Sauterelles ou géants

Sauterelles ou géants

 Le choix existe toujours et ce récit, extrait de Nombres 13 : 32-33, nous le prouve : " ... et nous y avons vu les géants ... de la race des géants ; nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles. "
S'identifier à des sauterelles face aux géants, traduit une fausse estimation, une sous-estimation de soi, face aux difficultés pourtant formatrices du caractère que le Sauveur vient inscrire en chacun de nous.
Dans l’évangile de Jean 12 : 26, Jésus nous avertit : " si quelqu'un me sert, qu'il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, le Père l'honorera. "
Il est écrit que les sauterelles n'ont pas de roi (Proverbes 30 : 27). Mais les chrétiens, eux, ont un Roi. Et ce Roi est, Jésus, le Roi des rois.
Un ennemi on le redoute ; on s'applique à déjouer ses plans, ses stratagèmes, ses défis audacieux. 
Un adversaire, on le défie ; on l'affronte de face, doublant ainsi les garanties de victoire et divisant d'autant les espoirs de réussite projetés par l'adversaire.

La victoire n'est jamais celle que nous allons gagner par nous-mêmes, mais elle est celle qui nous est réservée en proclamant que le secours surnaturel vient de Dieu. " Ce n'est ni par la puissance ni par la force, mais c'est par mon esprit, dit l’Éternel des Armées. " (Zacharie 4 : 6)
Pour perdre de vue les géants, il faut entrer, par la Foi, dans les promesses de la victoire dans les lieux célestes, en regardant à Jésus.
La vie chrétienne peut être comparée à une course, mais pas à un sprint. Elle ressemble à un marathon qui prépare l'avenir. Placer sa confiance en Jésus, c'est se positionner en vainqueur. Car pour chaque situation, Dieu a prévu de nous accorder  une onction spécifique. Ainsi, le faible devient fort et les rôles sont inversés : les sauterelles deviennent les géants qui proclament que celui qui est avec nous est plus fort que celui qui est contre nous.
La louange transforme les doutes résiduels en Victoire par le nom de Jésus. Depuis le jardin d’Éden, nous savons que l'adversaire ne donne jamais gloire à Dieu.
Je m'écrie " Loué soit l’Éternel ! ". Je le loue, " Car l’Éternel prend plaisir à son peuple, il glorifie les malheureux en les sauvant. " (Psaumes 149 : 4).



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires
  • sape Il y a 4 années

    MOI y'a longtemps il m'a quitté le bon Dieu s'il existe vraiment j'y crois plus du tout j'ai attendu son miracle tous les jours je l'ai appelé jour et nuit je me suis prosterné devant lui en vains envahi par les dettes loyer impayé il ne me reste plus rien à faire dans ce monde disparaître c'est ce qu'un père veut pour son enfant?
  • Yimgos Il y a 4 années

    Sauterelle si je compte sur moi-même, mais géant lorsque je mets toute ma confiance dans le Seigneur. Oui ma victoire ne dépend pas de mes propres forces, ni de mes capacités, ma victoire a déjà été acquise par Christ, et se trouve tout en Lui! Oui, Il est ma Bannière, mon Jehovah-Nissi! Merci Frère Bienaimé pour votre partage. Seigneur Jésus, Tu es ma seule victoire, ma joie véritable, et en Toi je suis plus qu'un géant, car je suis plus que vainqueur! Gloire à Ton Saint Nom!