Une porte, Un chemin, Une destinée...

Une porte, Un chemin, Une destinée...
Matthieu 7/13 &14: "Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent."

Vous arrive-t-il de vous sentir parfois à l'étroit?
A l'étroit dans votre vie?
Dans votre marche de manœuvre?
Dans vos pensées?
Dans vos capacités?
Dans vos perspectives d'avenir
?

Est-ce que ces derniers temps vous avez eu l'impression que ça coinçait quelque part?
Ne vous étonnez pas! Vous êtes passé par la porte étroite et vous marchez sur le chemin resserré.
Comment vous sentez-vous dans un costume bien taillé ou une robe ajustée alors que vous portez constamment des vêtements de sport et des baskets? Mal bien sûr!
Gêné, étriqué et manquant de liberté ...

Lorsque Jésus est monté sur la montagne pour annoncer son fameux sermon, la foule était devant lui attentive à ses paroles. Toutes ces personnes étaient comme les brebis d'un troupeau éparpillé et sans berger qu'il fallait rassembler.
Alors, Jésus commença à les regrouper puis à travers son message à délimiter l'espace de son enclos.

Que devait ressentir ces brebis qui avaient l'habitude de vivre sans berger, sans contrainte apparente, sans limite?

Son message répondait-il à leurs attentes?


A l'époque chacun attendait un libérateur, un homme qui allait briser le joug des romains, ils n'attendaient pas un sauveur spirituel qui allait les remettre en cause mais ils espéraient après un héros national comme Moïse qui avait libéré le peuple hébreu de l'esclavage des égyptiens. Jésus au lieu de satisfaire leur attente leur annonça qu'il leur fallait passer au travers d'une porte étroite et suivre un chemin resserré.

1) Un message qui nous remet en question
On peut être déçu par le message de l'évangile dès l'instant où l'on n'est pas prêt à accepter une remise en question personnelle. Le message du Christ qui annonce de ne pas juger mais de pardonner ses ennemis et de les aimer était à l'opposé de ce que certains pouvaient espérer.

Le but ou l'état de plénitude que l'évangile annonce est attirant à bien des égards mais beaucoup refusent le fait de devoir passer par la porte étroite pour y parvenir.

Qui veut être sauvé?
Qui veut aller au paradis?
Qui veut être béni?


Tout le monde....! Mais qui veut passer par la porte étroite?

2) Apprêtez-vous à vous sentir à l'étroit...
Beaucoup de personnes veulent du changement mais ne sont aucunement prêtes à changer.
Beaucoup attendent des autres, mais peu s'impliquent réellement. Beaucoup ont des exigences, mais peu se plient à leurs obligations...
Vouloir obtenir ce qu'il y a de meilleur sans aucun effort est une tentation forte et charnelle.
Mais c'est aussi une utopie, un manque certain de réalisme...

La vie chrétienne nous conduit à nous sentir souvent à l'étroit dès l'instant que l'on n'a pas pleinement réalisé que vivre cette vie réclame bien des renoncements, des sacrifices et des limitations.
Et là pour beaucoup ça coince!!!

Jésus a dit dans Jean 10/1: " En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui n’entre pas par la porte dans la bergerie, mais qui y monte par ailleurs, est un voleur et un brigand."

Depuis toujours, une foule de gens cherche un passage à travers les religions et les croyances, une autre porte plus facile pour avoir la vie éternelle. Le Christ les appelle voleur et brigand...Comment appelez-vous quelqu'un qui entre chez vous sans passer par la porte et sans votre autorisation?

Jean 14/6: "Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi."

3) Une porte à franchir
Luc 13/24: "Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite. Car, je vous le dis, beaucoup chercheront à entrer, et ne le pourront pas."
Entrer dans le ciel n'est pas donné à tout le monde, mais uniquement à ceux et celles qui parviennent premièrement à passer par cette porte.
Il y a une notion d'effort pour parvenir à franchir cette porte et cet effort n'est pas de parvenir à y faire passer tout ce que vous avez et tout ce que vous êtes.
Au contraire, franchir cette porte consiste à délaisser, abandonner, renoncer, se décharger!

Dans les villes anciennes, la nuit, on fermait par sécurité la porte principale. Si quelqu'un souhaitait entrer dans la ville, il devait entrer par une porte secondaire, une porte étroite devant laquelle il fallait se décharger pour espérer pouvoir la franchir.
Les voyageurs étaient alors contraints de délester leur chameau pour entrer dans la ville.
Refuser de le faire en empêchait l'accès ou pire vous retrouviez l'animal bloqué dans l'entrée!
Matthieu 19/24: "Je vous le dis encore, il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu."
Dans ce verset, Jésus cite une des raisons qui peut empêcher une personne d'entrer dans le royaume des cieux. Mais bien d'autres choses comme le fait de se confier en ses richesses peuvent nous en bloquer l'entrée!

1 Corinthiens 6/9: "Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les débauchés, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les homosexuels, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu."

Sentez-vous que parfois ça coince?
Que ça bloque?


Quelle est la chose qui vous bloque, qui vous retient?
Quelle passion, quelle pratique, quelle affection de la chair fait obstacle?


Sur la croix, Jésus a non seulement ouvert la porte de l'accès au ciel par le pardon de nos péchés, mais il nous a aussi donné la possibilité d'en être délivré.
Rien ne peut faire obstacle au franchissement de cette porte à une personne qui reconnaît l'œuvre du sacrifice de Jésus à la croix.

4) Un chemin à parcourir
Mais la vie chrétienne nous conduit à expérimenter que parfois après avoir passé la porte ça coince encore!
Le chemin qui commence juste après la porte est non seulement étroit mais il est resserré.
Combien de croyants ont réussi à passer la porte pour se retrouver plus loin bloqués sur le chemin de la foi?
Galates 5/7: " Vous couriez bien: qui vous a arrêtés pour vous empêcher d’obéir à la vérité?"

Le chemin de la vie spirituelle va en se rétrécissant, il réclame à celui qui le parcourt de faire des choix. 2 Timothée 2/4: "Il n’est pas de soldat qui s’embarrasse des affaires de la vie, s’il veut plaire à celui qui l’a enrôlé"

Quel fardeau vous empêche maintenant d'avancer?
De quoi refusez-vous de vous débarrasser?
Posez-vous simplement la question: Ai-je quelque chose à abandonner, à délaisser? Dont je dois être guéri?


Le chemin de la foi est trop difficile pour celui porte des fardeaux et il est trop escarpé pour celui dont le caractère n'est pas entièrement renouvelé. Seules, les brebis en bonne santé peuvent espérer sortir dans les pâturages... Les autres restent dans la bergerie pour être soignées.

Mathieu 11/28&29: "Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez le repos pour vos âmes."

Suivre le chemin de Dieu avec ses propres forces est impossible!
Un jour ou l'autre vous serez bloqué!

Si vous sentez que les choses se resserrent c'est une évidence à laquelle vous faites bien de prêter attention. Pour éviter toutes situations de blocage: laissez-vous faire par le Seigneur, acceptez ses conseils, suivez ses directions et ne lui résistez pas.

Il sait mieux que vous ce qui vous convient et ce dont vous avez réellement besoin.
Faites lui confiance au plus haut point, renouvelez lui constamment votre confiance par vos prières et assurez-le de votre collaboration dans la formation de votre propre vie.

Attendez-vous à ce que votre caractère vous bloque dans bien des situations mettant aussi en évidence des souffrances qui ont marqué votre vie et qui continuent à influer sur vous.
Il est presque impossible de traverser une vie chrétienne sans connaître un jour ou l'autre un de ces blocages...
Plutôt que de vous poser la question de savoir ce que Dieu fait ou ne fait pas, regardez ce qui a entraîné cette situation?

Une pensée, une parole, une action peuvent vous stopper dans votre progression.
Si le découragement vous envahit et vous pousse à laisser tomber, pensez à votre destinée.
Le chemin est une étape vers la destinée éternelle, un passage obligé et incontournable.

Une destination à atteindre.
Si le passage de la porte et le fait de parcourir le chemin vous semble difficile, que la pression paraît insoutenable; regardez la destination vers laquelle ils vous conduisent.
Peut-être cela vous motivera à poursuivre vos efforts!

Sinon, vous pouvez toujours penser à ceux qui ont choisi la porte large et le chemin spacieux...
Mais, avant que la convoitise vous pousse à les envier, regardez quelle est leur destination.
Psaumes 73/2 à 26

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

7 commentaires