Tête brûlée

Tête brûlée

Quand j’avais 8 ou 9 ans, une de mes activités favorites étaient de dévaler à toute allure la descente de garage, assise dans la benne du tricycle de ma petite sœur. Bravant l’interdiction maternelle, je me lançais de tout mon poids dans la pente en criant You-hou ! et je percutais de plein fouet la porte du garage qui s’ouvrait sous le choc ; mon tricycle décollait alors sur le pas de la porte et je retombais sur les roues arrière avec l’extase des sports extrêmes.
Et puis un jour, quelqu’un a fermé le verrou de la porte de garage…Je me suis lancée avec l’inconscience du cascadeur…et je me suis écrasée sur la porte dans un indescriptible fracas. Pourtant, on me disait toujours : "ne fais pas ça ! Tu vas te faire mal. Arrête, tu vas te blesser. Je t’interdis de faire ça, tu vas te retrouver à l’hôpital. Arrête tout de suite…"Mais je ne voyais pas pourquoi j’arrêterais, je trouvais ça tellement drôle ! Et puis je ne m’étais jamais fait la moindre bosse…jusqu’au jour où…

Nous sommes parfois réfractaires à ce que nous enseigne la Parole de Dieu, car ce que nous faisons nous satisfait, nous amuse même, et nous ne voyons pas le problème. Quand la Parole de Dieu déconseille ou interdit quelque chose, notre raisonnement nous conduit souvent à conclure que « ce n’est pas si grave », « il ne faut pas exagérer », « il ne faut pas être plus royaliste que le roi », « où est le problème ? ». Nous sommes maîtres de nos choix, d’obéir ou pas, de l’écouter et de le prendre au sérieux, ou bien de continuer à s’entêter en méprisant ses conseils. Nous sommes libres, mais prévenus… David nous dit dans le Psaume 19 que la loi de l’Eternel est parfaite, que ses jugements sont vrais. Jacques nous dit aussi que le « Celui qui sait ce qui est bien et ne le fait pas commet un péché » (Jacques 4 :17). Alors oui, le choix est entre nos mains, mais attention aux portes qui seront subitement verrouillées !

0 commentaire