et là, à la sueur de mon front, me rendant esclave de ceci et de cela, afin de pouvoir subvenir à mes besoins. Je suis alors devenu amnésique, oubliant la vie que j’étais, d’où je venais, qui j’étais, mon âme était remplie de brume, je ne voyais plus le soleil, mes yeux étaient devenus blancs et même ma langue ne s’exprimait plus comme elle le faisait tandis que j’étais dans le jardin. Il y eut quelque chose de mal qui se greffa sur elle, comme une bête impure, un rampant de la terre, quelque chose qui n’était pas de moi s’en était emparée et elle faisait que lorsque je parlais, ce n’était plus moi qui parlais, mais c’était elle. Et c’est ainsi que je suis resté enchainé dans ce cachot humide, dans l’attente de la manifestation de mon jugement pour mon crime, jusqu’à la venue de ce jour nouveau, ce jour promis et tant attendu où la lumière revint sur terre par Jésus-Christ, le fils de Dieu. Dans le plus profond de mes ténèbres, j’ai alors crié à lui de toutes mes forces pour qu’il m’entende car l’espoir était enfin devenu palpable et il eut pitié de moi, il prit sur lui ma condamnation, il l’emmena là, sur la croix, à la place même où j’aurai dû être et c’est lui, un innocent, qui fût tué à ma place pour mes crimes. Le juge ordonna alors que la porte de ma prison soit ouverte pour que je puisse sortir, il n’y avait plus de condamnation, le prix avait été payé, j’étais libre d’aller où je voulais. 5/9 Et maintenant, en sachant qu’il a pris sur lui ma condamnation que vais-je faire ? Rester-là, comme beaucoup le font, en présence des autres prisonniers, à le louer les mains tendues vers le ciel, en chantant de ma plus belle voix, avec ma guitare et mon piano et en lui rendant grâce pour cela, est-ce vraiment là, ce qu’il voulait pour moi ? Son Père qui l’a sacrifié à ma place afin que je puisse de nouveau revenir à la vie, va-t-il se contenter de mes seules louanges et de ma sainte apparence tandis que je suis resté dans mon cachot ? Mon adoration si belle soit-elle et que je lui impose dans le sein de ma prison, par mon obstination et en faisant passer cela comme étant ses seules volontés, suffira-t-elle afin qu’il soit apaisé envers moi ? Sera-t-il fier de moi, heureux de voir que je n’en ai rien eu à faire de ce qu’il voulait pour moi, vraiment ? Sa colère ne finira-t-elle pas alors par m’atteindre moi aussi pour avoir méprisé un si grand sacrifice ? Qu’en pensez-vous, mes amis ? Car la vie était enfin revenue et elle était là dans cette maison, juste à côté de la mienne, grâce, grâce pour elle, car mes yeux ont vu le Roi. Je voyais bien qu’il avait ouvert une porte, car il me la montrait et il voulait que je la prenne moi aussi. Elle s’ouvrait sur un chemin nouveau et derrière elle, se trouvait le plus beau des jardins, celui-là même duquel j’ai été chassé. Que vous en semble, ne me devais-je pas de la prendre moi aussi, n’était ce pas pour moi la moindre des choses que de lui témoigner ainsi ma reconnaissance par mon obéissance, ne lui devais-je pas au moins cela, pour tout ce qu’il a enduré pour mon bien ? Il me fit alors permis de comprendre que pour le prendre, il me fallait premièrement accepter de recevoir la lumière qui me disait que j’étais moi aussi la lumière et cela, en dépit de tout ce que mes yeux voyaient et savaient de ma nudité et qui me montrait tout le contraire de ce qu’il en disait. Sa parole me fortifia en lui, son écho me rappelait sans cesse que c’est nu que j’avais été fait et qu’il me fallait à nouveau croire en cette folie que rien ne confirmait encore et que je devais m’en tenir à cela. 6/9 Sur sa parole, je pris alors en main le couteau de la victoire et je me coupai la langue jusqu’à ce que la bestiole qui s’en était emparée lâche prise et que ma langue soit à nouveau pure car c’est ainsi qu’il est écrit : la langue perverse sera coupée. Était-ce là, la parole d’un fou, nous a-t-elle montré, qu’effectivement, cela est juste ? Son Esprit a-t-il vraiment dit que nous aussi, et même si nous sommes encore nus, nous sommes un avec lui, comme lui est un avec son Père ? Nous a-t-il au moins prouvé que cela est vrai ? Mes amis, c’est à vous de voir... Il m’expliqua alors que le jour où il reçut la lumière, comme pour la rose que le vent agite, il lui avait fallu se défaire de la gloire que ce monde lui avait donnée par son travail, car cela était la conséquence de ce qui est arrivé lorsque j’ai été chassé du jardin. Que d’avoir la foi avant d’avoir la vue pour se dépouiller de ces choses, devenait amère dans les entrailles lorsque cela était consommé, mais que c’était cela que j’étais appelé à vivre moi aussi, si je voulais devenir un de ses disciples et être digne de lui ainsi qu’il est écrit. Car ouvrir la matrice pour venir à la vie est accompagné de souffrance. Elle va jusqu’à vous pousser dans un retranchement et vous emmener dans un jeûne prolongé de quarante jours, car quelque chose souffre vraiment et meurt en vous, afin de pouvoir revivre avec une vie nouvelle. Voir devant soi, un homme se laisser mourir à lui-même, se sacrifier ainsi et pour une chimère semble-t-il, est quelque chose de triste et de vraiment dommage, ce n’est pas du tout beau à voir pour ceux du monde qui regardent et qui en sont les témoins, c’est très regrettable pour eux. Mais c’est ainsi que vient la vie, car c’est sur l’autel des sacrifices que le croyant est appelé à monter, par la mort à soi-même, par le renoncement à toutes choses, dans un abaissement total, fruit d’un amour sincère et inconditionnel, celui du pénitent et du fils prodigue qui retourne vers son Père, par le dépouillement total de ses acquis dans ce monde. C’est ainsi les amis, que son corps représentant ses disciples, vint pareillement à la vie lors de sa première venue. Lui aussi sorti en passant par la même matrice car pouvait-il passer par un autre chemin que celui que la tête fraya pour lui, en existe-t-il un autre pour venir à la vie? 7/9 Depuis longtemps déjà, le Père se réjouissait dans l’attente de ce jour et pour l’occasion, il lui avait préparé un vêtement pour le revêtir au jour de sa venue au monde, une robe de toute beauté et qui n’a pas été faite par la main de l’homme, un ouvrage fantastique, fait de fin lin retors de toute beauté, si parfait et si pur, qu’il n’en existe point de semblable sur terre. Il l’enfila à son fils qui tendait ses bras vers le ciel et il l’en revêtit en passant par la tête premièrement, jusqu’à couvrir chaque partie de son corps. Comme il était beau mon fils dans cette robe, ses yeux pétillaient de vie, son visage d’enfant me souriait, il riait me laissant voir ses petites dents blanches de lait, ses bras se tendaient vers moi, voici mon fils bien-aimé. Je l’ai alors serré tout contre moi et dans ce bonheur, j’ai fermé les yeux et j’ai senti le parfum de ses cheveux, son cœur pur d’enfant me ravissait par un seul de ses battements, quel bonheur pour moi que d’avoir enfin un fils auprès de moi. Le fils des nations : Nous savons qu’une nouvelle naissance doit venir, celle d’un enfant mâle avec une tête et un corps, afin d’être enlevé vers Dieu et vers son trône. Mais comme dit et parce qu’il en est ainsi, les croyants des nations sont eux aussi restés égal à eux-mêmes, ils ne sont pas mieux que nos pères et ils ne se lèveront pas non plus pour le suivre sur son chemin, si le Seigneur ne saisit pas sa grande puissance comme autrefois et ainsi qu’il est écrit. Car un cri est attendu au milieu de la nuit, celui du Roi manifestant sa gloire, glorifiant à nouveau son nom car n’est-ce pas là ce que tous, nous attendons aujourd’hui, qu’il revienne pour nous emmener avec lui ? N’avons-nous pas besoin de voir l’époux pour aller à sa rencontre ? Car il est difficile pour nous de croire sans voir, nous sommes si lents à comprendre et le Seigneur sait de quoi nous sommes faits. Nous croyons que nous n’avons rien d’autre à faire que de continuer de nous sanctifier comme nous le faisons en attendant qu’il vienne et que c’est cela qui lui est agréable, vraiment ? 8/9 Mes amis, laissez-moi vous dire que nous nous trompons nous-mêmes par des faux raisonnements, laissez-moi vous montrer cela. Car ce chemin qu’il a ouvert pour nous en venant au milieu de nous, l’avons-nous suivi lorsque nous l’avions reçu et aujourd’hui, nous le prendrions comme ça ? En vérité, nous l’avons abandonné et foulé aux pieds dès le commencement, dès le premier âge ainsi qu’il est écrit. Nous ne sommes plus entrés dans son royaume en passant par la porte des brebis, en vérité, nous avons délaissé la volonté du Seigneur et nous avons tous été déportés à Babylone la grande. C’est là que nous le louons et que nous lui rendons un culte en ne conservant que l’apparence de la piété. C’est pour cela aussi que William Branham, le précurseur de sa seconde venue a été envoyé au commencement du dernier âge et avec un message de restauration pour que nous revenions à l’original que nous n’avions plus pratiqué car sans quoi, on serait tous comme Sodome et le Seigneur nous auraient frappés d’interdit. Certains l’ont reconnu en tant que tel et se sont séparés de ceux qui sont restés en arrière et comme ce fut aussi jadis le cas lorsque Jean le Baptiste est venu avec son message de préparation. Ils ont compris ce que le Seigneur voulait nous dire au sujet de notre identité divine mais malgré cela, ils ne sont pas encore entrés dans son royaume en passant par la porte que Christ a inaugurée pour nous par le renoncement à toutes choses après avoir reçu la lumière et que nous avons abandonné, je le répète. Comme je vous l’avais dit, nous sommes lents à croire et il est nécessaire que l’époux se montre afin que les prédestinés se lèvent pour aller à sa rencontre car personne n’est réveillé au moment où le cri se fait entendre au milieu de la nuit. Mes amis, ce cri n’est-il pas à nouveau la manifestation de la puissance de Dieu qui a été saisi par sa main et par laquelle il revêt son fils qu’il a adopté parmi les nations ? Ce vêtement de gloire ne va-t-il pas le lui mettre en le passant aussi par la tête premièrement ? Car si nous avons la naissance d’un enfant mâle, ce dernier doit forcément avoir une tête et un corps, n’êtes-vous pas d’accord avec cela ? 9/9 Je vous dis la vérité et ce n’est pas ici quelque chose qui est issu d’une interprétation humaine. C’est nous qui n’avions pas vu de quelle manière cela revient parmi les nations et qui n’avions pas compris ce qui concerne la naissance de cet enfant mâle qui doit naître parmi les nations et ensuite être enlevé vers Dieu et vers son trône. Et malheureusement, cet aveuglement restera sur ceux qui refuseront de comprendre par obstination ainsi que cela avait été vu et annoncé. Ils s’endurciront dans ce qu’ils croient être juste devant Dieu et ce, jusqu’à ce que la divine colère finisse par les emporter par le jugement. En conclusion : De tout ce qui vient d’être dit, nous voyons maintenant clairement ce qui s’est réellement passé avec le chemin du Christ que nous avons abandonné au commencement. Nous pouvons exactement comprendre où nous en sommes aujourd’hui et saisir avec certitude, ce que le Seigneur a préparé pour les croyants dans cette fin du temps des nations avant que l’évangile ne retourne là d’où il est sorti. Nous pouvons réaliser qu’à cause de notre petite foi nous sommes dans l’attente de la manifestation de sa puissance grâce à laquelle, tous ceux qui le voudront pourront alors se lever pour marcher à sa suite. Puissions-nous répondre présent et faire partie des vainqueurs par les actes de l’Esprit en nous, dès que le moment de se battre pour le faire sera là, dès que le premier son de la première trompette retentira. Amen M.B
  • Joe-972 Il y a 1 année, 4 mois

    Bonjour clebon ! Réponse tardive, je te prie de m'en excuser. Tu as écrit :"C'est après avoir cru seulement à l'enseignement précité qu'une personne est sauvée. C'est quoi cet enseignement ?" Je te répondrai ceci : Jésus a dit concernant la manière croire : "…17 Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; 18 ils saisiront des serpents; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris.". Si tu crois ce qui a été dit, vas prendre un serpent par la main, ingurgite un breuvage mortel ! Si tu es toujours vivant, je vais croire en ta théorie ! As-tu déjà imposé les mains à quelqu'un pour en sortir sa guérison ? Fais-le moi savoir afin que je croie en l'immédiateté de la nouvelle naissance ! La Bible est remplie d'instructions données à l'impératif et pourtant qu'est-ce que c'est difficile de pouvoir le faire !!! Aimez-vous les uns les autres, confessez donc vos péchés les uns aux autres, soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfait, changez vos cœurs, croyez à la bonne nouvelle, offrez vos corps en sacrifice vivant etc. etc. etc.!!!! Ce sont que des indications pour nous permettre de comprendre comment un cœur de né de nouveau se comporte et mesurer ce qui nous sépare de ce cœur plein de toutes ces aptitudes ! Il ne suffit d’aborder le verbe croire dans sa simple acception intellectuelle pour dire que c’est ce que sous-entendait le Christ ! Je pense fortement que lorsque le verbe croire peut-être remplacé par le verbe croître dans la phrase que le sens sera plus en accord avec la vérité morale et spirituelle attendue ! Ceux qui auront crû au lieu de ceux qui auront cru ! La croissance spirituelle est la croissance de la foi aussi (l’espérance et l’amour avec bien-sûr) ! C’est par la foi que l’on peut saisir les serpents, chasser les démons et survivre au poison ! La parabole du semeur dit bien que la graine qui est tombée dans les pierres germe, mais faute de racines, quand vient l’épreuve elle meure ! N’est-ce pas une représentation par la nature du manque de croissance. Celle qui est dans la bonne terre, croît et porte du fruit ! Quand au fait de chasser les démons, as-tu déjà affronté cette situation ou des entités démoniaques s’expriment verbalement e physiquement ? Quand la haine, la destruction, la jalousie ou autres démons se manifestent dans un combat, on n’a pas le temps d’aller sur YouTube écouter les discours intellectuels néo-pharisaïques ! Quand au caractère progressif de la nouvelle naissance, l’apôtre Paul dit en romains 12 « : « Ne vous conformez pas au siècle présent mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence… » Personnellement je trouve cela progressif et non immédiat, surtout que l’immédiateté est représentée par le même apôtre, dans le verset qui dit : 1 Corinthiens 15 « …51 Voici, je vous dis un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, 52 en un instant, en un clin d'œil, à la dernière trompette. ». La précision est faite quant à la rapidité d’exécution de la transformation ! Autre argument : Après avoir passé trois ans et demi avec ses disciples, Lui le Maître nous donne une information en disant à Pierre peu de temps avant sa mort : « Quand tu seras converti, affermis tes frères. ». Pierre était le plus avancé, mais aucun d’eux n’était accompli ! Ce n’est pas en simplifiant (ni en compliquant) les sens des écrits que nous parviendrons à la Vérité vécue ! Le verset de Luc 16 :29 qui renvoie à « écouter Moïse et les prophètes » est, me semble-t-il un raccourci dangereux ! Si cela avait été fait, le veau d’or n’aurait existé. Le peuple n’avait pas la loi mais il a vu Moïse à l’œuvre, et toutes les réprimandes de Dieu n’auraient pas frappé le peuple ! Dieu est même allé à déporter ce peuple rebelle (comme il l’appelle Lui-même !), deux fois ! Et pourtant il (ce peuple)avait la loi et les prophètes ! Il faut faire preuve d’un peu plus de réalisme quant à la manière d‘aborder ces différents écrits ! Il ne suffit pas croire ! Il faut que cette foi soit accomplie parfaitement dans notre cœur, notre esprit et même notre corps qui sera éprouvé ! C’est ainsi que la nouvelle naissance sera accomplie : Cœur, esprit et corps !
  • clebon Il y a 2 années, 6 mois

    Juste faire quelques mises au point La 'nouvelle naissance n'est pas progressive. C'est un moment comme la femme enfante un jour. Deuxièmement la bible dit que la vie éternelle c'est qu'ils te connaissent toi le seul vrai Dieu et Jésus que tu as envoyé. Comment connaître la seul vrai Dieu et son fils? C'est uniquement en écoutant Moïse et les prophète comme nous l'ont prescrit Abraham, Paul et Jésus même dans luc16:29 ; luc24:27 et actes 28:23. C'est seulement au-cours de la prédication sur la connaissance du vrai Dieu et son Fils que la parole prêchée qui est l'eau et l'esprit font naitre un enfant de Dieu. C'est après avoir cru seulement a l'enseignement précité qu'une personne est sauvée. C'est quoi cet enseignement ? Recherchez Pasteur Boba Denis sur YouTube et vous aurez l'enseignement au complet. Amen
  • Afficher tous les 6 commentaires